Extension Factory Builder
30/11/2012 à 17:39
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Où sont donc passés les pères ? Voilà la question que je me pose depuis quelque temps, et pour cause : c'est une maman qu'on a vu s'exprimer sur les antennes et les plateaux à la suite de la tuerie de Toulouse. Latifa Ibn Ziaten a ému la France entière en pleurant son fils Imad tombé sous les balles de Mohamed Merah. Et, pour cette mère Courage, il ne s'agissait pas seulement de verser des larmes, mais d'alerter contre l'embrigadement fanatique qui guette les jeunes musulmans des cités. Puis on a vu Fatiha, la mère de l'un des agresseurs d'Échirolles, parlant de son fils qui a monté l'expédition punitive ayant débouché sur les assassinats de Kevin et Sofiane. Elle ne se vante pas de son fils, Fatiha. Elle demande pardon et dit sa honte de ne jamais pouvoir supporter le regard des mères des deux victimes : « J'ai gâché ma vie, celle de mes enfants et des jeunes qui sont morts. J'ai tout perdu. » Il y a la maman de Kevin aussi, Aurélie Noubissi, qui tient debout malgré la mort de son garçon et évoque avec dignité « la souffrance de tous ». Puis cet autre visage de Madone éplorée, Widad, habitante d'Échirolles également, qui, toute de voile vêtue, a interpellé François Hollande venu sur les lieux du drame, réclamant la présence de l'État dans des quartiers qu'elle ne veut pas voir sombrer dans la violence : « Monsieur le président, nous ne sommes pas à Chicago, ici ! » Un cri de détresse qu'une autre Maghrébine, Samia Ghali, élue marseillaise, avait lancé quelques mois auparavant en demandant le renfort de l'armée contre l'insécurité qui gangrène certains arrondissements de sa ville.

Toutes ces femmes montent au créneau et prennent date avec l'histoire de France. Non pour agresser ou accuser ni pour tenir un discours de repli, mais pour tirer la sonnette d'alarme et dire à quel point elles sont dépassées. Elles parlent d'éducation, de sécurité et d'ascenseur social pour leurs enfants. Et usent du langage du coeur et non pas du discours électoraliste ou du maniement des idées.

Certes, on peut accuser ces mères d'avoir failli à l'éducation de leurs enfants. Mais alors, sont-elles seules responsables ? Où sont les pères de ces enfants ? Où sont les maris ? Absents. Impuissants devant le cours des événements. Quand ils ne prennent pas parti pour leur progéniture masculine, comme le père Merah, qui, pour toute parade, a accusé la France d'avoir tué son fils, sans un mot pour les victimes. Et je ne parle pas des frères, dont certains se rangent parfois du côté des tueurs quand ils ne jouent pas aux machos et aux apprentis jihadistes.

Vous pouvez me rétorquer qu'il y a des « beurettes » adeptes du niqab et de la polygamie qui n'hésitent pas à financer les voyages de leurs frères ou époux dans les camps terroristes. Je réponds que c'est là l'exception qui confirme la règle. Tout laisse supposer, au contraire, qu'entre le fiasco des pères et l'empire des frères l'espoir surgit à travers cette voix nouvelle, audible et digne, qui est celle des mamans de l'immigration. La seule, probablement, à ramener la paix dans la maison France. Alors écoutons-la, en vertu de la fameuse maxime d'un auteur comique grec du Ve siècle av. J.-C. : « Quand la guerre sera l'affaire des femmes, elle s'appellera la paix » ! 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

Banque mondiale : Makhtar Diop reprend son poste de vice-président Afrique

 Écarté de son poste de vice-président Afrique de la Banque mondiale début octobre, l'économiste sénégalais, à qui l'on prêtait l'intention de briguer la pré[...]

Réfugiés africains pour audimat européen

Dans un camp de réfugiés du Darfour, la chaîne Arte tourne un documentaire bimédia "à jouer". Instrumentalisation de la détresse pour une courbe d’audience ? Ou[...]

Malick Ndiaye, le gourou à six cordes

À la tête du label ThinkZik ! depuis quinze ans, le mystérieux et exigeant producteur d'Imany et de Faada Freddy attend plus de la musique africaine.[...]

Art contemporain : rififi autour du prix Orisha

Décerné le 2 octobre à Paris au Béninois Kifouli Dossou, le premier prix Orisha pour l'art contemporain africain a suscité l'agacement de plusieurs artistes et commissaires.[...]

Algérie : des juges d'instruction français vont enquêter sur l'assassinat d'Hervé Gourdel

Des juges d'instruction français vont enquêter sur l'enlèvement et l'assassinat d'Hervé Gourdel, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.[...]

Areva : Luc Oursel pas vraiment parti

En dépit du départ inattendu de Luc Oursel, pour des raisons thérapeutiques et son remplacement par son numéro deux Philippe Knoche le 22 octobre, l'organigramme d'Areva reste inchangé[...]

Ebola - Dr Eric Leroy : "L'épidémie continue d'évoluer dans le mauvais sens"

Le Dr Éric Leroy est l'un des plus grand spécialistes du virus Ebola. Selon lui, l'épidémie ne sera pas endiguée avant plusieurs mois. Interview.[...]

Brésil : Dilma Rousseff, surprise du chef

Les sondages la donnaient battue au second tour de la présidentielle par la socialiste Marina Silva. Ils se sont lourdement trompés. Avec 41,6 % des suffrages au premier, Dilma Rousseff est bien [...]

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers