Extension Factory Builder
27/11/2012 à 15:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

C'est du Kagamé pur jus, du Kagamé dans le texte, tout de colère glaciale. Vendredi 23 novembre, alors qu'il venait d'apprendre que le dernier rapport des « experts » de l'ONU mettait directement en cause la hiérarchie militaire rwandaise dans le soutien aux rebelles congolais du M23, l'Iron Man de Kigali a puisé ses références dans ce que son peuple considère comme le bien le plus précieux : la vache. « Nous ne sommes pas un troupeau de vaches que l'on conduit à l'aveuglette. Nous sommes les maîtres des vaches. Nous sommes un petit pays, mais nous ne sommes pas un petit peuple. Nous sommes pauvres, mais nous sommes riches de notre intelligence. Personne ne nous empêchera d'exercer nos responsabilités, sans peur, sans reproches. » La rhétorique est implacable, tout comme est inexorable la volonté du Rwanda de faire des deux Kivus une zone de souveraineté de facto partagée, à la fois glacis sécuritaire face aux désirs revanchards des ex-génocidaires, espace économique offert au dynamisme des entrepreneurs rwandais et terre d'élection pour les Tutsis congolais, ces frères de la diaspora que le pouvoir en place à Kigali ne saurait abandonner à leur sort au risque de se tirer une balle dans l'âme.

Rarement le fossé culturel entre ces deux voisins, le géant aux pieds d'argile et le nain aux bottes de Goliath, aura paru aussi profond. Car côté congolais, où la chute de Goma le 20 novembre a produit les mêmes effets que celle de Tombouctou pour les Maliens, l'heure n'est pas à l'union sacrée mais à la résignation sur fond d'autodénigrement. On chercherait en vain les prémices d'un sursaut patriotique, alors que la résignation, le défaitisme parfois, mais aussi la colère sont omniprésents. Une colère que les Congolais dirigent avant tout non pas contre « l'ennemi », mais contre les Casques bleus de l'ONU et surtout contre leurs propres dirigeants. Difficile de ne pas éprouver une forme de compassion pour Joseph Kabila, ballotté entre Charybde et Scylla. Négocier avec les mutins et se trouver aussitôt accusé de traîtrise et de bradage par une opposition féroce, qui trouverait là l'occasion de ressortir ses arguments les plus douteux sur la rwandophilie subliminale du président. Ou poursuivre la guerre avec une armée corrompue jusqu'à son état-major, au risque de tout perdre, voire de pratiquer la fuite en avant en appelant l'Angola à la rescousse. Ce n'est pas un choix, c'est l'alternative du diable.

Une fois de plus, alors que la RDC donnait ces derniers temps quelques signes de renaissance et de mise en ordre, reviennent à la une des médias les images de chaos d'un pays maudit des dieux. On aurait tort de croire, comme le pensent les Belges et les Français, que les clés d'une solution à la tragédie des Kivus se trouvent toutes à Kigali. Même s'il a sur le M23 une influence certaine et s'il peut trouver un avantage à une forme d'autonomie de l'est du Congo, le Rwanda n'en a aucun à la poursuite d'un conflit qui lui est nuisible en termes de réputation et d'investissements. Encore moins à la chute de Kabila et à l'arrivée au pouvoir à Kinshasa d'un régime xénophobe et belliciste. Quant aux rebelles, ils ont leur logique et leurs exigences propres, dont le niveau varie avec la fortune des armes, au point d'entrer en contradiction avec les intérêts de leurs tuteurs : on l'a vu, en 2008, avec Laurent Nkunda, on le reverra sans doute demain avec Sultani Makenga. Reste qu'il s'agit là de Congolais, issus de ce melting-pot ethnique qu'est la RD Congo. Tant que les autorités de Kinshasa ne reconnaîtront pas cette réalité avec tout ce qu'elle implique, la tragédie des Grands Lacs n'aura pas de fin. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015 u[...]

Rwanda : deux hauts gradés formellement accusés d'incitation au soulèvement

L'ancien chef de la garde présidentielle rwandaise et un général en retraite, récemment arrêtés au Rwanda, ont été accusés vendredi de "propagation de[...]

Afrique du Sud : 1 Rwandais et 3 Tanzaniens jugés coupables de la tentative d'assassinat sur Nyamwasa

Quatre individus ont été jugés coupables vendredi de la tentative d'assassinat en 2010 de Faustin Kayumba Nyamwasa, l'ancien chef d'état-major du président rwandais Paul Kagamé avec qui il[...]

CAN 2015 : Etekiama s'explique, le Rwanda va faire appel

Agiti Taddy Etekiama, alias Dady Birori, l’attaquant rwandais d’origine congolaise (RDC), a été suspendu par la CAF, qui a également exclu le Rwanda des qualifications pour la CAN 2015 au profit du[...]

CAN 2015 : le Rwanda disqualifié, le Congo repêché

Qualifié sur le terrain face au Congo (0-2, 2-0 et 4-3 aux tirs au but) pour le dernier tour qualificatif de la CAN 2015, le Rwanda a été éliminé sur tapis vert par la CAF, à la suite de[...]

Rwanda : des médias sommés de s'excuser pour avoir accusé l'opposante Ingabire de sorcellerie

L'autorité rwandaise de régulation des médias a sommé trois organes de presse de publier des excuses et un droit de réponse pour avoir accusé de sorcellerie l'opposante rwandaise Victoire[...]

Ebola : nouveau cas confirmé au Nigeria, inquiétude au Rwanda et au Cameroun

L'inquiétude ne cesse de grandir au Nigeria. Lundi, le ministère de la Santé a confirmé un dixième cas de personne infectée par le virus Ebola dans le pays.[...]

Rwanda : un cas d'Ebola suspecté

Le gouvernement rwandais a indiqué dimanche qu'un étudiant allemand hospitalisé dans la capitale Kigali et présentant les symptômes du virus avait été placé en isolement.[...]

L'Afrique de l'Est pose ses conditions à la signature de l'APE

 La Communauté d'Afrique de l'Est (EAC) a refusé de parapher l'accord de partenariat économique (APE) intérimaire que lui tendait l'Union européenne (UE). Parmi les blocages encore non[...]

L'Afrique des villes est en marche

D'ici à 2050, le continent comptera 300 millions de citadins de plus. Pour les loger tout en réduisant les inégalités, une véritable révolution urbaine est nécessaire.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex