Extension Factory Builder
10/10/2012 à 12:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Il règne une affluence inhabituelle au ministère où j'ai rendez-vous. La salle d'attente est pleine comme un oeuf. Dehors, quelques petits groupes attendent. Je préfère rester à l'écart, me disant que mon ami le ministre - un ami de très longue date -, qui m'a invité à déjeuner, doit avoir quelques soucis avec les agents de son département. Je flaire un problème de salaires non payés depuis de longs mois, une promesse non tenue. Mais il n'y a aucune agitation. Curieux. À intervalles réguliers, des hommes et des femmes entrent dans le bâtiment où se trouve le bureau du ministre. Le temps passe. Je finis par m'annoncer. La secrétaire est étonnée : « Le ministre vous attend depuis longtemps. Venez », dit-elle. « Mais je vais le déranger... » « Non, non ! Venez ! » J'accepte. Me voici dans l'antichambre, elle aussi bondée. Le ministre arrive, me sourit franchement et me fait entrer dans son bureau. Quelques personnes s'y trouvent déjà. Mon ami m'explique que c'est la journée « portes ouvertes ». Il reste debout et continue à discuter avec ses hôtes.

Ce que j'entends est édifiant. Chaque visiteur a un problème à soumettre. De jeunes diplômés au chômage demandent une recommandation du ministre auprès de l'un de ses collègues pour être embauchés dans une entreprise dépendant de son département. L'ami leur explique que, de toutes les façons, cela ne sert à rien parce que l'entreprise en question est en difficulté. Ils insistent. D'autres sont venus déposer leur CV pour que le ministre leur trouve du travail. Ce dernier répond que c'est inutile, étant donné que l'État ne recrute pas, et leur propose d'attendre le moment où des investisseurs viendraient créer des entreprises. Ils insistent. Une mère plaide la cause de son fils. Les échanges s'éternisent. À chacun le ministre glisse dans la main un billet de banque plié en quatre. Pour le transport.

J'ai assisté, bien malgré moi, dans un pays d'Afrique centrale, à cette rencontre entre un ministre et le peuple. Et cela me pousse à me poser beaucoup de questions. Partout où je suis passé sur le continent africain, j'ai toujours entendu le peuple critiquer sévèrement les dirigeants, les traitant de tous les noms : voleurs, fornicateurs invétérés, menteurs, corrompus, tribalistes et j'en passe. Mais là, j'assiste à une réunion où le peuple demande à un membre du gouvernement d'intercéder auprès de ses pairs pour obtenir une faveur. Si celui-ci avait été soudoyé, cela aurait un nom : trafic d'influence. Dans ce cas précis, il s'agit de clientélisme. Ou de népotisme. Ou encore de favoritisme. Comment ceux qui ont la dent dure, la critique féroce, peuvent-ils réclamer pour eux-mêmes ce qu'ils ont toujours reproché aux hommes politiques ? On me dira que la vie est difficile, que les gens n'arrivent pas à s'en sortir. Très bien. Mais cela suffit-il pour justifier ce recours à des pratiques qui maintiennent nos pays dans l'arbitraire, l'injustice, l'exclusion ? Des méthodes qui condamnent nos États à être des entités sans foi ni loi ? C'est ce que le peuple veut ? Enfin, le rôle d'un ministre est-il de trouver du travail aux sans-emploi, aux sans-espoir, aux sans-rien ? J'aimerais bien qu'on m'explique pourquoi le peuple marche sur ses principes.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

Libye : trois migrants 'livrés' à Daesh

Libye : trois migrants "livrés" à Daesh

Trois clandestins, contraints de partir d'Israël l'an passé pour éviter la prison, font partie du groupe de vingt-huit chrétiens d'Éthiopie assassinés par Daesh - notamment par d&eac[...]

Rapprochement en cours entre la Côte d'Ivoire et l'Égypte

Snobée par certains poids lourds du continent, tels que l'Afrique du Sud et l'Angola, la Côte d'Ivoire a désormais les yeux tournés vers la République arabe d'Égypte, dont elle[...]

France - Rwanda : beaucoup de bruit pour rien ?

Trois semaines après la décision symbolique de la présidence de la République française de déclassifier une partie de ses archives sur le Rwanda entre 1990 et 1995,[...]

Mali : le Gatia prend le contrôle de Ménaka

Le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia) - proche du pouvoir malien - a pris lundi le contrôle de Ménaka, dans le nord du Mali, selon l'AFP. Une localité jusqu'ici partiellement[...]

Boko Haram : des centaines de corps découverts à Damasak, au moins 50 soldats tués au Niger

Selon plusieurs témoins, des centaines de corps, découverts depuis jeudi dernier à Damasak, ont été enterrés ce week-end dans cette ville du nord-est du Nigeria. Il s'agirait de victimes[...]

Quand Alpha Condé briefe Hollande

En visite privée à Paris la semaine du 20 avril, après avoir participé aux assemblées du FMI à Washington, le président guinéen n'a pas perdu son temps.[...]

Boko Haram : au moins cinquante soldats nigériens tués lors d'une attaque sur le lac Tchad

Samedi, une attaque du groupe islamiste Boko Haram sur le lac Tchad a fait au moins cinquante morts dans les rangs de l'armée nigérienne, selon des sources tchadienne et nigériennes.[...]

France - Djibouti : Le Drian rencontre Ismaïl Omar Guelleh... en Jordanie

Attendu à Djibouti pour sa première visite dans ce pays - "une date avait été retenue en avril, mais apparemment elle ne convenait pas au calendrier du président Ismaïl Omar[...]

Nigeria : une attaque présumée de Boko Haram fait une vingtaine de morts

Des membres présumés de Boko Haram ont abattu 21 déplacés qui tentaient de regagner leur village, dans le nord-est du Nigeria, pour tenter d'y chercher à manger.[...]

Burundi : Donatien Ndayishimiye, un homme de réseaux

Après avoir redressé l'Office national des télécommunications, Donatien Ndayishimiye a pris la tête de Burundi Backbone System, le consortium chargé d'assurer le maillage du pays en[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2700p186.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2700p186.xml0 from 172.16.0.100