Extension Factory Builder
04/03/2013 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« Jeune Afrique nous insultait du temps de Ben Ali, touchait des subventions de sa part et continue de nous insulter aujourd'hui. Je ne sais pas au profit de qui. Je ne sais pas en faveur de qui. » Telle est la réponse de Rached Ghannouchi, dans un entretien à l'hebdomadaire français Le JDD, à la couverture que nous lui avons consacrée il y a deux semaines intitulée « L'homme qui a trahi la révolution » (J.A. no 2719). Pourtant, la question posée par nos confrères portait sur la charge d'Abdelfattah Mourou, vice-­président d'Ennahdha, qualifiant dans nos colonnes la gestion du pays de catastrophique... Voilà comment réagit systématiquement Ghannouchi face à la critique : insulter, ne jamais répondre sur le fond, accuser ses contempteurs, quels qu'ils soient, d'être des suppôts de Ben Ali et des contre-révolutionnaires (comme si lui et les siens avaient constitué l'avant-garde de la révolution).

S'il est des comportements qui rappellent furieusement Ben Ali, ce sont bien ceux des faucons de son parti, l'aile radicale qu'il incarne, quoi qu'il en dise. Dans quelle démocratie verrait-on aujourd'hui les militants du parti au pouvoir descendre dans la rue pour soutenir un gouvernement dont le bilan est proche du néant ? Lequel s'évertue, en dépit du bon sens, à minimiser les problèmes ? Qui traite systématiquement la plupart de ses adversaires politiques de sicaires de l'ancien régime RCD ? La différence avec le président déchu, qui qualifiait ceux qui voulaient sa chute de « terroristes » ou d'« ennemis à la solde de l'étranger », ne saute pas aux yeux...

Que les choses soient claires : Jeune Afrique a choisi de se montrer patient et de juger sur pièces. Loin de nous l'idée de condamner a priori qui que ce soit. Contrairement à ce que suggère M. Ghannouchi, nous n'avons aucun compte à régler, ni la moindre allégeance de l'ombre à défendre. Seuls les faits, les actes et leurs résultats nous importent à propos d'un pays qui nous est cher et où J.A. est né il y a plus d'un demi-siècle. Nous nous sommes bornés à dénoncer les fautes et dérives dont ceux qui sont aujourd'hui au pouvoir sont comptables : toujours pas de Constitution, alors que sa rédaction aurait dû prendre six mois à un an, tout au plus, pas l'once d'un progrès en matière économique, de graves reculs sur le plan social, une justice qui n'a jamais aussi mal porté son nom, le développement ahurissant d'une véritable culture de la violence incarnée par l'émergence de milices nahdhaouies, l'usage abusif de la force par les représentants de l'État, comme à Siliana en novembre 2012, face à des manifestants dont le seul tort était de dénoncer leur condition d'oubliés de la révolution, alors que les salafistes, eux, sont ménagés, voire courtisés, la volonté de confisquer le pouvoir en plaçant ses ouailles au sein de tous les rouages de l'État, aggravée par des critères de sélection dont la compétence est totalement absente et où la docilité à l'égard du parti et de son chef prime... Une conception de la démocratie qui, en somme, commence et s'arrête aux élections, tout le reste relevant du fait du prince.

Puisqu'une nouvelle étape débute avec la nomination d'Ali Larayedh au poste de Premier ministre, accordons à ce dernier le bénéfice du doute, en espérant qu'il marche sur les traces de Hamadi Jebali et qu'il écoute, lui, enfin, les exigences (re)formulées par les Tunisiens au lendemain de l'assassinat de Chokri Belaïd : l'instauration d'une authentique démocratie, mais aussi de l'État de droit, et la mise en oeuvre d'un projet de société en phase avec la riche histoire de ce pays dans lequel chaque citoyen se retrouverait. Tout autre dessein est voué à l'échec, et ses architectes, tôt ou tard, aux oubliettes de l'Histoire. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
The Economist, so afro-optimist !

Article pr�c�dent :
Mali : Super Déby en première ligne

Réagir à cet article

Tunisie

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Tunisie : Nidaa Tounes dit avoir trouvé une majorité sans les islamistes

Le parti anti-islamiste Nidaa Tounès est en mesure de former une coalition majoritaire au Parlement pour gouverner sans avoir à nouer une alliance contre-nature avec les islamistes d'Ennahdha, a affirmé[...]

Mali : le Tunisien Mongi Hamdi nommé à la tête de la Minusma

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Mongi Hamdi, remplace le Néerlandais Bert Koenders à la tête de la Minusma, a annoncé vendredi un communiqué des Nations unies.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers