Extension Factory Builder
17/06/2013 à 11:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Décidément, l'hydre des Frères musulmans ne recule devant rien. Il n'est point ici question de l'instauration d'un sixième Califat, ni de l'inscription de la sacro-sainte charia dans la Constitution, ni même de l'embastillement de « sextrémistes » Femen. Non, il s'agit ici d'un simple sondage internet mis en ligne sur notre site jeuneafrique.com, entre le 3 et le 12 juin. Principale question posée : « Qui souhaiteriez-vous voir accéder à la présidence algérienne après Bouteflika, dont le mandat expire en avril 2014 ? » Personnalités proposées : d'anciens Premiers ministres (Abdelaziz Belkhadem, Ahmed Benbitour, Ali Benflis), l'actuel détenteur du poste, Abdelmalek Sellal, et deux islamistes, Amar Ghoul et le nouveau patron du Mouvement de la société pour la paix (MSP, ex-Hamas), Abderrazak Mokri. Résultat : un duel, Benflis versus Mokri. Rien d'illogique, le premier nommé dispose de nombreux atouts dans la course au fauteuil présidentiel, dont le moindre n'est pas sa réputation d'ouverture et d'intégrité. Quant au second, issu du courant des Frères musulmans, il incarne à lui seul la rupture de son parti avec la stratégie de l'entrisme chère à son prédécesseur à la tête du MSP, Bouguerra Soltani. Et puis un Frère, en Afrique du Nord, normalement, ça gagne... sauf en Algérie, chat échaudé craignant l'eau froide.

Notre sondage a suscité un engouement sans précédent. De quoi faire sauter les serveurs de la National Security Agency (NSA). Nombre de votants : 314 297. Du jamais vu de mémoire de jeuneafrique.com. Bizarrement, l'audience explose en pleine nuit. Évidemment, malgré une fierté certaine que nous peinons à dissimuler, celle d'être aussi suivis et consultés, nous tiquons. Vérification faite, nous nous apercevons que nos gentils islamistes, qui prônent pourtant le strict respect des valeurs édictées par le Coran, quitte, souvent, à confondre et à cumuler les rôles de législateur, policier, juge et bourreau, n'ont pas hésité à tricher pour permettre à leur champion de l'emporter. Rappelons qu'il ne s'agit pas là du scrutin présidentiel mais d'un simple sondage internet...

Une fraude massive, représentant plus de 190 000 votes, dont une petite partie en faveur des autres concurrents de Benflis, émis à partir de quatre adresses IP (Internet Protocol) correspondant... à des robots situés aux États-Unis ! Plus précisément en Floride, au Texas, dans le Michigan et en Californie. Le pire, dans l'affaire, c'est qu'en dépit de l'entourloupe Mokri n'arrive même pas à écraser son adversaire. Il recueille 35 % des voix, derrière Benflis (37 %), qui, les votes frauduleux retranchés, atteint 87 % des suffrages. Morale de l'histoire : les Frères sont prêts à tout, mais, pour l'instant, ne réussissent pas grand-chose...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

Constitution algérienne : le retour de la limitation à deux mandats présidentiels ?

L'avant-projet de Constitution algérienne prévoit un retour à une limitation du nombre de mandats présidentiels à deux. Entre autres choses.[...]

Algérie : haro sur le divorce !

À l'occasion de la Journée de la femme, Abdelaziz Bouteflika a appelé son gouvernement à réviser le code de la famille. Notamment certaines dispositions particulièrement[...]

Algérie : le secteur automobile marque le pas

Fréquentation en baisse, ventes modestes, le Salon de l'automobile d'Alger qui vient de s'achever a été à l'image du marché : en recul progressif depuis les années fastes de 2011-2012.[...]

Algérie : le procès de l'autoroute Est-Ouest reporté au 19 avril

Le tribunal criminel d'Alger a décidé, mercredi 25 mars, de reporter le procès de l'affaire de l'autoroute Est-Ouest au 19 avril. Explications.[...]

Robert Mugabe en visite d'État en Algérie

Le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, est arrivé hier à Alger pour une visite d'État de trois jours, à l'invitation du président algérien, Abdelaziz Bouteflika.[...]

Algérie : Yacef Saadi et son compte en Suisse

 Héros de la guerre d'indépendance de l'Algérie, le sénateur Yacef Saadi est détenteur d'un compte bancaire ouvert en Suisse en avril 2006. "Jeune Afrique" présente en[...]

Mali : la résolution de la crise du Nord, thème officieux de la visite officielle d'IBK à Alger

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a entamé dimanche un voyage officiel de trois jours en Algérie. Il sera particulièrement question du fragile processus de paix malien, dans lequel Alger[...]

Algérie : Cheikh Sidi Bémol Broc'n'roll

Derrière ce pseudonyme, Hocine Boukella, chanteur et guitariste kabyle qui défend des influences orientales et occidentales.[...]

Accords d'Évian : 53 ans après, les nostalgiques de l'Algérie française ne digèrent toujours pas

En France, la signature des accords d’Évian continue d’obséder les nostalgiques de l’ordre colonial. À leur tête, Robert Ménard, le maire d’extrême droite de[...]

Les Algériennes sceptiques devant la nouvelle loi contre le harcèlement de rue

Depuis le 5 mars, le harcèlement des femmes dans les lieux publics est illégal en Algérie. Pourtant, les victimes de ce phénomène doutent de l'application réelle de la nouvelle loi.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2736p006-007.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2736p006-007.xml0 from 172.16.0.100