Extension Factory Builder
12/07/2012 à 17:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Nina Wallet Intalou est membre de la direction du MNLA. Nina Wallet Intalou est membre de la direction du MNLA. © DR

Nina Wallet Intalou est membre de la direction du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA).

Le 17 janvier 2012, nous avons entrepris de mener un combat pour notre liberté et notre dignité parce que le peuple de l'Azawad n'a que trop souffert dans l'ignorance du monde entier. Notre Nation, niée encore aujourd'hui a pourtant existé bien avant les invasions coloniales et les découpages territoriaux dont nous avons été, nous les Kel Tamasheq, les principales victimes. Nous ne comprenons pas que le monde ignore notre lutte légitime après tant d'années de massacres, de souffrances et de sacrifices.

Nous avons libéré seuls notre territoire et voilà que les islamistes venus de partout parasitent notre combat libérateur, martyrisent notre peuple, détruisent notre patrimoine et menacent gravement notre culture millénaire qui a fait de la femme touarègue un modèle en terme de droit et de liberté.

Nous assistons à la destruction de notre patrimoine mis à sac par des hordes de terroristes sans culture et sans Histoire. Ils ont entrepris de réduire à néant toute trace de notre civilisation car il n'y a pas que les mausolées de Tombouctou qui font partie du patrimoine de l'humanité. La culture touarègue, de tradition matrilinéaire, est aussi un patrimoine de l'humanité qui ne concerne pas seulement les touaregs mais l'humanité toute entière.

Les islamistes détruisent tout sur leur passage, ils endoctrinent de jeunes enfants et arrivent à corrompre des jeunes désœuvrés. Les femmes touarègues ont subi, pour la première fois de leur longue Histoire, une humiliation qu'elles n'avaient jamais connue auparavant, jusqu'au sombre jour où les hommes de Ansar Dine ont frappé les manifestantes de Kidal.

Dans tout l'Azawad, les leaders féminines du MNLA sont victimes d'intimidations et de menaces par les islamistes d’Ansar Dine, du Mujao et de l'Aqmi sans que cela ne soulève l'indignation générale

Dans tout l'Azawad, les leaders féminines du MNLA sont victimes d'intimidations et de menaces par les islamistes d’Ansar Dine, du Mujao et de l'Aqmi sans que cela ne soulève l'indignation générale à laquelle nous nous attendions de la part du monde libre. Malgré leur isolement, elles continuent de se battre seules et résistent du mieux qu'elles peuvent.

Mais combien de temps pourront-elles résister contre cette internationale islamiste soutenue pas des puissances occultes disposant de moyens gigantesque avec lesquels il nous est impossible de rivaliser si nous ne sommes pas aidés et soutenus. L'absence de soutien international au MNLA a profité aux divers groupes intégristes insidieusement installés sur notre territoire depuis plus de 15 ans.

Le "bons sens" aurait voulu que le MNLA, qui est le seul mouvement à affronter les islamistes dans l'Azawad, soit soutenu et aidé par l'ensemble des États qui luttent contre le terrorisme. Au lieu de cela, à notre grande surprise, les résolutions de l'ONU ne font aucune injonction aux divers groupes terroristes qui occupent notre territoire.
Mieux encore, malgré l'historique macabre des années de massacres des populations touarègues par le Mali, les Nations Unies exhortent le MNLA à renoncer à l'indépendance de l'Azawad et occultent le droits des peuples à disposer d'eux-mêmes, alors-même que nous réunissons toutes les conditions requises à son application.

La sombre histoire que nous fait vivre le Mali depuis 1963 n'a donc aucune importance ? Les 100 000 victimes de ce qu'il convient d'appeler « épuration ethnique » n'a donc aucun poids ? Nous sommes indignés de toute cette indifférence face à notre drame mais nous continuerons à lutter, quoi qu'il nous en coûte pour notre dignité et notre liberté.

Le MNLA ne pliera pas et poursuivra sa lutte légitime pour la liberté de l'Azawad. Nous interpellons les nations libres et démocratiques et nous les appelons à venir en aide au peuple de l'Azawad dont le seul représentant légitime est le MNLA.

Il est tout à fait inadmissible que Ansar Eddine et le Mujao, soient considérés comme des partenaires fréquentables alors que le MNLA, seul mouvement légitime du peuple de l'Azawad est ignoré.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Mali

Mali - Moussa Mara : 'La justice a de la mémoire'

Mali - Moussa Mara : "La justice a de la mémoire"

Le jeune Premier ministre malien, Moussa Mara, comptable de formation, a pris la tête du gouvernement en avril dernier dans un contexte encore très instable. De passage à Paris début octobre, il s'est ex[...]

Niger : neuf membres des forces de sécurité tués près du Mali

Dans un communiqué officiel, Niamey a annoncé jeudi que neuf membres des forces de sécurité ont été tués dans plusieurs attaques simultanées dans la région de[...]

Un soldat français des forces spéciales tué dans le nord du Mali

Un sergent-chef français, membre des forces spéciales, a été tué mercredi au Mali lors d'une opération destinée à freiner la résurgence des jihadistes dans le nord du[...]

Mali : accrochages entre l'armée française et un "groupe armé terroriste de type Aqmi"

L'armée française a affronté dans la nuit de mardi à mercredi des combattants d'Aqmi, dans la vallée de l'Ametetai, au nord du Mali.[...]

Mali : MNLA, MAA et HCUA créent une coordination militaire commune

Le 28 octobre, les groupes armés de la coordination des mouvements de l'Azawad ont annoncé la création d'un état-major commun. Objectif prétendu : sécuriser les régions du Nord sous[...]

Mali : Pédro Kouyaté... métro, tempo, brio !

Après avoir exploré le monde et la tradition mandingue avec les plus grands, Pédro Kouyaté s'est posé dans le tube parisien. Entre deux concerts, le Malien envoûte les passants.[...]

Terrorisme : la Minusma a-t-elle les moyens de sécuriser le Nord-Mali ?

Pour le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, "le nord du Mali est fragilisé parce que la Minusma n'a pas été au rendez-vous au moment où il le fallait".[...]

Ebola : le Mali tente de contenir l'épidémie, mise en quarantaine aux États-Unis

Le Mali tente de juguler toute propagation du virus Ebola après l'annonce d'un premier cas dans le pays, tandis que les États-Unis ont placé une personne en quarantaine d'office pour la première fois.[...]

Mali : mort de la fillette, premier cas d'Ebola dans ce pays

Le premier cas d'Ebola identifié au Mali, une fillette de deux ans récemment revenue de Guinée, est morte vendredi, a annoncé le gouvernement.[...]

Ebola : un premier cas au Mali fait craindre l'arrivée de l'épidémie

Le Mali connaît son premier cas d'Ebola. Il s'agit d'une fillette de deux ans venue de Guinée avec sa grand-mère. Elle a été placée en quarantaine à Kayes (Ouest), a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers