Extension Factory Builder
14/05/2013 à 13:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le 15 avril dernier, la capitale de la République démocratique du Congo attendait un tremblement de terre : la chute du gouvernement dirigé par Augustin Matata Ponyo depuis un an. Tous les regards étaient tournés vers le Palais du peuple, siège du Parlement. Le Premier ministre devait répondre à une motion de censure déposée à l'Assemblée nationale par un député de l'opposition, auquel s'étaient joints certains de ses collègues de... la majorité au pouvoir. Il fallait 125 signatures pour que la motion soit validée. Il y en a eu 137. Puis 96, à la suite du désistement d'une flopée d'élus. La motion a donc fait pschitt, comme on dit aujourd'hui. Matata et ses ministres sont repartis pour un tour, le sourire en plus.

Le fin mot de l'affaire, c'est que la motion de censure a été suscitée dans le propre camp du Premier ministre, au sein de la formation politique à laquelle il appartient : le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). Original, non ? Imaginez quelques personnages sans foi ni loi, rongés par la kleptomanie, et pour qui l'argent - toujours plus d'argent - reste la valeur suprême. Ces gens-là répètent à l'envi que l'argent, leur dieu, ne circule plus depuis l'arrivée de Matata à la primature. Ils préfèrent le voir atterrir dans leurs poches déjà pleines à craquer plutôt que dans les caisses d'un État qui a le blues. Pour arriver à leurs fins, ils n'ont pas hésité, à force de manigances, de messes basses, de micmacs, à faire un croc-en-jambe à leur propre camarade, l'empêcheur de tourner en rond. Que l'opposition veuille renverser un gouvernement, c'est son rôle. Mais que la majorité se fasse seppuku, c'est abracadabrant, même si la politique, pour aller vite, est l'art des coups fourrés.

Que voulaient donc les honorables députés ? Notamment une augmentation des salaires des fonctionnaires. De combien pour le moins bien loti ? De quelque 20 dollars, faisant plafonner son salaire à 70 dollars. Et comme l'on n'est jamais mieux servi que par soi-même, ils ont demandé la hausse de leurs émoluments : à 14 000 dollars, contre 8 000 dollars mensuels tout compris aujourd'hui, alignés sur ceux des sénateurs. Raison invoquée pour obtenir cette rallonge ? Leur qualité d'élus du peuple, qui devrait leur donner droit à un meilleur traitement par rapport aux sénateurs, dont le mandat n'est pas issu du suffrage universel. En cherchant à gagner plus, les députés, qui avaient déjà interpellé le Premier ministre en 2012, oublient que leur pays est dernier sur la liste des nations du monde en termes d'indice de développement humain. Quand proposeront-ils une réduction de ce qu'ils gagnent au profit de la communauté ?

Le 23 avril, le président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku, était l'invité d'une émission diffusée sur la chaîne de télévision publique. Interrogé sur ses priorités à venir dans le cadre parlementaire, il a été on ne peut plus clair : le gouvernement et le Premier ministre doivent savoir que l'Assemblée nationale a un pouvoir de contrôle et d'interpellation pouvant aboutir à de nouvelles motions de censure. Dorénavant, ce pouvoir sera utilisé pour que le Premier ministre et les ministres aient « peur du gendarme ». Tremblez, gouvernement, tremblez : le gendarme arrive !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop ch&eg[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

L'eldorado européen de la prostitution africaine

Des filières de prostitution structurées se sont mises en place entre l'Afrique et l'Europe. Lorsqu'elles ne tombent pas aux mains des mafieux, ces femmes développent un business florissant.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers