Extension Factory Builder
25/03/2013 à 11:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Avis aux éventreurs de Joseph Kony, aux égorgeurs d'Abdelhamid Droukdel et aux massacreurs d'Abubakar Shekau : l'Arabie saoudite recrute. Le job est sans risque cette fois puisque parfaitement légal, il requiert une certaine maîtrise technique qu'à coup sûr vous possédez déjà, il n'a rien de précaire puisque votre contrat sera à durée indéterminée et il est bien payé, ce qui ne gâche rien. L'Arabie saoudite connaît en effet une inquiétante pénurie de... bourreaux, et le ministère de la Justice, qui, conjointement avec ceux de l'Intérieur et de la Santé (sic), gère et régule cette profession, est prêt à examiner les CV, pourvu qu'ils émanent de bons musulmans sachant manier le sabre. Cette information en provenance de Riyad, où les décapitations du vendredi, après la prière, sur la place Dira, dite « place coupe-coupe », sont l'une des distractions prisées des habitants, est sérieuse. On ne sait pas pourquoi au juste les bourreaux sont de plus en plus difficiles à dénicher, mais ce spectacle barbare, qui s'est reproduit à soixante-seize reprises en 2012 et vingt-six fois depuis le début de cette année, est apparemment menacé. Soucieux de maintenir cette spécificité culturelle inhérente à leur patrimoine religieux, les gardiens des lieux saints ont trouvé une solution de remplacement : le peloton d'exécution, quitte hélas à devoir éloigner le public, une balle perdue étant vite arrivée. Il va donc de soi que ce pis-aller ne saurait être que provisoire : rien ne vaut l'éclair de la lame faisant gicler le sang sur le sable chaud sous les applaudissements des connaisseurs.

L'Arabie saoudite, qui est avec la Chine, l'Iran, l'Irak et les États-Unis l'un des plus fervents consommateurs de peines de mort exécutées de la planète, mais la seule à pratiquer la décollation, y compris pour les femmes et les mineurs au moment des faits, est également en pointe pour les châtiments corporels. Notamment les flagellations, les lapidations et ce must que sont les amputations croisées main droite-pied gauche : un vrai bijou de sauvagerie. Flagellations, lapidations, amputations au nom de la charia : c'est l'exportation de ces pratiques inhumaines dans le nord du Mali qui a servi de justification morale à l'intervention française dans ce pays. Mais la famille Saoud, propriétaire du seul pays au monde où les femmes sont interdites de volant et matrice du wahhabisme jihadiste, ne risque rien. Ni Serval, ni Tempête du désert, ni Liberté immuable, ni Restore Hope, encore moins une opération anti-biens mal acquis sur ses multiples avoirs à l'étranger. Nul n'oserait contrarier le deuxième producteur mondial de pétrole (après la Russie) et, bientôt, qui sait, annonceur chez Pôle Emploi : « Rech. bourreau halal sachant manier sabre. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Centrafrique : putsch repetita ?

Article pr�c�dent :
Syrie : la révolution selon Bachar al-Assad

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Les nouveaux passeports palestiniens affichent la mention "État de Palestine"

Les nouveaux passeports palestiniens arboreront dès à présent la mention "État de Palestine". Plus symbolique qu’officielle, cette modification a tout de même suscité un[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un[...]

Libye : tentative d'assassinat contre le Premier ministre Al-Theni

Le Premier ministre Abdallah al-Theni a échappé mardi soir à une tentative d'assassinat à Tobrouk, dans l'est du pays, lors d'une attaque menée par des hommes armés non identifiés.[...]

Égypte : pour les Frères musulmans, c'est le moment de compter ses amis

Condamné à mort avec 106 coaccusés, l'ex-président Morsi verra-t-il sa peine commuée ? En attendant, dans le monde arabe, les partis islamistes proches des Frères musulmans sont[...]

Algérie : camouflet pour Amar Saadani, le patron du FLN...

C'est une sacrée gifle que vient de recevoir Amar Saadani, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), déjà confronté à la contestation de plusieurs[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers