Extension Factory Builder
01/07/2013 à 12:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

De là où il nous observe, certainement un petit coin de paradis, Stéphane Hessel doit jubiler ! Après les révoltes arabes, les manifestations anticrise en Espagne, en Italie, au Portugal, en Grèce, en Grande-Bretagne ou en Israël, les occupants de Wall Street, les étudiants chiliens en colère, les grévistes algériens ou les contestataires du Xinjiang, voilà que mêmes les supposés futurs cadors de l'économie mondiale s'y mettent. Les miracles turc et brésilien, dont on nous rebat les oreilles depuis plusieurs années, ne seraient-ils, en fin de compte, que des mirages ?

L'ami Hessel, qui nous exhortait, peu de temps avant d'entreprendre son dernier voyage, à l'indignation, a été pris au mot. Sans doute au-delà de ses espérances... Ni Dieu ni maîtres, de la finance ou de la politique. Aucun carcan, fût-il religieux, identitaire ou idéologique. La fin des blancs-seings accordés aux dirigeants et de la résignation passive. Un peu partout dans le monde, les règles changent et les verrous sautent.

Et l'Afrique subsaharienne dans tout ça ? Nous aurions tort de considérer qu'elle serait immunisée contre ce « virus » dont on ne mesure pas encore tous les effets. Les arguments brandis jusqu'ici par certains pour s'en convaincre ? Un faible niveau général d'éducation, des pouvoirs forts et autoritaires, une connexion limitée avec le monde extérieur, des réseaux sociaux peu utilisés, le développement insuffisant des classes moyennes, etc. Autant de paramètres réels, mais qui, eux aussi, évoluent plus vite qu'on ne le pensait. Surtout, la question n'est plus celle de la prise de conscience, déjà effective, mais celle du passage à l'acte. Les Africains, comme tous les autres, réclament plus de libertés, plus de droits, plus de justice, une meilleure répartition des richesses, moins de privilèges indus, une solidarité plus grande, des dirigeants vertueux et en phase avec leurs réalités, des actes en adéquation avec les discours. Ils ont peur, aussi, de l'avenir et des extrémismes que ce sentiment, hélas ! renforce.

Ils sont peu nombreux, pour l'instant, ceux qui se mobilisent au sud du Sahara pour s'insurger contre la perte de valeurs d'un monde dont ils ne veulent pas, contre les abus de dirigeants indélicats, voire incompétents, ou pour exprimer leur ras-le-bol, quelles qu'en soient les motivations profondes (injustice sociale, sentiment d'exclusion, aspirations démocratiques, etc.). Mais cela commence toujours ainsi...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Somalie : au moins dix morts dans un attentat à Mogadiscio

Les Shebab ont revendiqué cette nouvelle attaque meurtrière dans la capitale somalienne. Des membres du gouvernement pourraient figurer parmi les blessés.[...]

Tunisie : la marche républicaine du Bardo de dimanche déjà controversée

Le président Béji Caïd Essebsi a appelé tous les Tunisiens à venir marcher contre le terrorisme dimanche 29 mars. D’abord plébiscitée par une grande partie de l’opinion,[...]

Maroc : trois Français condamnés pour terrorisme et expulsés du territoire

Le tribunal de Salé, près de Rabat, a condamné jeudi trois ressortissants français à quatre mois de prison ferme pour des affaires de terrorisme. Leurs peines ayant été purgé[...]

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Afrique du Sud : la statue de Cecil Rhodes ou l'indéboulonnable problème de l'héritage colonial

La statue du colon Cecil Rhodes devant l'université du Cap provoque la colère des étudiants sud-africains. La polémique monte, d'autant plus que Robert Mugabe pourrait s'en mêler.[...]

Côte d'Ivoire : retour sur l'affaire Youssoufou Bamba

Retour sur le limogeage de l'ambassadeur de Côte d'Ivoire auprès des Nations unies à la suite d'un couac diplomatique entre Abidjan et Rabat.[...]

Nigeria : l'armée affirme avoir repris Gwoza, le fief de Boko Haram

L'armée nigériane a annoncé vendredi avoir repris aux islamistes de Boko Haram la localité hautement symbolique de Gwoza dans le Nord-Est.[...]

Présidentielle nigériane : fin de partie

Le premier tour de l’élection présidentielle au Nigeria se tiendra demain. Parmi les 14 candidats, deux seulement ont des chances d’emporter la mise. L’actuel président, Goodluck Jonathan, [...]

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants congol[...]

Gabon : à l'heure des comptes

Sur l'échiquier politique, comme sur les plans économique et social, les grandes manoeuvres ont commencé au Gabon. Objectif : la présidentielle 2016. Jeune Afrique fait le tour du pays.[...]

Sierra Leone : le confinement de la population a commencé

Six millions de Sierra-Léonais devront rester chez eux jusqu'à dimanche soir pour endiguer la propagation de l'épidémie d'Ebola.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2738p006-007.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2738p006-007.xml0 from 172.16.0.100