Extension Factory Builder
12/06/2013 à 08:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Idriss Déby Itno et Mahamadou Issoufou ont beau n'avoir que peu de chose en commun, tant dans leurs itinéraires respectifs que dans leurs styles de gouvernance et leurs personnalités propres, ce qui les unit en cette mi-2013 est plus fort que ce qui les sépare. Tous deux sont intervenus au Mali aux côtés de la France, tous deux sont devenus depuis la cible des jihadistes d'Aqmi, tous deux considèrent la Libye postrévolutionnaire comme la source de leurs maux et tous deux rappellent à l'envi, sur le mode du « je vous avais prévenu », les avertissements qu'ils avaient lancés à l'époque quant aux conséquences néfastes pour la région de la chute de Mouammar Kadhafi. Rendons au président tchadien ce qui lui appartient : il a été le premier, dès mars 2011, à formuler de telles mises en garde dans une interview à J.A., rejoint deux mois plus tard par son homologue nigérien lors du sommet du G8 à Deauville. Bon communicant, Mahamadou Issoufou est parvenu à faire oublier qu'il était allé plus loin encore que son voisin dans la défense d'un dictateur dont il souhaitait le maintien en Libye et dont il héberge aujourd'hui encore une poignée de proches.

>> À lire : interview d'Idriss Déby Itno (2011) : "En Libye, l'Histoire me donnera raison"

"Entre Aqmi et Boko Haram, N'Djamena retient son souffle.

Depuis, l'un et l'autre éprouvent à l'égard du nouveau pouvoir libyen une défiance qui ne se dément pas. Ainsi Idriss Déby Itno, qui se demandait lors d'un entretien avec J.A., en juillet 2012, si « l'autorité centrale libyenne exist[ait] vraiment », n'a toujours pas mis les pieds à Tripoli depuis la révolution. Début mai, N'Djamena et Niamey ont dénoncé au même moment la présence supposée de groupes terroristes dans le « sud incontrôlé » de la Libye, suscitant de la part de cette dernière une réplique immédiate. Si l'on en croit le Premier ministre Ali Zeidan, le Niger serait devenu un havre pour Kadhafistes revanchards et le Tchad manipulerait les Toubous libyens du Fezzan dans leur lutte fratricide contre les tribus Ould Souleymane et Guedadfa. Reste que le même Ali Zeidan n'est pas crédible quand il soutient contre toute évidence que le Sud est « sous contrôle » (de qui, puisque les seules forces présentes sur place sont les katibas de miliciens venues de Zeitan et qui ne dépendent que d'elles-mêmes ?), pas plus qu'il ne l'a été quand il a démenti avec vigueur que les terroristes d'In Amenas en Algérie provenaient de Libye.

>> À lire : Niger et Tchad : les nouvelles cibles d'Al-Qaïda

Si le Niger a subi de plein fouet la vengeance d'Aqmi depuis sa nouvelle matrice libyenne, il est donc tout à fait probable que le Tchad figure en tête de liste des objectifs jihadistes. Depuis l'incursion en 2004, entre Kanem et Tibesti, d'une colonne de ce qui s'appelait alors le Groupe salafiste pour la prédication et le combat, l'armée tchadienne n'a eu à intercepter que des convois de trafiquants à travers le Sahara. Mais désormais, tout a changé. Le contingent tchadien a joué un rôle crucial dans la libération du Nord-Mali, notamment lors de la sanglante bataille de la vallée d'Amettetaï en février, et plus encore qu'Issoufou, Déby Itno est aujourd'hui l'homme à abattre sur les réseaux sociaux de l'internet « qaïdiste ». Entre deux foyers infectieux, celui d'Aqmi dans le Nord et celui de Boko Haram dans le Sud, N'Djamena retient son souffle.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Libye

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Trois ans après Kadhafi, les Libyens entre déception et peur

Le 20 octobre 2011 chutait Mouammar Kadhafi. Trois ans plus tard, nombre de Libyens sont déçus, tant le pays est plongé dans le chaos et livré aux milices.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar au Tchad et la défaite finale de Ouadi Doum

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce quatrième et avant-dernier billet de[...]

Libye : 75 morts en moins d'une semaine dans les combats de Benghazi

Neuf personnes ont été tuées dimanche dans de nouvelles violences à Benghazi, portant à 75 le bilan des morts depuis le début d'une offensive contre les groupes islamistes qui[...]

Libye : les États-Unis et des pays européens réclament la fin des combats

Les Etats-Unis et les grandes puissances d'Europe occidentale ont réclamé samedi la "fin immédiate" des combats en Libye, où des forces gouvernementales ont lancé des[...]

Libye : Abdelhakim Belhadj prend du galon

Ancien opposant à Kadhafi, l'islamiste nationaliste Abdelhakim Belhadj  s'impose comme un interlocuteur incontournable au milieu du chaos libyen.[...]

Libye : au moins 17 morts en 24 heures à Benghazi

Au moins 17 personnes ont été tuées en 24 heures dans les affrontements à Benghazi, selon une source hospitalière.[...]

Libye : la deuxième vie de Khalifa Haftar (suite)

Khalifa Haftar a récemment refait surface en prenant en Libye la tête d'une offensive toujours en cours contre les milices islamistes de Misrata et Benghazi. Dans ce troisième billet de blog, Laurent[...]

Attaque du consulat américain de Benghazi : Ahmed Abou Khattala encourt la peine de mort

Un jury américain a prononcé mardi une nouvelle série d'inculpations à l'encontre d'Ahmed Abou Khattala, le cerveau présumé de l'attaque du consulat américain de Benghazi, en [...]

En Libye, à quoi joue le Soudan ?

À Tobrouk, les autorités libyennes regardent toujours Karthoum de travers...[...]

En Libye, Ban Ki-moon appelle à un cessez le feu et incite au dialogue

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a appelé samedi à la fin des hostilités en Libye, au cours d'une visite éclair destinée à donner un coup de pouce au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers