Extension Factory Builder
17/12/2012 à 10:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Casablanca, 10 mars 1988. La 18e assemblée générale de la Confédération africaine de football (CAF) se réunit dans les salons de l'Hôtel Safir pour élire le successeur de l'Éthiopien Ydnekatchew Tessema, décédé un an plus tôt. Le Camerounais Issa Hayatou, originaire d'une grande famille musulmane du nord du pays, ancien professeur d'éducation physique et haut cadre à la Fédération camerounaise de football, l'emporte d'une courte tête face au Togolais Folly Ekué. À seulement 46 ans. Son programme ? Mettre fin à l'exode sauvage des joueurs africains, combattre la violence, la tricherie, la corruption, améliorer la formation des cadres et, évidemment, obtenir une meilleure représentation de l'Afrique en Coupe du monde.

Vingt-cinq ans et six mandats plus tard, le jeune patron du football africain s'est mué en satrape avachi, s'accrochant coûte que coûte au pouvoir, évinçant ses concurrents potentiels un à un, s'entourant d'une cour d'affidés qui garnissent les multiples commissions et sous-commissions de la CAF, cooptant ses fidèles qu'il inonde de privilèges et d'avantages en échange de leurs votes et de leur soutien. Hayatou Ier a beau multiplier les entorses, au droit comme à la morale, rien ne lui résiste. Reconnu coupable, en 2011, de corruption par le Comité international olympique (CIO), il n'écope que d'un blâme. S'engage-t-il, notamment sur les ondes de RFI en janvier 2011, à ne pas se présenter à nouveau à sa propre succession ? Il s'assoit sur sa promesse et brigue un septième mandat (« élection » le 10 mars prochain, à Marrakech). Seul, évidemment, puisqu'il est parvenu à faire modifier in extremis les statuts de la CAF et les règles du jeu pour empêcher son principal concurrent, l'Ivoirien Jacques Anouma, de déposer sa candidature. Énième forfaiture, celle de trop.

Comment, également, oublier sa morgue et son cynisme lors de l'attaque dont a été victime la sélection togolaise dans l'enclave de Cabinda, lors de la Coupe d'Afrique des nations en Angola, en 2010 ? Comment lui pardonner ses mensonges (« les Togolais sont venus par la route, sans prévenir ») et ses explications d'une insondable bêtise - « nous ne pouvons pas gérer la CAF sur des bases émotionnelles, trois matchs ont sauté avec le retrait de l'équipe. Nous avons des sponsors et des télés qui ont signé des contrats [...] Ce n'est pas la première fois qu'il y a des morts dans une compétition internationale... » - pour justifier sa décision de sanctionner un Togo endeuillé ?

Ses promesses de 1988 sont restées lettre morte, mis à part la présence de cinq nations africaines au lieu de trois en Coupe du monde. La belle affaire. Pis, il incarne à lui seul tout ce qui peut être reproché à certains dirigeants politiques du continent. La caricature de ce que les Africains ne supportent plus : le pouvoir solitaire et à durée indéterminée, la corruption et le népotisme, les promesses non tenues. Le football africain attend, lui aussi, son printemps. Avant 2017, terme de son septième mandat, de préférence...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

La Coupe du monde 2022 au Qatar se déroulera en fin d’année et la CAN 2023 prévue en Guinée en subira automatiquement les conséquences. D'ordinaire, le tournoi panaficain se tient en janvi[...]

Technologies : la drague 3.0 débarque en Afrique

Internet a largement modifié les comportements sociaux dans le monde. Et l’Afrique n’est pas épargnée par ce vent technologique venu du Nord. Ainsi, après l'euphorie des rencontres 2.0[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Braconnage : l'éléphant d'Afrique menacé de disparaître d'ici vingt ans

L'éléphant d'Afrique est menacé de disparition à l'état sauvage d'ici vingt ans, ont prévenu des experts réunis dans le cadre d'un sommet depuis lundi au Botswana afin de sauver[...]

Tendances : un PIB pour les coiffures

Selon de récentes estimations, les Africaines dépenseraient, chaque année, 7 milliards de dollars pour l’entretien de leur identité capillaire. Un budget qui pourrait davantage participer au[...]

En Afrique, Pernod Ricard mise sur l'alcool local

Le numéro deux mondial des vins et spiritueux Pernod Ricard veut produire localement sur le continent africain. Selon nos informations, des tests ont déjà été lancés dans plusieurs pays.[...]

CAN 2015 des moins de 20 ans : le Nigeria l'emporte face au Sénégal avec un but magique

L’équipe nigériane de football des moins de 20 ans a battu dimanche, à Dakar, le Sénégal en finale du 19e Championnat d’Afrique des nations junior. Une victoire obtenue grâce[...]

Africa CEO Forum 2015 : des deals et des débats au sommet du business africain

Coorganisé par le Groupe Jeune Afrique, le Africa CEO Forum a rassemblé plus de 800 décideurs économiques les 16 et 17 mars. L'occasion de se pencher sur l'avenir du continent, mais[...]

Que cherche Jean-Louis Borloo en Afrique ?

Retiré de la politique active, l'ancien ministre de l'Écologie de Nicolas Sarkozy lance un "plan Marshall" censé aboutir à l'électrification de tout le continent. Mais il se montre fort[...]

Météo : mieux vaut prévenir que guérir

Bien sûr, cela suppose de penser sur le long terme, mais les pays du continent auraient tout à gagner à investir dans la recherche sur les aléas climatiques. L'enjeu, économique notamment,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2710p006.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2710p006.xml0 from 172.16.0.100