Extension Factory Builder
03/10/2012 à 17:22
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Marafa Hamidou Yaya a été condamné à vingt-cinq ans de prison pour détournement de fonds. Marafa Hamidou Yaya a été condamné à vingt-cinq ans de prison pour détournement de fonds. © AFP

Si la justice consiste à mesurer la peine et la faute puis à adapter la première en fonction de la seconde, il n'est pas sûr qu'elle ait trouvé au Cameroun sa meilleure illustration. La condamnation le 22 septembre à l'aube par le tribunal de grande instance du Mfoundi de l'ancien ministre de l'Administration territoriale Marafa Hamidou Yaya et de l'ex-patron de la Camair Yves Michel Fotso à vingt-cinq ans de prison ferme pour détournement de fonds publics laisse pantois tant le verdict apparaît disproportionné au regard de la jurisprudence appliquée en la matière par les États de droit.

À titre de comparaison, aucun des condamnés de l'affaire Elf en France n'a écopé de plus de cinq ans de détention. Depuis le début de l'opération de lutte anticorruption Épervier, une forme de justice extrême, parfois proche de l'extrême injustice, est à l'oeuvre au Cameroun, avec des verdicts couperets où les peines de dix, vingt, trente, quarante ans, voire la perpétuité, tombent comme une lame de guillotine à l'issue de procès systématiquement contestés tant par les avocats des prévenus que par les organisations de défense des droits humains. Le plus souvent, l'appel alourdit la sentence et les maintiens en détention après exécution de la peine - sous prétexte de l'ouverture d'une autre procédure - ajoutent au malaise et au côté absurde de l'affaire.

Si la justice, en tant qu'institution, fonctionne à plein régime au Cameroun à en juger par le nombre des condamnations, elle a, en tant que concept, pris beaucoup de plomb dans l'aile. Comment expliquer autrement qu'aucun sursis, aucune remise de peine, aucune mise en liberté provisoire et aucune grâce présidentielle n'ait jamais été accordé dans le cadre de cette opération ? Le tableau de chasse de l'épervier, qui a pris dans ses serres un ancien Premier ministre, deux ex-secrétaires généraux de la présidence, une demi-douzaine de ministres en disgrâce et une cohorte de directeurs généraux de sociétés d'État, est certes impressionnant.

À trop chercher l'exemplarité, la justice camerounaise n'échappe pas au soupçon d'instrumentalisation politique.

Chaque arrestation, chaque condamnation se fait sous les vivats d'une partie de l'opinion, qui a trouvé dans le spectacle de la déchéance des puissants un exutoire à ses frustrations quotidiennes. À la limite, les peines infligées sont jugées trop clémentes tant est grande la soif de vengeance contre des hommes (et des femmes) dont la fortune rimait souvent avec une forme d'arrogance. Mais à trop chercher l'exemplarité, la justice camerounaise n'échappe pas au soupçon d'instrumentalisation politique, et à frapper trop lourdement, elle s'expose à ce que les justiciables - en l'occurrence, le peuple camerounais - exigent toujours plus de têtes sur l'air bien connu du « tous pourris ». De ce jeu pervers, la fragile démocratie camerounaise pourrait ne pas sortir vainqueur.

Bien sûr, au Cameroun comme ailleurs, ce n'est pas la justice qui rend la justice. Ce sont des juges, femmes et hommes sensibles aux pressions, à l'air du temps et capables de commettre des erreurs. À cette nuance près que, lorsqu'il s'agit de prison, l'erreur est forcément inhumaine. Raison de plus pour que, après six années de justice d'exception et de justice-spectacle, on en revienne à un fonctionnement serein, équitable et ordinaire de cette institution. Ferme certes avec les puissants, tous les puissants, mais mesurée dans ses sentences. L'opération Épervier doit laisser la place à un fonctionnement dépassionné de l'État de droit. Faute de quoi, à force de réclamer toujours plus de chair, le rapace changera de nature. Il deviendra vautour. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Cameroun : coup d'accélérateur pour le barrage de Nachtigal

Le mégabarrage camerounais de Nachtigal, au coût estimé à 1 milliard de dollars, avance. Selon les informations recueillies par "Jeune Afrique", les principaux termes du contrat de réali[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Afrique du Sud : que nous apprend le scandale des "Spy Cables" ?

Des documents révélant les échanges entre les services secrets sud-africains et leurs homologues étrangers et publiés depuis lundi par la chaîne Al-Jazeera et le quotidien britannique The[...]

Cameroun : le marocain Cosumar choisi pour développer un nouveau complexe sucrier

Cosumar plantera de la canne à sucre et construira une raffinerie entre Batouri et Bertoua, à l’est du pays. Le leader marocain du sucre bat lors de l'appel d'offres le groupe français Somdiaa qui[...]

"Plus jamais Ebola..." : ce sera sans Manu Dibango

Manu Dibango s'est retiré d'un projet musical de sensibilisation à la lutte contre Ebola. Il n'aurait pas supporté que des personnes soient rétribuées pour ce projet censé être[...]

Boko Haram, une guerre qui coûte cher au Cameroun

Le nerf de la guerre contre Boko Haram est un souci de première importance au Cameroun.[...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Boko Haram : la sale guerre a commencé

Composée des troupes du Cameroun, du Niger, du Nigeria et du Tchad, la force régionale s'est lancée dans la bataille pour enrayer l'avancée de la secte jihadiste Boko Haram. Une course contre la[...]

Cameroun : Afriland First Bank ouvre une agence dédiée à la finance islamique

Le groupe bancaire camerounais vient d'ouvrir à Yaoundé sa première agence spécialisée dans la finance islamique et envisage une extension du réseau au reste du pays. Une première[...]

Boko Haram, la tactique du boucher

Le groupe islamiste agit-il en ordre dispersé ou suivant une véritable stratégie militaire ? De batailles en massacres, son organisation se dévoile peu à peu.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Purging www.jeuneafrique.com/Article/JA2699p035.xml0 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/JA2699p035.xml0 from 172.16.0.100