Extension Factory Builder
14/05/2013 à 13:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Le 15 avril dernier, la capitale de la République démocratique du Congo attendait un tremblement de terre : la chute du gouvernement dirigé par Augustin Matata Ponyo depuis un an. Tous les regards étaient tournés vers le Palais du peuple, siège du Parlement. Le Premier ministre devait répondre à une motion de censure déposée à l'Assemblée nationale par un député de l'opposition, auquel s'étaient joints certains de ses collègues de... la majorité au pouvoir. Il fallait 125 signatures pour que la motion soit validée. Il y en a eu 137. Puis 96, à la suite du désistement d'une flopée d'élus. La motion a donc fait pschitt, comme on dit aujourd'hui. Matata et ses ministres sont repartis pour un tour, le sourire en plus.

Le fin mot de l'affaire, c'est que la motion de censure a été suscitée dans le propre camp du Premier ministre, au sein de la formation politique à laquelle il appartient : le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD). Original, non ? Imaginez quelques personnages sans foi ni loi, rongés par la kleptomanie, et pour qui l'argent - toujours plus d'argent - reste la valeur suprême. Ces gens-là répètent à l'envi que l'argent, leur dieu, ne circule plus depuis l'arrivée de Matata à la primature. Ils préfèrent le voir atterrir dans leurs poches déjà pleines à craquer plutôt que dans les caisses d'un État qui a le blues. Pour arriver à leurs fins, ils n'ont pas hésité, à force de manigances, de messes basses, de micmacs, à faire un croc-en-jambe à leur propre camarade, l'empêcheur de tourner en rond. Que l'opposition veuille renverser un gouvernement, c'est son rôle. Mais que la majorité se fasse seppuku, c'est abracadabrant, même si la politique, pour aller vite, est l'art des coups fourrés.

Que voulaient donc les honorables députés ? Notamment une augmentation des salaires des fonctionnaires. De combien pour le moins bien loti ? De quelque 20 dollars, faisant plafonner son salaire à 70 dollars. Et comme l'on n'est jamais mieux servi que par soi-même, ils ont demandé la hausse de leurs émoluments : à 14 000 dollars, contre 8 000 dollars mensuels tout compris aujourd'hui, alignés sur ceux des sénateurs. Raison invoquée pour obtenir cette rallonge ? Leur qualité d'élus du peuple, qui devrait leur donner droit à un meilleur traitement par rapport aux sénateurs, dont le mandat n'est pas issu du suffrage universel. En cherchant à gagner plus, les députés, qui avaient déjà interpellé le Premier ministre en 2012, oublient que leur pays est dernier sur la liste des nations du monde en termes d'indice de développement humain. Quand proposeront-ils une réduction de ce qu'ils gagnent au profit de la communauté ?

Le 23 avril, le président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku, était l'invité d'une émission diffusée sur la chaîne de télévision publique. Interrogé sur ses priorités à venir dans le cadre parlementaire, il a été on ne peut plus clair : le gouvernement et le Premier ministre doivent savoir que l'Assemblée nationale a un pouvoir de contrôle et d'interpellation pouvant aboutir à de nouvelles motions de censure. Dorénavant, ce pouvoir sera utilisé pour que le Premier ministre et les ministres aient « peur du gendarme ». Tremblez, gouvernement, tremblez : le gendarme arrive !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : accusé de 'trafic d'armes', le général Gabriel Amisi 'blanchi'

RDC : accusé de "trafic d'armes", le général Gabriel Amisi "blanchi"

Le Conseil supérieur de la défense a annoncé jeudi avoir "blanchi" le général Gabriel Amisi, ex-chef d'état-major des forces terrestres de l'armée congolaise. L'officier &[...]

Football : le Belge d'origine congolaise Romelu Lukaku à Everton pour cinq ans

Malgré une prestation en demi-teinte avec les Diables rouges lors de la phase finale de la Coupe du monde 2014 au Brésil, l'attaquant belge d'origine congolaise Romelu Lukaku devrait signer pour cinq ans à[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

RDC : Tshisekedi, Kamerhe et Fayulu appellent au rassemblement le 4 août contre la révision constitutionnelle

Dans une lettre commune publiée mardi, l'UDPS d'Étienne Tshisekedi, l'UNC de Vital Kamerhe et l'Ecide de Martin Fayulu appellent les Congolais à se réunir le 4 août sur une grande place de[...]

RD Congo : le directeur général de la Gécamines révoqué pour "manquements graves"

 Ahmed Kalej Nkand a été démis de son poste d’administrateur directeur général de la Gécamines, en RD Congo, en raison "de manquements graves dans l’exercice de ses[...]

Lambert Mende à Kisangani pour rassurer sur l'arrivée des FDLR

Lambert Mende, ministre de la Communication de RDC et porte-parole du gouvernement, est à Kisangani depuis matin. Objectif : calmer les inquiétudes de la population du chef-lieu de la Province orientale qui [...]

RDC : les miliciens Enyele ont-ils attaqué le camp militaire Tshatshi ?

Quelques jours après l'attaque contre le camp militaire Tshatshi, le 22 juillet à Kinshasa, l'identité des assaillants et leurs motivations commencent à se préciser. Selon plusieurs sources[...]

Oreilles meurtries

Je vous ai parlé, il n'y a pas longtemps, de cet immeuble de vingt-deux niveaux situé sur le boulevard du 30-Juin, la plus grande artère du centre-ville de Kinshasa. Je vous ai dit que j'étais[...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

RDC : retour au calme à Kinshasa après l'attaque du camp militaire Tshatshi

Les autorités congolaises ont affirmé mardi avoir déjoué l'attaque d'un groupe d'inconnus armés contre le camp militaire Tshatshi, à Kinshasa. Le calme était de retour en fin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers