Extension Factory Builder
17/12/2012 à 15:42
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Que l'on ne s'y trompe pas. Sous les dehors débonnaires de son guide et l'apparence d'une association prônant un islam de dialogue, la Jamaa du cheikh Yassine a toujours fonctionné comme une secte dirigée par un gourou. Tout, dans la relation entre un chef à la sacralité « divine » et ses adeptes, renvoie à cette logique messianique incapable par nature de se fondre dans le jeu démocratique. Yassine a toujours monopolisé le rôle d'idéologue et de théoricien unique, étouffant systématiquement toute production d'idées de la part des autres membres de la mouvance, et il a constamment consacré à la tête des instances dirigeantes les mêmes responsables. Ses ouvrages, aux accents parfois antisémites, et ses prophéties, même les plus irréalistes - comme celle qui annonçait l'instauration d'un califat au Maroc pour 2006 -, avaient force de loi.

Confident onirique du Prophète et grand producteur de visions mystiques, Abdessalam Yassine n'a cessé de cultiver l'ambiguïté sur les relations entretenues par certains de ses militants avec le jihadisme le plus radical. Le culte de la personnalité dont il a fait l'objet n'a d'égal que l'opacité du financement de son organisation. Loin des circuits financiers officiels et transparents, les ressources, non négligeables, dont dispose la Jamaa proviennent en majorité de collectes effectuées auprès des Marocains émigrés en Europe et rapatriées en liquide auprès du « commandement » par des personnes physiques. Certes, Justice et bienfaisance n'est pas un corps étranger au Maroc. Mais en refusant par principe de légitimer son action dans un cadre politique officiel, il constitue une anomalie inquiétante.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

Vidéos - Football : les stades les plus chauds du continent

De Casablanca à Johanesburg en passant par Kumasi au Ghana, "Jeune Afrique" vous présente quelque-uns des stades de football les plus chauds du continent. Frissons garantis.[...]

Moulay Hafid Elalamy : "Le Maroc doit être généreux avec ses forces productives"

Six mois après son entrée au gouvernement, l'homme d'affaires marocain Moulay Hafid Elalamy vient de dévoiler sa nouvelle stratégie industrielle. Objectif : favoriser l'emploi, la valeur ajoutée[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leurs territoires. Grâce à une carte[...]

Kool Food finance sa croissance

Kool Food, le jeune producteur industriel de chocolats fait entrer Abraaj à son tour de table. Objectif de la société marocaine : grandir et exporter.  [...]

Maroc : 20 ans de prison pour un pédophile britannique

Robert Bill, un ancien enseignant gallois de 59 ans, a été condamné mardi à 20 ans de prison pour "enlèvement" et "tentatives de viol" sur mineures.[...]

Maroc : Jesa, dessine-moi un projet

Fruit de l'union entre OCP et l'américain Jacobs, la coentreprise met ses connaissances techniques au service de l'exploitation du phosphate.[...]

Maroc : les islamistes signent une "Charte de la majorité" avec leurs alliés

Le Parti justice et développement (PJD, islamiste), à la tête du gouvernement marocain, a signé une charte avec ses alliés afin "d’accélérer les réformes" et[...]

Maroc : Mohamed Fizazi, le salafiste de Sa Majesté

"Je n'ai pas retourné ma veste, je la porte désormais à l'endroit", explique Mohamed Fizazi. Condamné à trente ans de prison après les attentats de Casablanca en 2003, cette[...]

Maroc : le débat sur la légalisation du cannabis est relancé

En organisant un week-end de rencontre et de débats dans le Rif, le parti Authenticité et modernité (PAM) a récemment relancé le débat sur la légalisation partielle du cannabis[...]

Rachid Benbrahim Andaloussi : "Faire classer Casablanca au patrimoine mondial par l'Unesco"

Lancées à Casablanca en 2009, les journées du patrimoine sont devenues au fil du temps l’un des grands rendez-vous culturels du printemps : 26 000 participants pour la dernière édition[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers