Extension Factory Builder
02/04/2013 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À quoi sert une visite officielle de chef d'État ? À nouer, ou à entretenir, une relation. À illustrer les grands principes, et donc les choix, d'une politique étrangère. À raffermir, ou à conquérir, des positions, donc à signer des contrats. Mais une visite de chef d'État constitue surtout un excellent indicateur de l'intérêt porté par une nation à une autre - ou à une zone géographique. S'agissant de l'Afrique, continent hier maudit, et aujourd'hui, de manière non moins excessive, béni des dieux et courtisé, trois exemples récents en disent long sur l'importance que lui accordent ses trois principaux partenaires.

Xi Jinping, le nouveau président chinois, affiche clairement ses ambitions : contester la puissance occidentale en nouant une alliance stratégique avec les autres membres des Brics (Brésil, Russie, Inde et Afrique du Sud). Cette alliance a été scellée à Durban, en cette fin mars, deuxième étape d'un périple subsaharien entamé à Dar es-Salaam (Tanzanie), quelques jours après sa prise de fonctions officielle, et achevé à Brazzaville (Congo). Le message est clair, et partout identique : la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l'Afrique ; elle entend le rester car elle a grand besoin de ses ressources naturelles, et souhaite y affirmer sa puissance. Ce qui ne l'empêche nullement d'entendre les critiques qui fusent depuis quelque temps : prédation économique, corruption, violation des droits de l'homme... Et de tenter d'y répondre. C'est dans cet objectif que Xi Jinping a passé près de deux jours dans chacun des pays visités.

Au même moment, Barack Obama a fait un tout autre choix, presque humiliant pour des Africains, qui, en 2008, attendaient beaucoup - trop ? - de son élection et... n'ont pas vu venir grand-chose. En accordant à un « package » de quatre chefs d'État parmi les plus méritants d'un point de vue démocratique (Sénégal, Malawi, Cap-Vert, Sierra Leone) une audience commune et sans autre intérêt pour nos chefs que de ramener une photo-souvenir du Bureau ovale, comme une relique après un pèlerinage, il a envoyé un très mauvais signal. L'Afrique ne compte guère, et les États-Unis ont d'autres chats à fouetter. Seule récompense pour les bons élèves : une visite groupée de la Maison Blanche, une poignée de main avec la star interplanétaire... Emballez, c'est pesé !

Quant à notre explorateur des abysses de l'impopularité qu'est devenu François Hollande, le programme de sa visite au Maroc, les 3 et 4 avril, illustre à merveille l'immobilisme de sa doctrine africaine. Au pas de charge, du début à la fin : dix-neuf « événements » ou rendez-vous programmés en un jour et demi ! Et un manque d'originalité confondant : inauguration d'une station de traitement des eaux, visite de la mosquée Hassan-II, rencontres express avec des responsables d'institution, des représentants de la société civile, des chefs d'entreprise, des étudiants... Bref, surtout pas de vagues, du damage control permanent, pas de dynamique ni de ligne directrice autre qu'un sempiternel exercice d'équilibriste entre le royaume et son voisin algérien. Et on s'étonnera après ça que la Chine et les pays émergents taillent des croupières aux Occidentaux !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte [...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

La diversité religieuse ? Une richesse inéquitablement répartie

Chrétiens, juifs, musulmans, animistes, athées... Sur Terre, ce n'est pas la diversité qui manque. Une enquête recense les pays où elle est le plus forte. Première en Afrique, la[...]

Japon - Yoshifumi Okamura : en Afrique, "c'est maintenant qu'il faut y aller !"

De passage à Paris, l'ancien ambassadeur du Japon en Côte d'Ivoire - et désormais représentant personnel du Premier ministre pour l'Afrique-, Yoshifumi Okamura, évoque l'avancée des[...]

Risque-pays : les bons et les mauvais élèves africains

Aon Risk Solutions vient de publier la 16e édition de la carte de risque pays. Si l'Afrique australe reste (à l'exception du Zimbabwe) la zone la moins risquée du continent, le Maroc, le Ghana et l'Ouganda[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Veni vidi... Vinci ?

Après des années de suprématie chinoise, les français Bouygues, Eiffage et Vinci repartent à l'assaut du continent. Leurs atouts ? Qualité, respect des délais et recours[...]

Olivier Stintzy : "Investir dans les hôpitaux, les écoles, le logement"

Pour ce gestionnaire de fonds, les partenariats public-privé permettent de prolonger la durée de vie des équipements à vocation sociale tout en garantissant leur rentabilité.[...]

Casa África, aux Canaries, une fenêtre espagnole sur le continent

Créée en 2006 comme un consortium entre le ministère espagnol des Affaires étrangères, le gouvernement des Canaries et la municipalité de Las Palmas où elle a son siège,[...]

Carte : droit à l'avortement, l'Afrique entre tabou et désinformation

Dans la majorité des pays d’Afrique, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est soumise à des conditions tellement strictes que l'avortement clandestin demeure la règle. Avec toutes les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers