Extension Factory Builder
23/11/2012 à 18:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Alain Mabanckou est un écrivain franco-congolais.

Jean Désy, écrivain canadien, est sans doute un des derniers poètes à « conquérir » les espaces froids. Certes, il connaît bien le Grand Nord québécois, où il pratique la médecine depuis des années. En 1990, il s'est retrouvé à Puvirnituq, village situé dans le nord du Québec, où il a constaté que le corps et l'esprit pouvaient « être en harmonie ». Mais c'est surtout chez les Inuits que son écriture a été bouleversée. Dans une atmosphère glaciale, la poésie apparaît sous son visage primordial. Jean Désy le souligne dans son prologue :

« C'est grâce à la norditude que je parvins à trouver l'expression de l'amalgame ressenti si intensément entre mon âme et l'Âme du monde. »

Cette fascination crée un pacte que l'auteur exprime en ces termes :

« Je resterai toute ma vie un amoureux du Nord, fou de ces lieux où les froids sont tragiques et les cieux gigantesques. »

Entre quêtes, invocations et errances dans les bois, c'est non seulement le chemin du retour aux sources que l'auteur recherche, mais surtout le lieu exact où naît la vie, ce lieu qu'on oppose souvent au Sud :

« Me voici / voyageur obstiné / ne trouvant le repos qu'en présence du péril / disposé entre les pierres chutées par milliards / dans la toundra. »

Dans ces invocations, le poète nous rappelle que marcher dans l'hiver, c'est aller à la rencontre de la liberté, et chaque truite pêchée dans la glace est le gage de notre indépendance. C'est aussi un recueil qui est porté par une langue singulière, aussi tranchante que cette glace que le poète loue de poème en poème :

« Sois morceau de glaciel brin de neige et bouscueil / chaque fois que l'hivernie te gagne. »

Dans un paysage aussi rude et immaculé, la grande crainte de l'errant est la solitude. Cela n'effraie pas pour autant le poète, qui prend pour bouclier l'amour :

« Si la solitude s'approche trop près de ta poitrine / ne lui tords pas le cou / serre-la plutôt contre toi comme si tu l'aimais. »

C'est aussi l'occasion de faire l'inventaire de la flore et de la faune. Jean Désy ne s'en prive pas, désignant chaque essence avec une précision de botaniste. On rencontre ainsi des sapins du Nord, des mélèzes, des épinettes blanches ayant traversé des siècles, des perdrix roucoulantes, des bouleaux blancs, des pins gris tordus ou encore les thuyas sacrés des îles secrètes d'Abitibi, territoire « aux cent mille lacs ».

Chez les ours est accompagné de photographies de la Québécoise Isabelle Duval, ce qui renforce encore plus cette proximité que ressent le lecteur en entrant dans l'univers de Jean Désy. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Deux footballeurs s'affrontent sur Twitter à propos de l'intervention israélienne à Gaza

Deux footballeurs s'affrontent sur Twitter à propos de l'intervention israélienne à Gaza

Les polémiques autour du conflit israélo-palestinien n'épargnent pas le monde du football. Les deux anciens coéquipiers en Angleterre, Joey Barton et Yossi Benayoun, se sont répondus par tweets i[...]

Benjamin Stora : "La promesse de réouverture des synagogues algériennes est très importante"

L’historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora réagit à la promesse de réouverture des synagogues algériennes faite par le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa,[...]

Le cacao grimpe à son plus haut niveau en trois ans

Le cacao a atteint son plus haut niveau en trois ans (2000 livres la tonne à la Bourse de Londres et 3 234 dollars à celle de New York) grâce à une bonne demande mais aussi en raison d'un regain[...]

Alstom accusé de corruption au Royaume-Uni

La filiale britannique d'Alstom a été inculpée de trois délits de corruption et de trois délits de complicité de corruption. Les accusations concernent de grands projets de transport[...]

Espagne : Pedro Sánchez, ou comment faire oublier Zapatero...

Le nouveau patron de l'opposition est jeune, beau et intelligent. Mais avant "d'y penser en se rasant", Pedro Sánchez va devoir rafraîchir l'image du Parti socialiste. Bon courage ![...]

Irak : Fouad Massoum remplace Jalal Talabani à la présidence

Le Parlement irakien a élu jeudi le politicien kurde Fouad Massoum à la tête de l'État fédéral. Un premier pas qui laisse augurer la formation d'un nouveau gouvernement dans le pays[...]

Gaza : Israël accusé de possibles crimes de guerre par l'ONU

Alors que débute la troisième semaine de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, la haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a demandé une enquête sur les possibles[...]

France : un nouveau projet de loi sur l'immigration

Attirer plus de diplômés et d'entrepreneurs étrangers. Tel est le but du projet de loi que le gouvernement s'apprête à dévoiler. Parmi les nouveautés, un titre de[...]

Indonésie : l'avenir, c'est Jokowi

Il y a le réformateur populaire, Joko Widodo, et le militaire conservateur, Prabowo Subianto. Tous deux clament leur victoire à l'élection présidentielle du 9 juillet. Deux visages, deux[...]

Littérature turque : "L'Homme désoeuvré" enfin traduit en français !

C'est l'un des classiques du roman turc contemporain. "L'Homme désoeuvré", de Yusuf Atilgan, est enfin traduit en français.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers