Extension Factory Builder
30/04/2013 à 15:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

En matière de scandales politico-financiers, le Sénégal vit une expérience inédite qui ravale l'affaire Cahuzac, en France, au rang d'aimable telenovela brésilienne. Au lendemain de l'élection de Macky Sall, c'est une véritable opération mains propres qu'a déclenchée son gouvernement. Visant les plus hauts responsables du défunt régime Wade, soupçonnés d'appropriation à grande échelle du patrimoine de l'État, les procédures initiées par la justice ont conduit, en moins de un an, au placement en détention de Karim Wade

La détermination du nouveau pouvoir à rompre avec des pratiques qui n'avaient que trop longtemps gangrené la gestion du bien public, sapant la confiance dans l'intégrité de ses élites, mérite d'être saluée et encouragée. Toutefois, dès lors qu'elle emprunte la voie judiciaire, cette croisade se doit d'en respecter les principes fondamentaux, faute de quoi la lutte contre l'impunité s'en trouverait fragilisée. La décision rendue en février par la Cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao) rappelait, en substance, cette évidence : si les principaux ténors du régime Wade ne sont plus - et c'est heureux - au-dessus des lois, ils ne sont pas non plus passés au-dessous. Ils bénéficient de la présomption d'innocence et de la plénitude des droits de la défense.

Quant au fond du dossier, il est censé reposer sur un postulat implicite : démontrer de manière incontestable que le patrimoine frauduleux appartient bien à l'intéressé.

Adoptée en 1981, la loi sur l'enrichissement illicite devait offrir une alternative à la poursuite d'infractions financières classiques - comme la corruption - réputées complexes à établir. D'où cette disposition permettant de contourner l'obstacle : plutôt que d'exiger de la justice qu'elle prouve les malversations, c'est à la personne mise en cause de prouver la licéité de l'acquisition de son patrimoine.

À ce stade de la procédure, la principale question concerne la dizaine de sociétés portuaires ou aéroportuaires dont il faut déterminer de façon incontestable qu'elles seraient une possession déguisée de l'ancien ministre. 

Or les éléments aujourd'hui disponibles incitent à rester prudent sur cette thèse. Si elle ne se vérifiait pas, cela ne signifierait pas pour autant que le président Wade et son proche entourage ont pratiqué une gestion vertueuse des deniers publics. Mais si la justice doit passer, elle ne peut s'exercer qu'avec rigueur et impartialité, en considérant les puissants d'hier comme des justiciables parmi d'autres. La réussite de l'opération mains propres voulue par Macky Sall est à ce prix.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de l&[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Tragédie de Thiaroye : lettre ouverte à François Hollande

Julien Fargettas est historien. Il a publié en 2012 l'imposant "Les Tirailleurs sénégalais", aux éditions Tallandier. Il a fait parvenir ce texte à François Hollande au mois de[...]

Procès Wade : vers l'évacuation sanitaire de "Bibo Bourgi" ?

Le principal complice présumé de Karim Wade, Bibo Bourgi, ne serait pas en état de comparaître devant la CREI, selon des expertises médicales. Un nouveau rebondissement qui pourrait[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers