Extension Factory Builder
31/05/2013 à 07:54
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Tribune de Human Rights Watch, ONG de défense des droits humains.

La dernière version du projet de Constitution tunisienne défend de nombreux droits fondamentaux, qu'ils soient civils, politiques, sociaux, économiques ou culturels, et comprend des améliorations par rapport aux textes précédents. Cependant, elle contient aussi plusieurs articles incompatibles avec les obligations de la Tunisie en termes de droits humains qui découlent des traités internationaux, et qui pourraient compromettre la protection de ces droits. L'article 21, qui énonce que « les conventions internationales dûment ratifiées par le Parlement ont un statut supérieur à la loi et inférieur à la Constitution », crée le risque que la Constitution soit utilisée pour passer outre ou amoindrir la protection de certains droits fondamentaux garantis par certains traités que la Tunisie a ratifiés.

Les autres dispositions suscitant l'inquiétude sont : 

- le préambule, qui fait reposer les fondements de la Constitution sur « les principes des droits humains universels en concordance avec les spécificités culturelles du peuple tunisien ». Cette phrase donne une marge de manoeuvre aux législateurs et aux juges pour s'éloigner des normes internationales relatives aux droits fondamentaux ; 

- l'article 5, qui déclare que « l'État garantit la liberté de croyance et de culte religieux », mais ne mentionne pas la liberté de pensée et de conscience, y compris le droit de changer de religion ou de devenir athée. Les droits humains seraient mieux protégés par une garantie explicite de la liberté de pensée et de conscience ; 

- une définition insuffisante des limites acceptables à imposer à la liberté d'expression, d'assemblée et d'association : plusieurs articles [...] définissent la portée de la liberté d'expression, d'assemblée et d'association en permettant au corps législatif d'adopter des lois qui restreignent ces droits, mais sans présenter clairement les limites des restrictions ; 

- une disposition discriminatoire qui prévoit que seul(e) un(e) musulman(e) peut devenir président(e) de la République. Cette disposition contredit l'article 6, selon lequel « tous les citoyens sont égaux en droits et en devoirs devant la loi, sans aucune discrimination ». En outre, le projet de Constitution continue à restreindre l'égale protection de la loi aux seuls citoyens de Tunisie.

Liberté de religion, de pensée et de conscience

L'Assemblée constituante devrait [...] inclure une clause générale introduisant directement dans la loi tunisienne les droits humains tels que définis par les traités internationaux ratifiés par la Tunisie. [...] L'Assemblée devrait aussi inclure une clause énonçant que les droits et libertés exposés dans la Constitution engagent le corps législatif, l'exécutif, la justice et tous les organes d'État.

Elle devrait inclure une proclamation de la liberté de religion, de pensée et de conscience, et affirmer que celle-ci englobe la liberté de changer de religion ou de croyance, de pratiquer en public et en privé n'importe quelle religion à travers le culte, l'accomplissement de rites ou les coutumes, ou encore le droit de ne pratiquer aucune religion.

Elle devrait affirmer clairement que la mention de l'islam comme religion d'État ou bien les références à l'islam dans le préambule ne doivent pas être interprétées de façon à aller à l'encontre des droits et des libertés exposés dans la Constitution ou des conventions internationales sur les droits humains ratifiées par la Tunisie, ni ne devraient déboucher sur une discrimination visant les adeptes d'autres religions ou les non-croyants ;

Hommes et femmes égaux

Elle devrait inclure une clause générale énonçant que les droits et libertés proclamés par la Constitution ne peuvent être restreints que lorsque ces restrictions sont permises par le droit international.

Elle devrait proclamer que tous les citoyens et toutes les personnes présentes sur le territoire ou soumises à la juridiction tunisienne jouissent d'une égalité devant la loi, sans discrimination d'aucune sorte, que ce soit par rapport à l'origine ethnique, à la couleur de peau, au sexe, à la langue, à la religion, aux opinions politiques ou autres, à l'origine nationale ou sociale, au statut de propriété, de naissance ou à tout autre statut.

La Constitution devrait enfin inclure une disposition précisant que les femmes et les hommes sont reconnus comme égaux, qu'ils ont droit à la pleine égalité dans la loi et dans les pratiques, ainsi qu'à des opportunités égales dans tous les domaines de la vie, notamment sans aucune limite dans les sphères civique, culturelle, économique, politique et sociale.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport condu[...]

Élections en Tunisie : la mobilisation des électeurs est-elle dans l'impasse ?

À trois mois des élections législatives et présidentielle tunisiennes, le pays peine à convaincre ses électeurs de s'inscrire sur les listes électorales. Retour sur les causes -[...]

Adel Fekih : "En Tunisie, il faut dépasser les polémiques"

"Affaire du salon d'honneur", allégeance à Ettakatol... Vivement critiqué malgré un bilan plus que satisfaisant, le diplomate Adel Fekih défend son action à la tête[...]

Tunisie : craintes de "benalisation" de l'État qui durcit la lutte contre le terrorisme

La sanglante attaque qui a tué 15 militaire tunisiens mi-juillet a poussé l'État à prendre des mesures fortes contre les appels au jihad, comme la fermeture de mosquées et de médias. Entre[...]

Défense : quelles capacités militaires pour la Tunisie en 2014 ?

Adoptées au dernier trimestre de l'année 2013, les premières mesures pour pallier les carences des armées de terre et de l'air ont été mises en oeuvre par le nouveau gouvernement tunisien[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa, en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire

Mehdi Jomâa, le chef du gouvernement tunisien, se trouvait mardi en Algérie pour tenter de renforcer la coopération sécuritaire face aux groupes terroristes, quelques jours après une attaque qui[...]

Tunisie : Mehdi Jomâa et les leçons de Henchir Talla

L'attaque terroriste de Henchir Talla, qui a fait au moins 15 morts dans la région du mont Chaambi le 16 juillet, a laissé des traces. Le Premier ministre assure en avoir tiré toutes les conséquences.[...]

Mohamed Talbi, l'homme qui éclaire l'islam

Nous avons pourtant essayé... De vous proposer cette semaine des sujets sympas pour les vacances, ceux que l'on aime lire au bord d'une plage de sable fin ou tranquillement assis dans son jardin en sirotant un [...]

Tunisie : fermeture de mosquées et de médias après la mort d'au moins 15 soldats

Le gouvernement tunisien a annoncé une série de mesures, dont la fermeture de mosquées et celle de médias "appelant au jihad", suite à la mort d'au moins 15 soldats dans une attaque[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

À 93 ans, le doyen de la pensée critique musulmane s'est livré à "Jeune Afrique" dans une grande interview où il dévoile la face avant-gardiste de l'islam et dénonce le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers