Extension Factory Builder
11/01/2013 à 10:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Président du Collectif de la Fabrique culturelle des anciens abattoirs de Casablanca.

L'Afrique cherche, depuis toujours, un moyen pour raccrocher son wagon au train mondial du développement. Mais elle « s'obstine » à demeurer un concentré de pauvreté et d'inégalités, rendant les bilans d'étapes globalement insatisfaisants. Bien que les niveaux de développement de ses 55 pays soient inégaux, le constat global demeure celui d'un continent qui continue d'exporter ses ressources naturelles sans investir dans les moyens de les transformer à travers l'éducation, la recherche et des politiques publiques favorisant la créativité en tant qu'élément moteur de l'économie. L'Afrique reste un marché pour les créations des autres. Elle consomme et fournit au reste du monde la matière première de ce qu'elle (r)achète au prix fort.

En attendant des politiques publiques volontaristes qui traiteraient des problèmes structurels de l'Afrique et des Africains, la société civile et quelques intellectuels, artistes et politiques se penchent sur l'expérimentation de solutions pérennes permettant au continent de trouver sa place dans le concert mondial en proposant la culture comme l'un des éléments de réponse au sous-développement. Rêvent-ils ? À l'évidence, oui, ils rêvent encore. La culture ne constitue toujours pas une priorité des gouvernants. « Les Africains ont davantage besoin de routes, d'habitat, d'hôpitaux, d'électricité, de réseaux d'eau potable, d'eaux usées... » répètent les décideurs.

Ces « utopistes » ont pourtant des arguments, étayés par des organismes internationaux comme l'Unesco. De plus en plus d'études et d'exemples, hors du continent, démontrent en quoi la culture est un moyen pour les développements humain, social et économique. Et qu'elle constitue un aliment pour la conscience de l'individu, un ciment pour les peuples et une opportunité économique pour l'Afrique.

Société civile

La recherche pragmatique des solutions nous dirige naturellement vers les industries créatives en faisant valoir le patrimoine de l'Afrique et l'intelligence des Africains. Le continent, après avoir raté sa révolution industrielle, pourrait avoir la possibilité (et le devoir) de se raccrocher à la « révolution de l'intelligence ». Il ne s'agit pas que d'un rêve, mais de la nécessité d'innover pour survivre dans un monde où l'économie est globalisée.

Comme à l'accoutumée, l'exemple vient de la société civile et des artistes. À Nairobi, le GoDown Arts Centre est une usine à industries créatives rassemblant des artistes et des opérateurs culturels où les plus grands stylistes du monde viennent acheter leurs accessoires et de l'inspiration.

À Casablanca, quelques irréductibles gnaouis se sont mis à vouloir transformer la friche industrielle des anciens abattoirs en Fabrique culturelle, répondant ainsi au besoin d'espaces de création, au déficit des politiques culturelles et au désintérêt des publics jeunes et défavorisés notamment, mais pas seulement, pour la culture. Ce collectif pose également la question de la prise en compte de la culture dans les politiques publiques du développement de la ville.

Fierté

À Dakar, début décembre, lors du sommet Africités 2012, le réseau panafricain Arterial Network a proposé la mise en place, chaque année, d'une Capitale africaine de la culture, afin que les villes élaborent des politiques culturelles et les intègrent en tant qu'éléments structurels de leur développement. Pour que la culture suscite le tourisme intra-africain, crée des emplois directs (artistes) et indirects (hôtels, restaurants, etc.), valorise les artistes et l'image des villes africaines.

L'Afrique est ronde de son âme et de son intelligence. Elle a également besoin d'être carrée pour être compétitive dans la mondialisation, de savoir façonner sa matière première et de l'universaliser. Sinon, elle continuera de consommer la valeur ajoutée des autres et, forcément, de se dénaturer. Car quand elle ne se renouvelle pas, l'identité se perd. Un sursaut de fierté poussera peut-être nos gouvernants à vouloir « universaliser » les valeurs africaines. C'est du structurel qu'il faut à l'Afrique. Investissons dans l'homme et dans son intelligence. Il ne s'agit pas là de poésie, mais de paix sociale et de prospérité économique. C'est à ce prix que l'Afrique sauvera ses enfants. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Classement Forbes : 29 Africains dans le palmarès 2015

Classement Forbes : 29 Africains dans le palmarès 2015

Le magazine "Forbes" a livré lundi sa cuvée 2015 de milliardaires en dollars dans le monde. Cette année, le chiffre record de 1 826 personnalités a été atteint (181 de plus qu'en[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Côte d'Ivoire - Maroc : sur le Sahara, on a frôlé la crise diplomatique

Youssoufou Bamba, l'ambassadeur ivoirien auprès de l'ONU, a eu des propos sur le Sahara occidental qui ont été désavoués par le président Ouattara en personne.[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Maroc : Abdellatif Hammouchi, de l'ombre à la lumière

Il y a un an, le patron du renseignement intérieur marocain était convoqué par une juge française, ce qui provoquait une crise diplomatique entre Paris et Rabat. Aujourd'hui, la France le[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Mustapha Hadji : "En football, le Maroc a pris du retard... mais nous pouvons revenir au sommet"

Ballon d’Or africain 1998, Mustapha Hadji est un des meilleurs joueurs de l’histoire du football du continent. Aujourd’hui sélectionneur-adjoint du Maroc, l’ancien milieu de terrain de Nancy, du [...]

Maroc : les nouvelles filières de Daesh

Une série de coups de filet opérés récemment par la DGST d'Abdellatif Hammouchi a révélé une évolution préoccupante des cellules jihadistes dans le nord du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2711p115.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2711p115.xml0 from 172.16.0.100