Extension Factory Builder
27/11/2012 à 15:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

C'est du Kagamé pur jus, du Kagamé dans le texte, tout de colère glaciale. Vendredi 23 novembre, alors qu'il venait d'apprendre que le dernier rapport des « experts » de l'ONU mettait directement en cause la hiérarchie militaire rwandaise dans le soutien aux rebelles congolais du M23, l'Iron Man de Kigali a puisé ses références dans ce que son peuple considère comme le bien le plus précieux : la vache. « Nous ne sommes pas un troupeau de vaches que l'on conduit à l'aveuglette. Nous sommes les maîtres des vaches. Nous sommes un petit pays, mais nous ne sommes pas un petit peuple. Nous sommes pauvres, mais nous sommes riches de notre intelligence. Personne ne nous empêchera d'exercer nos responsabilités, sans peur, sans reproches. » La rhétorique est implacable, tout comme est inexorable la volonté du Rwanda de faire des deux Kivus une zone de souveraineté de facto partagée, à la fois glacis sécuritaire face aux désirs revanchards des ex-génocidaires, espace économique offert au dynamisme des entrepreneurs rwandais et terre d'élection pour les Tutsis congolais, ces frères de la diaspora que le pouvoir en place à Kigali ne saurait abandonner à leur sort au risque de se tirer une balle dans l'âme.

Rarement le fossé culturel entre ces deux voisins, le géant aux pieds d'argile et le nain aux bottes de Goliath, aura paru aussi profond. Car côté congolais, où la chute de Goma le 20 novembre a produit les mêmes effets que celle de Tombouctou pour les Maliens, l'heure n'est pas à l'union sacrée mais à la résignation sur fond d'autodénigrement. On chercherait en vain les prémices d'un sursaut patriotique, alors que la résignation, le défaitisme parfois, mais aussi la colère sont omniprésents. Une colère que les Congolais dirigent avant tout non pas contre « l'ennemi », mais contre les Casques bleus de l'ONU et surtout contre leurs propres dirigeants. Difficile de ne pas éprouver une forme de compassion pour Joseph Kabila, ballotté entre Charybde et Scylla. Négocier avec les mutins et se trouver aussitôt accusé de traîtrise et de bradage par une opposition féroce, qui trouverait là l'occasion de ressortir ses arguments les plus douteux sur la rwandophilie subliminale du président. Ou poursuivre la guerre avec une armée corrompue jusqu'à son état-major, au risque de tout perdre, voire de pratiquer la fuite en avant en appelant l'Angola à la rescousse. Ce n'est pas un choix, c'est l'alternative du diable.

Une fois de plus, alors que la RDC donnait ces derniers temps quelques signes de renaissance et de mise en ordre, reviennent à la une des médias les images de chaos d'un pays maudit des dieux. On aurait tort de croire, comme le pensent les Belges et les Français, que les clés d'une solution à la tragédie des Kivus se trouvent toutes à Kigali. Même s'il a sur le M23 une influence certaine et s'il peut trouver un avantage à une forme d'autonomie de l'est du Congo, le Rwanda n'en a aucun à la poursuite d'un conflit qui lui est nuisible en termes de réputation et d'investissements. Encore moins à la chute de Kabila et à l'arrivée au pouvoir à Kinshasa d'un régime xénophobe et belliciste. Quant aux rebelles, ils ont leur logique et leurs exigences propres, dont le niveau varie avec la fortune des armes, au point d'entrer en contradiction avec les intérêts de leurs tuteurs : on l'a vu, en 2008, avec Laurent Nkunda, on le reverra sans doute demain avec Sultani Makenga. Reste qu'il s'agit là de Congolais, issus de ce melting-pot ethnique qu'est la RD Congo. Tant que les autorités de Kinshasa ne reconnaîtront pas cette réalité avec tout ce qu'elle implique, la tragédie des Grands Lacs n'aura pas de fin. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces