Extension Factory Builder
04/03/2013 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« Jeune Afrique nous insultait du temps de Ben Ali, touchait des subventions de sa part et continue de nous insulter aujourd'hui. Je ne sais pas au profit de qui. Je ne sais pas en faveur de qui. » Telle est la réponse de Rached Ghannouchi, dans un entretien à l'hebdomadaire français Le JDD, à la couverture que nous lui avons consacrée il y a deux semaines intitulée « L'homme qui a trahi la révolution » (J.A. no 2719). Pourtant, la question posée par nos confrères portait sur la charge d'Abdelfattah Mourou, vice-­président d'Ennahdha, qualifiant dans nos colonnes la gestion du pays de catastrophique... Voilà comment réagit systématiquement Ghannouchi face à la critique : insulter, ne jamais répondre sur le fond, accuser ses contempteurs, quels qu'ils soient, d'être des suppôts de Ben Ali et des contre-révolutionnaires (comme si lui et les siens avaient constitué l'avant-garde de la révolution).

S'il est des comportements qui rappellent furieusement Ben Ali, ce sont bien ceux des faucons de son parti, l'aile radicale qu'il incarne, quoi qu'il en dise. Dans quelle démocratie verrait-on aujourd'hui les militants du parti au pouvoir descendre dans la rue pour soutenir un gouvernement dont le bilan est proche du néant ? Lequel s'évertue, en dépit du bon sens, à minimiser les problèmes ? Qui traite systématiquement la plupart de ses adversaires politiques de sicaires de l'ancien régime RCD ? La différence avec le président déchu, qui qualifiait ceux qui voulaient sa chute de « terroristes » ou d'« ennemis à la solde de l'étranger », ne saute pas aux yeux...

Que les choses soient claires : Jeune Afrique a choisi de se montrer patient et de juger sur pièces. Loin de nous l'idée de condamner a priori qui que ce soit. Contrairement à ce que suggère M. Ghannouchi, nous n'avons aucun compte à régler, ni la moindre allégeance de l'ombre à défendre. Seuls les faits, les actes et leurs résultats nous importent à propos d'un pays qui nous est cher et où J.A. est né il y a plus d'un demi-siècle. Nous nous sommes bornés à dénoncer les fautes et dérives dont ceux qui sont aujourd'hui au pouvoir sont comptables : toujours pas de Constitution, alors que sa rédaction aurait dû prendre six mois à un an, tout au plus, pas l'once d'un progrès en matière économique, de graves reculs sur le plan social, une justice qui n'a jamais aussi mal porté son nom, le développement ahurissant d'une véritable culture de la violence incarnée par l'émergence de milices nahdhaouies, l'usage abusif de la force par les représentants de l'État, comme à Siliana en novembre 2012, face à des manifestants dont le seul tort était de dénoncer leur condition d'oubliés de la révolution, alors que les salafistes, eux, sont ménagés, voire courtisés, la volonté de confisquer le pouvoir en plaçant ses ouailles au sein de tous les rouages de l'État, aggravée par des critères de sélection dont la compétence est totalement absente et où la docilité à l'égard du parti et de son chef prime... Une conception de la démocratie qui, en somme, commence et s'arrête aux élections, tout le reste relevant du fait du prince.

Puisqu'une nouvelle étape débute avec la nomination d'Ali Larayedh au poste de Premier ministre, accordons à ce dernier le bénéfice du doute, en espérant qu'il marche sur les traces de Hamadi Jebali et qu'il écoute, lui, enfin, les exigences (re)formulées par les Tunisiens au lendemain de l'assassinat de Chokri Belaïd : l'instauration d'une authentique démocratie, mais aussi de l'État de droit, et la mise en oeuvre d'un projet de société en phase avec la riche histoire de ce pays dans lequel chaque citoyen se retrouverait. Tout autre dessein est voué à l'échec, et ses architectes, tôt ou tard, aux oubliettes de l'Histoire. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
The Economist, so afro-optimist !

Article pr�c�dent :
Mali : Super Déby en première ligne

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de Tozeu[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Gabon - Tropicale Amissa Bongo : le Tunisien Rafaa Chtioui s'épanouit loin de l'Europe

Ancien grand espoir du cyclisme ayant évolué dans des formations européennes, le Tunisien Rafaâ Chtioui, vainqueur dimanche de la 10e Tropicale Amissa Bongo, la plus grande course d'Afrique,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2721p006-007.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2721p006-007.xml0 from 172.16.0.100