Extension Factory Builder
02/04/2013 à 09:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À quoi sert une visite officielle de chef d'État ? À nouer, ou à entretenir, une relation. À illustrer les grands principes, et donc les choix, d'une politique étrangère. À raffermir, ou à conquérir, des positions, donc à signer des contrats. Mais une visite de chef d'État constitue surtout un excellent indicateur de l'intérêt porté par une nation à une autre - ou à une zone géographique. S'agissant de l'Afrique, continent hier maudit, et aujourd'hui, de manière non moins excessive, béni des dieux et courtisé, trois exemples récents en disent long sur l'importance que lui accordent ses trois principaux partenaires.

Xi Jinping, le nouveau président chinois, affiche clairement ses ambitions : contester la puissance occidentale en nouant une alliance stratégique avec les autres membres des Brics (Brésil, Russie, Inde et Afrique du Sud). Cette alliance a été scellée à Durban, en cette fin mars, deuxième étape d'un périple subsaharien entamé à Dar es-Salaam (Tanzanie), quelques jours après sa prise de fonctions officielle, et achevé à Brazzaville (Congo). Le message est clair, et partout identique : la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l'Afrique ; elle entend le rester car elle a grand besoin de ses ressources naturelles, et souhaite y affirmer sa puissance. Ce qui ne l'empêche nullement d'entendre les critiques qui fusent depuis quelque temps : prédation économique, corruption, violation des droits de l'homme... Et de tenter d'y répondre. C'est dans cet objectif que Xi Jinping a passé près de deux jours dans chacun des pays visités.

Au même moment, Barack Obama a fait un tout autre choix, presque humiliant pour des Africains, qui, en 2008, attendaient beaucoup - trop ? - de son élection et... n'ont pas vu venir grand-chose. En accordant à un « package » de quatre chefs d'État parmi les plus méritants d'un point de vue démocratique (Sénégal, Malawi, Cap-Vert, Sierra Leone) une audience commune et sans autre intérêt pour nos chefs que de ramener une photo-souvenir du Bureau ovale, comme une relique après un pèlerinage, il a envoyé un très mauvais signal. L'Afrique ne compte guère, et les États-Unis ont d'autres chats à fouetter. Seule récompense pour les bons élèves : une visite groupée de la Maison Blanche, une poignée de main avec la star interplanétaire... Emballez, c'est pesé !

Quant à notre explorateur des abysses de l'impopularité qu'est devenu François Hollande, le programme de sa visite au Maroc, les 3 et 4 avril, illustre à merveille l'immobilisme de sa doctrine africaine. Au pas de charge, du début à la fin : dix-neuf « événements » ou rendez-vous programmés en un jour et demi ! Et un manque d'originalité confondant : inauguration d'une station de traitement des eaux, visite de la mosquée Hassan-II, rencontres express avec des responsables d'institution, des représentants de la société civile, des chefs d'entreprise, des étudiants... Bref, surtout pas de vagues, du damage control permanent, pas de dynamique ni de ligne directrice autre qu'un sempiternel exercice d'équilibriste entre le royaume et son voisin algérien. Et on s'étonnera après ça que la Chine et les pays émergents taillent des croupières aux Occidentaux !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Derrière la rhétorique des guerres climatiques

Philippe Roudier est chercheur, spécialiste des impacts du changement climatique en Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers