Extension Factory Builder
03/12/2012 à 17:06
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Soixante-cinq ans jour pour jour après l'adoption à l'ONU de la résolution 181 sur le partage de la Palestine en deux États, l'un juif, l'autre arabe, l'Autorité palestinienne (AP) a obtenu, ce 29 novembre, le statut d'État observateur non membre des Nations unies. Un nouveau (tout) petit pas, après l'adhésion à l'Unesco, à la fin de 2011. Non seulement on est loin du Graal - un État à part entière -, mais la simple quête de ce strapontin fut une véritable gageure.

Les arguments avancés par Israël et ses fidèles alliés pour tuer dans l'oeuf l'initiative de Ramallah sont tous plus iniques les uns que les autres. Il s'agirait d'une rupture des accords d'Oslo (1993-1995). Ce que Tel-Aviv fait allègrement chaque jour qui passe sans que cela pose un problème à qui que ce soit... On parle de fait accompli ? Bien sûr, l'État hébreu, lui, ne se permet jamais ce genre de stratégie... Un État palestinien n'aurait le droit d'exister qu'au terme de négociations entre les deux camps ? C'est bien connu, ces dernières, stoppées net depuis 2008 parce que l'AP a eu l'outrecuidance de poser comme préalable l'arrêt de la colonisation (illégale, faut-il le rappeler), sont ardemment défendues par Israël, qui trépigne d'impatience à l'idée de s'asseoir autour d'une table avec ses interlocuteurs...

Les menaces proférées en cas de maintien de la démarche sont du même acabit. Le brillant et très diplomate ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a promis de faire en sorte que « l'Autorité palestinienne s'effondre ». Intelligent : cela renforcerait le Hamas et contraindrait Israël à administrer seul et directement la Cisjordanie, avec les problèmes que cela induit. Autre moyen de rétorsion, pour un pays soumis au bon vouloir de son voisin en matière d'approvisionnement, de flux financiers ou de simples déplacements, la confiscation des taxes d'importation collectées pour l'AP par Israël (environ 100 millions de dollars par mois). « C'est votre argent, mais on le garde », en somme. Là encore, cela ne choque personne.

On atteint le summum du cynisme avec les intenses pressions exercées par l'administration Obama ou le Royaume-Uni, notamment, pour que les Palestiniens renoncent à leur droit, leur nouveau statut acquis, de poursuivre des dirigeants israéliens devant la Cour pénale internationale (CPI). « Si vous y renoncez, nous pourrions finalement accepter, dans notre grande mansuétude, de vous élever d'un micro-échelon au sein de la hiérarchie mondiale », auraient-ils pu tout aussi bien leur expliquer. En un mot comme en cent : Les Palestiniens n'ont pas le droit de recourir à la justice internationale. Il ne manquerait plus que ça ! Et les dirigeants israéliens, qui ne doivent tout de même pas avoir la conscience tranquille pour craindre à ce point La Haye, sont au-dessus. Mais ça, on le savait déjà...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Syrie : Palmyre, une "bataille pour l'Humanité", affirme Al-Azhar

Sauver la cité antique de Palmyre en Syrie de la destruction par les jihadistes de l'Etat islamique (EI) devrait constituer une "bataille pour l'Humanité toute entière", a estimé dimanche la[...]

L'EI prend le contrôle d'un poste-frontière irakien avec la Syrie

 Les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont pris dimanche un poste-frontière irakien avec la Syrie après le retrait des forces gouvernementales, ont rapporté un officier de police et un reponsable[...]

Maroc : un terroriste refoulé par la Grande-Bretagne sème la terreur à Rabat

 Les autorités britanniques ont refoulé de leur territoire un Marocain condamné pour terrorisme, le 21 mai, sans en informer le Royaume et provoquant un imbroglio diplomatique.  [...]

Gouvernement marocain : Mohand Laenser, l'insubmersible

Le 20 mai, Mohammed VI a nommé cinq nouveaux ministres à la place de ceux qui ont démissionné. Parmi eux, Mohand Laenser, l'indéboulonnable secrétaire général du Mouvement[...]

Ramtane Lamamra : il ne reste en Algérie "que des résidus de terrorisme"

Lors d’une déclaration à la presse, jeudi, Ramtane Lamamra, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a qualifié de "spectaculaire"[...]

Arabie saoudite : attentat suicide dans une mosquée chiite à l'est du pays

Un kamikaze s'est fait exploser dans une mosquée chiite de Koudeih, à l'est de l'Arabie saoudite, au cours de la prière du vendredi, faisant de nombreuses victimes.    [...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

Bientôt une usine marocaine pour PSA Peugeot Citroën

Selon l'agence "Bloomberg", non démentie par PSA Peugeot Citroën, ce dernier prévoit d'ouvrir une usine au Maroc d'une capacité inférieure à 100 000 véhicules par[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers