Extension Factory Builder
27/11/2012 à 11:33
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Médecin, président du Syndicat national des praticiens de santé publique en Algérie.

Comme l'Algérie, qui connaît de profondes mutations, le secteur de la santé fait face à d'importants changements, inhérents à une évolution humaine naturelle, mais aussi à des comportements sociaux et individuels qui impliquent des impératifs sanitaires nouveaux. La transition épidémiologique induite par les bouleversements socioéconomiques que vit notre pays, l'évolution de la recherche et des technologies médicales ainsi que l'allongement de la durée de vie ont permis d'identifier les vrais besoins de santé de la population. Mais aussi de mettre au jour d'autres exigences, qu'il faudra prendre en charge au titre des objectifs de la politique nationale de santé.

Des moyens financiers appréciables dégagés pour le secteur, des infrastructures nombreuses et bien réparties sur le territoire national, une multidisciplinarité avérée et des professionnels disponibles et compétents devraient autoriser une certaine sérénité pour appréhender ces mutations.

Les relations entre patients et praticiens s'établissent au sein d'un système de dysfonctionnements quotidiens.

Toutefois, l'organisation structurelle des services de santé est incapable de traduire ces moyens en prestations de soins et en actions préventives à la hauteur de notre pays. La carte sanitaire peine à répondre à la réalité nationale, la disponibilité et la distribution des médicaments et des vaccins souffrent de perturbations chroniques, la maintenance des plateaux techniques fait défaut... et un secteur privé - qu'il est urgent de coordonner aux exigences du système national de santé - émerge de façon non régulée.

Les relations entre patients et praticiens, en butte aux mêmes insuffisances, s'établissent au sein d'un système de dysfonctionnements quotidiens. Lequel compromet la concrétisation des programmes nationaux de santé publique, dont la gestion administrative est souvent approximative, voire aléatoire.

La demande de soins doit être hiérarchisée, quantifiée et évaluée à travers des paramètres scientifiquement établis. Des professionnels du secteur pourraient conduire la recherche appliquée - qu'il est important de promouvoir - dans le but d'établir des profils épidémiologiques pour chaque entité géosanitaire. Il serait ainsi possible d'orienter les programmes de prévention.

Pour ce faire, le ministère de la Santé doit s'ouvrir aux compétences et s'affranchir des comportements autarciques qui sclérosent l'initiative. L'obsession pour la collecte de chiffres et de données statistiques arrangés ne conduit qu'à des incohérences et à des attitudes irrationnelles dans l'usage de ressources bien souvent évanescentes.

Les réformes initiées en 2003 proposaient déjà de prendre en charge cette problématique à travers une refonte complète du système national de santé. Mais, à notre grand regret, les meilleures volontés peuvent être bridées par des cercles rentiers dont la seule expertise reconnue est d'entraver la réussite des réformes qui nous préoccupent.

Le Syndicat national des praticiens de santé publique appelle à l'ouverture d'un débat national sur le système de santé. Un débat responsable et libre de toute forme de conflit d'intérêts économiques ou politiques. En matière de répartition budgétaire, la santé doit être au coeur des priorités nationales, afin de permettre la réalisation des objectifs assignés au secteur à l'horizon 2014 et 2025.

Un plan de réforme des études médicales, la mise en place d'une réelle politique de formation continue, la réhabilitation des différents personnels liés aux soins, une meilleure maîtrise des dépenses de santé, la régulation de l'activité de soin dans le secteur privé, la réduction de la dépendance de l'Algérie en matière d'importation de médicaments sont autant d'éléments qui doivent guider le redressement de notre système de santé.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Algérie

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Diplomatie : le président turc Recep Tayyip Erdogan est en visite à Alger

Recep Tayyip Erdogan effectuait, mercredi et jeudi, une visite officielle en Algérie, accompagné d'une forte délégation de ministres et d'hommes d'affaires. Un sommet Turquie-Afrique se tient en ce mome[...]

Football - Algérie : joue-la comme Gourcuff...

Nommé juste après le glorieux Mondial des Fennecs, le successeur du bouillant Vahid Halilhodzic n'avait jusque-là jamais dirigé de sélection nationale. Pour un coup d'essai, c'est un coup[...]

Cinéma - "L'Oranais" : il était une fois l'Algérie

Très ambitieux, le nouveau film de Lyes Salem, L'Oranais, est une fresque romanesque évoquant sans tabou trente années d'histoire - et une tentative pour se réapproprier la mémoire du[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Algérie : après son hospitalisation, Bouteflika reçoit des ambassadeurs à Alger

Vingt-quatre heures après sa brève hospitalisation de deux jours à Grenoble, non confirmée par la présidence algérienne, Abdelaziz Bouteflika a reçu dimanche quatre nouveaux[...]

Téléphérique : Poma créera bientôt une filiale en Algérie

 Après Alstom et Renault, un autre géant français s'apprête à s'installer en Algérie. Le leader mondial du téléphérique Poma compte y créer une filiale avec[...]

Abdelaziz Bouteflika a quitté la France après une brève hospitalisation

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, 77 ans, affaibli depuis un AVC en 2013 et dont l'état de santé fait l'objet de rumeurs récurrentes, a quitté la France samedi après une[...]

Algérie : la règle des 51 %-49 % abrogée ?

Instaurée il y a cinq ans, la règle dite des 51 %-49 % pourrait être abandonnée à la faveur de l'adoption d'un nouveau code des investissements - actuellement en cours d'élaboration.[...]

Algérie : Abdelaziz Bouteflika hospitalisé en France dans une clinique de Grenoble

Le chef de l'État algérien, Abdelaziz Bouteflika, est hospitalisé dans une clinique de Grenoble, selon les informations du quotidien régional "Le Dauphiné Libéré",[...]

Les entreprises algériennes désormais autorisées à investir à l'étranger

 Désormais, toutes les entreprises de droit algérien peuvent convertir des dinars afin d'investir à l’étranger. Un privilège jusque-là réservé à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers