Extension Factory Builder
17/12/2012 à 10:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Casablanca, 10 mars 1988. La 18e assemblée générale de la Confédération africaine de football (CAF) se réunit dans les salons de l'Hôtel Safir pour élire le successeur de l'Éthiopien Ydnekatchew Tessema, décédé un an plus tôt. Le Camerounais Issa Hayatou, originaire d'une grande famille musulmane du nord du pays, ancien professeur d'éducation physique et haut cadre à la Fédération camerounaise de football, l'emporte d'une courte tête face au Togolais Folly Ekué. À seulement 46 ans. Son programme ? Mettre fin à l'exode sauvage des joueurs africains, combattre la violence, la tricherie, la corruption, améliorer la formation des cadres et, évidemment, obtenir une meilleure représentation de l'Afrique en Coupe du monde.

Vingt-cinq ans et six mandats plus tard, le jeune patron du football africain s'est mué en satrape avachi, s'accrochant coûte que coûte au pouvoir, évinçant ses concurrents potentiels un à un, s'entourant d'une cour d'affidés qui garnissent les multiples commissions et sous-commissions de la CAF, cooptant ses fidèles qu'il inonde de privilèges et d'avantages en échange de leurs votes et de leur soutien. Hayatou Ier a beau multiplier les entorses, au droit comme à la morale, rien ne lui résiste. Reconnu coupable, en 2011, de corruption par le Comité international olympique (CIO), il n'écope que d'un blâme. S'engage-t-il, notamment sur les ondes de RFI en janvier 2011, à ne pas se présenter à nouveau à sa propre succession ? Il s'assoit sur sa promesse et brigue un septième mandat (« élection » le 10 mars prochain, à Marrakech). Seul, évidemment, puisqu'il est parvenu à faire modifier in extremis les statuts de la CAF et les règles du jeu pour empêcher son principal concurrent, l'Ivoirien Jacques Anouma, de déposer sa candidature. Énième forfaiture, celle de trop.

Comment, également, oublier sa morgue et son cynisme lors de l'attaque dont a été victime la sélection togolaise dans l'enclave de Cabinda, lors de la Coupe d'Afrique des nations en Angola, en 2010 ? Comment lui pardonner ses mensonges (« les Togolais sont venus par la route, sans prévenir ») et ses explications d'une insondable bêtise - « nous ne pouvons pas gérer la CAF sur des bases émotionnelles, trois matchs ont sauté avec le retrait de l'équipe. Nous avons des sponsors et des télés qui ont signé des contrats [...] Ce n'est pas la première fois qu'il y a des morts dans une compétition internationale... » - pour justifier sa décision de sanctionner un Togo endeuillé ?

Ses promesses de 1988 sont restées lettre morte, mis à part la présence de cinq nations africaines au lieu de trois en Coupe du monde. La belle affaire. Pis, il incarne à lui seul tout ce qui peut être reproché à certains dirigeants politiques du continent. La caricature de ce que les Africains ne supportent plus : le pouvoir solitaire et à durée indéterminée, la corruption et le népotisme, les promesses non tenues. Le football africain attend, lui aussi, son printemps. Avant 2017, terme de son septième mandat, de préférence...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois 'spots' tendance pour sortir

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex