Extension Factory Builder
02/01/2013 à 10:53
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

2013 fut pour l'Afrique une année de grâce divine. Cela commença en janvier par la réouverture tant espérée de la frontière entre le Maroc et l'Algérie, obstinément close depuis plus de dix-huit ans. Bouteflika et Mohammed VI partagèrent le lait et les dattes au poste de Zouj Bghal, avant de procéder au démantèlement symbolique des barrières rouillées. Il y eut des larmes, des youyous et des embrassades. Un mois plus tard éclatait à Tombouctou, Gao, Kidal et dans toutes les localités du Nord-Mali l'intifada surprise à laquelle nul ne s'attendait. Lasses d'espérer une hypothétique libération venue du Sud, les populations se soulevèrent et chassèrent les jihadistes à coups de pierres et de cocktails Molotov. Traqués, Mokhtar Belmokhtar et ses affidés se réfugièrent dans la forêt de Wagadou, où ils rasèrent leurs barbes pour mieux passer inaperçus. Quant au capitaine Sanogo, il dut remiser au placard sa vareuse de De Gaulle malien, décidément trop grande pour lui, et se reconvertir dans le civil. Il est prof d'anglais en sixième au lycée Askia Mohamed de Bamako. En Côte d'Ivoire, Charles Blé Goudé fut nommé, en mars, ministre de la Jeunesse et des Sports, et Simone Gbagbo, libérée sous condition, s'est aussitôt enfermée dans un temple du Réveil où elle officie jour et nuit en habits de prêtresse. Quant à Laurent, il a bénéficié d'un accord entre la CPI et Alassane Ouattara pour effectuer dans son village de Mama des travaux d'intérêt général. « Seplou » y enseigne l'histoire aux enfants, avec interdiction formelle de dépasser l'année 1960.

En Afrique centrale, où un Paul Biya requinqué après un séjour dans une clinique suisse de rajeunissement s'est mis à présider deux Conseils des ministres par semaine, les chefs d'État, excédés par la chasse aux pseudos « biens mal acquis », ont frappé un grand coup. De concert, ils ont liquidé toutes leurs propriétés en France et celles de leurs proches, avant d'offrir le produit de la vente à une fondation de lutte contre la malaria, le sida, la mauvaise gouvernance et les ravages du vin de palme, présidée par... leurs épouses respectives. Abasourdis devant ce tour de génie, les petits juges ont lâché prise. En juin, c'est dans la ville de Lodja, dans le Kasaï-Oriental, à exact mi-chemin entre Kinshasa et Kigali, que Joseph Kabila et Paul Kagamé choisirent de disputer une partie de tennis à haute teneur symbolique. Lodja n'ayant pas de court de tennis, les Chinois en établirent un en une nuit et le match se solda par un miraculeux 6-6, 6-6, 6-6. À l'issue duquel fut signé un accord de paix et de coopération d'une durée indéterminée.

Il y eut, au cours de cette année bénie, bien d'autres nouvelles surprenantes. On apprit ainsi que TGV et Ravalomanana, les frères ennemis de Madagascar, avaient passé leurs vacances ensemble et en famille aux îles Fidji. Ils y conclurent le traité dit de Suva, aux termes duquel ils s'engagèrent à recouvrer leur emploi d'avant le pouvoir : disc-jockey pour l'un, fabricant de yaourts pour l'autre. Au Bénin, le président Boni Yayi et son présumé empoisonneur, Patrice Talon, partagèrent devant les caméras la même coupe de champagne, préalablement goûtée par un médiateur venu de Sant'Egidio. Ce dernier n'eut que quelques dizaines de kilomètres à parcourir pour se rendre ensuite à Lomé afin d'applaudir à l'accolade fraternelle entre Faure et Kpatcha Gnassingbé, enfin réconciliés, puis deux heures de vol pour assister, à Conakry, à la cérémonie d'inauguration d'un centre panafricain pour la protection des femmes abusées, entièrement financé par Nafissatou Diallo sur ses indemnités, en présence d'Alpha Condé et de son vice-président, Cellou Dalein. Épuisé, il renonça à se rendre à Nouakchott, où le spectacle d'Ould Abdelaziz et de son prédécesseur, Vall, buvant à la même calebasse de lait de chamelle valait pourtant le détour.

À Qunu enfin, petit village du pays Xhosa où il a fêté le 18 juillet 2013 ses 95 ans, Nelson Mandela, notre trésor continental, s'apprête à entrer dans l'année nouvelle... Parmi tous les voeux, irréalistes j'en conviens, de la fiction que vous venez de lire, puisse celui-là au moins s'accomplir. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Armée égyptienne : kaki business...

L'annonce par l'armée égyptienne d'un don de plusieurs terrains pour la construction de 1 million de logements sociaux relance les spéculations sur son poids économique et financier.[...]

Maroc : délinquance à Casablanca, peur sur la ville ?

La multiplication des actes de délinquance dans la capitale économique marocaine nourrit un fort sentiment d'insécurité au sein de la population. Qui ne cache plus son ras-le-bol.[...]

Hery Rajaonarimampianina : "C'est moi qui décide" à Madagascar

Deux mois et demi après son investiture, le chef de l'État, Hery Rajaonarimampianina, a enfin nommé un Premier ministre. Retour sur un acte par lequel il s'affranchit de son prédécesseur [...]

Hit Radio, la petite marocaine qui s'exporte

Forte de son succès auprès de la jeunesse du royaume chérifien, la station Hit Radio met le cap sur l'Afrique subsaharienne. Où elle est déjà présente dans sept pays.[...]

Tchad : la métamorphose ?

Profitant d'une stabilité retrouvée et de ses revenus pétroliers, le Tchad se transforme en profondeur. Grands travaux, relations d'affaires, consommation... Tout bouge.[...]

Angélique Kidjo : "Les femmes sont la colonne vertébrale de l'Afrique"

Bourrée d'énergie, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo enchaîne les albums et les missions humanitaires. Dans son treizième opus, elle loue la beauté des Africaines et leu[...]

Algérie : Bouteflika, l'homme qui marchait avec sa tête

Occupés à le brocarder, ses adversaires l'ont sous-estimé. Grave erreur : le président algérien Abdelaziz Bouteflika a révélé en plusieurs occasions que sa pugnacit&eacut[...]

Cameroun : prison express pour Bapès Bapès

Vingt-quatre heures. C'est le temps passé par Louis Bapès Bapès, ministre des Enseignements secondaires, derrière les barreaux avant de reprendre son travail comme si de rien n'était. Cou[...]

Soumaïla Cissé : "IBK n'a pas de feuille de route" pour le Mali

Réconciliation, sécurité, justice... Soucieux de ne pas "hurler avec les loups", l'opposant numéro un à Ibrahim Boubacar Keïta, Soumaïla Cissé, n'en a pas moins[...]

Centrafrique : la Russie et la Chine bloquent les sanctions de l'ONU contre Bozizé

La Russie et la Chine refusent pour le moment que les Nations unies imposent des sanctions contre des dirigeants centrafricains, dont l'ancien président François Bozizé.[...]

Maroc : la culture "saharo-hassanie", une composante comme une autre ?

Dans la Constitution, la culture "saharo-hassanie" est l'un des socles du royaume. Bien pratique pour esquiver la question des discriminations...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces