Extension Factory Builder
03/10/2012 à 17:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marafa Hamidou Yaya a été condamné à vingt-cinq ans de prison pour détournement de fonds. Marafa Hamidou Yaya a été condamné à vingt-cinq ans de prison pour détournement de fonds. © AFP

Si la justice consiste à mesurer la peine et la faute puis à adapter la première en fonction de la seconde, il n'est pas sûr qu'elle ait trouvé au Cameroun sa meilleure illustration. La condamnation le 22 septembre à l'aube par le tribunal de grande instance du Mfoundi de l'ancien ministre de l'Administration territoriale Marafa Hamidou Yaya et de l'ex-patron de la Camair Yves Michel Fotso à vingt-cinq ans de prison ferme pour détournement de fonds publics laisse pantois tant le verdict apparaît disproportionné au regard de la jurisprudence appliquée en la matière par les États de droit.

À titre de comparaison, aucun des condamnés de l'affaire Elf en France n'a écopé de plus de cinq ans de détention. Depuis le début de l'opération de lutte anticorruption Épervier, une forme de justice extrême, parfois proche de l'extrême injustice, est à l'oeuvre au Cameroun, avec des verdicts couperets où les peines de dix, vingt, trente, quarante ans, voire la perpétuité, tombent comme une lame de guillotine à l'issue de procès systématiquement contestés tant par les avocats des prévenus que par les organisations de défense des droits humains. Le plus souvent, l'appel alourdit la sentence et les maintiens en détention après exécution de la peine - sous prétexte de l'ouverture d'une autre procédure - ajoutent au malaise et au côté absurde de l'affaire.

Si la justice, en tant qu'institution, fonctionne à plein régime au Cameroun à en juger par le nombre des condamnations, elle a, en tant que concept, pris beaucoup de plomb dans l'aile. Comment expliquer autrement qu'aucun sursis, aucune remise de peine, aucune mise en liberté provisoire et aucune grâce présidentielle n'ait jamais été accordé dans le cadre de cette opération ? Le tableau de chasse de l'épervier, qui a pris dans ses serres un ancien Premier ministre, deux ex-secrétaires généraux de la présidence, une demi-douzaine de ministres en disgrâce et une cohorte de directeurs généraux de sociétés d'État, est certes impressionnant.

À trop chercher l'exemplarité, la justice camerounaise n'échappe pas au soupçon d'instrumentalisation politique.

Chaque arrestation, chaque condamnation se fait sous les vivats d'une partie de l'opinion, qui a trouvé dans le spectacle de la déchéance des puissants un exutoire à ses frustrations quotidiennes. À la limite, les peines infligées sont jugées trop clémentes tant est grande la soif de vengeance contre des hommes (et des femmes) dont la fortune rimait souvent avec une forme d'arrogance. Mais à trop chercher l'exemplarité, la justice camerounaise n'échappe pas au soupçon d'instrumentalisation politique, et à frapper trop lourdement, elle s'expose à ce que les justiciables - en l'occurrence, le peuple camerounais - exigent toujours plus de têtes sur l'air bien connu du « tous pourris ». De ce jeu pervers, la fragile démocratie camerounaise pourrait ne pas sortir vainqueur.

Bien sûr, au Cameroun comme ailleurs, ce n'est pas la justice qui rend la justice. Ce sont des juges, femmes et hommes sensibles aux pressions, à l'air du temps et capables de commettre des erreurs. À cette nuance près que, lorsqu'il s'agit de prison, l'erreur est forcément inhumaine. Raison de plus pour que, après six années de justice d'exception et de justice-spectacle, on en revienne à un fonctionnement serein, équitable et ordinaire de cette institution. Ferme certes avec les puissants, tous les puissants, mais mesurée dans ses sentences. L'opération Épervier doit laisser la place à un fonctionnement dépassionné de l'État de droit. Faute de quoi, à force de réclamer toujours plus de chair, le rapace changera de nature. Il deviendra vautour. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : les 'embrouilles' judiciaires d'Eto'o, accusé par son ex de publication de photos obscènes

Cameroun : les "embrouilles" judiciaires d'Eto'o, accusé par son ex de publication de photos obscènes

Hélène Nathalie Koah, l'ex-petite amie de Samuel Eto'o, accuse ce dernier d'avoir publié des photos d'elle dénudée sur le web. Le footballeur camerounais avait déjà porté pla[...]

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers