Extension Factory Builder
22/01/2013 à 16:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Militaires français sur une base aérienne malienne, près de Bamako. Militaires français sur une base aérienne malienne, près de Bamako. © Reuters

Tiébilé Dramé (en photo ci-dessous) est un ex-ministre des Affaires étrangères du Mali et président du Parti pour la renaissance nationale (Parena).

« N'an laara, an saara » (« Si nous restons passifs, nous serons anéantis »), selon Joseph Ki-Zerbo. De loin, j'aurais préféré que la mission qu'accomplissent les soldats français au Mali soit assurée par une armée africaine. Mais la mise en place d'une telle opération aurait pris un temps que la coalition jihadiste allait mettre à profit pour s'emparer de la base militaire de Sévaré, dotée d'un aéroport, et de la ville de Mopti. Les conséquences psychologiques et politiques d'une telle déroute auraient été désastreuses.

La prompte intervention de l'armée française a empêché le Mali de plonger dans le chaos qu'aurait entraîné le renversement programmé du président de transition, Dioncounda Traoré, par une coalition hétéroclite de partis populistes et d'organisations extrémistes. La simultanéité de l'agression terroriste et des activités séditieuses et déstabilisatrices à Bamako laisse perplexe.

Disons-le haut et fort, l'intervention française au Mali n'est pas une guerre coloniale. Elle n'est pas non plus une guerre néocoloniale dans la pure tradition de la Françafrique. C'est une guerre juste visant à affranchir tout un peuple opprimé et humilié, et à libérer les trois quarts du territoire d'un État souverain tombés sous le contrôle de groupes armés étrangers qui y instaurent une dictature obscurantiste de type moyenâgeux : viols, mariages forcés, femmes « épousées » par plusieurs miliciens, amputations, lapidations jusqu'à la mort, privation des libertés, destruction du patrimoine culturel, plusieurs centaines de milliers de déplacés et de réfugiés...

Aider les Maliens, dont l'armée et l'État se sont effondrés, à rompre les chaînes de l'oppression et de la barbarie est un acte de liberté et de démocratie.

Tel est le sombre tableau du Mali sous occupation. Aider les Maliens, dont l'armée et l'État se sont effondrés, à rompre les chaînes de l'oppression et de la barbarie est un acte de liberté et de démocratie. Et bientôt, l'armée française sera rejointe par les armées africaines décidées à verser leur sang pour la libération du Mali. Le Mali sera alors réunifié. L'autorité et la souveraineté de l'État seront à nouveau exercées sur toute l'étendue du territoire grâce à une mobilisation sans précédent de l'Afrique et de la communauté internationale.

Alors viendra l'heure de vérité pour les Maliens qui n'auront plus droit à aucune erreur, la disponibilité et la patience du monde n'étant pas sans limites. Ils devront immanquablement, sous la forme d'un dialogue national, apporter des réponses aux questions suivantes : comment s'est brisée la « vitrine » de la démocratie africaine ? Pourquoi l'armée et l'État se sont-ils effondrés ? Où étions-nous quand la gangrène de la corruption métastasait ? Qu'avons-nous fait et dit quand le narcotrafic prenait l'État en otage ? Qu'avons-nous fait pour empêcher l'installation de groupuscules jihadistes dans les montagnes de l'Adrar ? Où étions-nous quand les colonnes d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) descendaient du Timétrine et se promenaient sur les rives du lac Faguibine et dans la forêt du Wagadu ?

Si nous ne jouons pas à l'autruche du désert, un nouveau pacte national définissant les relations entre toutes les communautés, égales en droits et en devoirs, et un nouveau pacte de refondation de la République régiront les contours d'un nouveau Mali, qui émergera de l'annus horribilis qu'a été 2012.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Mali

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Mali : Moussa Mara, jeune premier...

Nommé le 5 avril, le nouveau chef du gouvernement n'a que 39 ans.[...]

Mali : Gilbert Rodrigues Leal, questions sur une mort présumée

Entre la communication tardive des jihadistes et ce que savaient les autorités françaises depuis décembre 2013, plusieurs points d'interrogations entourent l'annonce de la mort de l'otage français[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Mali : les cinq humanitaires capturés en février ont été libérés par l'armée française

Les cinq humanitaires maliens, dont quatre employés du Comité international de la Croix-Rouge au Mali, capturés le 8 février ont été libérés jeudi par l'armée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Mali : IBK au Sénégal, les raisons d'une visite

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait une visite d'État au Sénégal, du 13 au 16 avril. Retour sur les raisons de cette visite.[...]

Mali - France : le ton monte

Les rapports entre le Mali et la France sont exécrables depuis plusieurs mois. Plus récemment, l'"affaire" Tomi et, surtout, la situation à Kidal n'arrangent rien.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Jean-Yves Le Drian : "IBK doit négocier, Samba-Panza aussi"

Mali, Centrafrique, Libye... Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, reconduit à son poste le 2 avril, est sur tous les fronts africains. Entretien avec un Breton sans états[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces