Extension Factory Builder
21/12/2012 à 10:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Vivre ou mourir ? Telle n'est plus la question. Parce que nous allons tous mourir le 21 décembre, l'enjeu est désormais le suivant : que faire de cette mort collective, de cette fin du monde annoncée, paraît-il, par les Mayas dans leur calendrier ? Rien. Quand c'est fini, c'est bien fini. Adieu tout. Nous ne sommes plus rien, même si nous avons cru, tout au long de notre existence, être quelque chose uniquement en fonction de ce que nous avons accumulé et du rôle que nous avons joué dans ce cirque permanent qu'est la vie. De l'orgueil, sans plus.

Parce que nous allons disparaître le 21 décembre, j'aimerais bien savoir ce qu'en pensent les chrétiens. Voilà plus de deux mille ans qu'ils attendent le retour de Jésus le Christ, crucifié sous Ponce Pilate, enterré, ressuscité des morts le troisième jour, avant de monter au ciel où il est assis à la droite de Dieu, son père, en attendant le jugement dernier. Maintenant qu'ils vont mourir sans avoir vu Jésus, quatre jours avant sa date de naissance putative, à la suite d'un événement dont la Bible ne parle pas, iront-ils au paradis ou en enfer ? Je pose la même question aux juifs et aux musulmans.

Quant à moi, j'ai un seul voeu : qu'on en finisse ! Pourquoi attendre un jour de plus alors que le monde marche sur la tête ? On a beau nous répéter que notre planète est menacée à cause de notre incurie, les sommets sur le réchauffement climatique se suivent et se ressemblent : les pollueurs ne veulent rien entendre. On a beau claironner que la démocratie reste le meilleur des systèmes politiques, les « grands pays » continuent de se comporter tels des cow-boys en plein far west. Ils n'hésitent pas à envoyer des drones pulvériser leurs ennemis ou à déclencher et soutenir des guerres où cela les arrange. Ils prétendent garantir la paix dans le monde alors qu'ils sont cinq à avoir la mainmise sur le Conseil de sécurité de l'ONU, avec un droit de veto qui sert leurs propres intérêts. En plus, ce Conseil de sécurité se réunit souvent pour prendre des décisions sans aucune prise avec le bon sens le plus élémentaire. Un exemple ? Combien de fois n'a-t-il pas pris des « sanctions » contre des chefs de guerre - ces bandits armés qui terrorisent des populations entières, déstabilisent des pays, sèment la mort et la désolation - en leur interdisant de voyager, de disposer de leurs avoirs dans les banques tout en sachant que ces criminels ne voyagent pas, sauf dans des régions reculées, et qu'ils n'ont pas placé le moindre sou sur un compte à leur nom ? Messieurs du Conseil de sécurité, votre organe, qui fonctionne encore dans une logique absurde datant de la fin de la Seconde Guerre mondiale, se moque du monde.

J'appelle le 21 décembre de tous mes voeux. Ce jour-là, je ne sais pas où je serai. Mais je ne résisterai pas au plaisir de voir le temps s'arrêter. Ce jour-là, nous serons tous égaux. Riches, pauvres, Noirs, Blancs, hommes, femmes, même malheur. J'aimerais bien voir le savoir des Mayas nous engloutir, nous anéantir. Peut-être qu'après nous un autre monde sortira des décombres. Une nouvelle humanité plus responsable que la nôtre. Mais ce jour-là arrivera-t-il ? Foi de mécréant, ce n'est pas demain la veille !

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

États-Unis : quand Obama joue avec le cliché raciste de l''homme noir en colère'

États-Unis : quand Obama joue avec le cliché raciste de l'"homme noir en colère"

À l’occasion du dîner annuel de la presse présidentielle américaine, samedi soir, Barack Obama était confronté à un défi difficile à relever. Faire rire son audi[...]

Face au trafic des faux médicaments, la mobilisation de tous est indispensable !

Marc Gentilini, de la Fondation Chirac, est délégué général pour l’Accès à une santé et des médicaments de qualité. Bien que source de nombreux[...]

L'option militaire n'est pas une solution à la tragédie en Méditerranée, selon Ban Ki-moon

Le recours à la force n'est pas une solution à la tragédie des migrants en Méditerranée, assure le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un entretien[...]

Annick Girardin, première ministre française en visite au Burkina depuis la chute de Compaoré

Annick Girardin, la secrétaire d’Etat française au Développement et à la Francophonie arrive ce samedi le 25 avril à Abidjan, première étape d’une tournée en[...]

Les mystères de la Corsafrique

Feliciaggi, Tomi, Pasqua, Foccart, Bongo Ondimba, Sassou Nguesso, IBK... Bienvenue en Corsafrique ! Dans son numéro double, "Jeune Afrique" consacre une enquête à l'ascension des Corses en Afrique,[...]

Méditerranée : accord a minima sur Triton, dont les moyens sont triplés

Le sommet extraordinaire des dirigeants européens, convoqué après le naufrage d'un chalutier qui a fait plus de 700 morts en Méditerranée, a accouché d'une mesure peu ambitieuse : le[...]

Quand les Européens étaient noirs

Contrairement aux idées reçues, les visages pâles n'ont pas toujours dominé l'Europe. Leur prédominance est même très récente, selon une étude[...]

Kaaris, un rappeur sur le ring

Kaaris, Français d'origine ivoirienne, entend bien sonner le rap français à coup de punchlines dévastatrices.[...]

Le plasticien ghanéen El Anatsui remporte un Lion d'or à la Biennale de Venise

Avant chaque Biennale d’art à Venise, le jury attribue un Lion d’or à un artiste pour l’ensemble de sa carrière. Cette année, c'est vers El Anatsui, né au Ghana en 1944 et[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2710p098.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2710p098.xml0 from 172.16.0.100