Extension Factory Builder
23/11/2012 à 18:02
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Alain Mabanckou est un écrivain franco-congolais.

Jean Désy, écrivain canadien, est sans doute un des derniers poètes à « conquérir » les espaces froids. Certes, il connaît bien le Grand Nord québécois, où il pratique la médecine depuis des années. En 1990, il s'est retrouvé à Puvirnituq, village situé dans le nord du Québec, où il a constaté que le corps et l'esprit pouvaient « être en harmonie ». Mais c'est surtout chez les Inuits que son écriture a été bouleversée. Dans une atmosphère glaciale, la poésie apparaît sous son visage primordial. Jean Désy le souligne dans son prologue :

« C'est grâce à la norditude que je parvins à trouver l'expression de l'amalgame ressenti si intensément entre mon âme et l'Âme du monde. »

Cette fascination crée un pacte que l'auteur exprime en ces termes :

« Je resterai toute ma vie un amoureux du Nord, fou de ces lieux où les froids sont tragiques et les cieux gigantesques. »

Entre quêtes, invocations et errances dans les bois, c'est non seulement le chemin du retour aux sources que l'auteur recherche, mais surtout le lieu exact où naît la vie, ce lieu qu'on oppose souvent au Sud :

« Me voici / voyageur obstiné / ne trouvant le repos qu'en présence du péril / disposé entre les pierres chutées par milliards / dans la toundra. »

Dans ces invocations, le poète nous rappelle que marcher dans l'hiver, c'est aller à la rencontre de la liberté, et chaque truite pêchée dans la glace est le gage de notre indépendance. C'est aussi un recueil qui est porté par une langue singulière, aussi tranchante que cette glace que le poète loue de poème en poème :

« Sois morceau de glaciel brin de neige et bouscueil / chaque fois que l'hivernie te gagne. »

Dans un paysage aussi rude et immaculé, la grande crainte de l'errant est la solitude. Cela n'effraie pas pour autant le poète, qui prend pour bouclier l'amour :

« Si la solitude s'approche trop près de ta poitrine / ne lui tords pas le cou / serre-la plutôt contre toi comme si tu l'aimais. »

C'est aussi l'occasion de faire l'inventaire de la flore et de la faune. Jean Désy ne s'en prive pas, désignant chaque essence avec une précision de botaniste. On rencontre ainsi des sapins du Nord, des mélèzes, des épinettes blanches ayant traversé des siècles, des perdrix roucoulantes, des bouleaux blancs, des pins gris tordus ou encore les thuyas sacrés des îles secrètes d'Abitibi, territoire « aux cent mille lacs ».

Chez les ours est accompagné de photographies de la Québécoise Isabelle Duval, ce qui renforce encore plus cette proximité que ressent le lecteur en entrant dans l'univers de Jean Désy. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est totaleme[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Ebola : mille patients guéris en Afrique de l'Ouest et deux rémissions occidentales

Il y a parfois des nouvelles heureuses dans les tragédies. L'annonce de Médecins sans frontières du "1 000è survivant" d'Ebola sorti de ses centres en Afrique de l'Ouest, ainsi que celle de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers