Extension Factory Builder
04/07/2012 à 19:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Chirfi Moulaye Haidara est ingénieur et chercheur à la retraite, spécialiste des énergies renouvelables, historien et écrivain.

Natif de Tombouctou, d’une famille de pieux musulmans, élevé dans un système où le mystique, le mythique et l’humanisme se côtoient, voire s’entremêlent, le devoir de mémoire, les vertus de sagesse et de pédagogie qui m’ont été très tôt enseignées, me poussent à lancer un cri de cœur, un cri d’alarme face aux profanations, à la démolition de sites pittoresques, à la dégradation de paysage culturel…

Force est de dénoncer rigoureusement le paroxysme de barbarie atteint par la crise sécuritaire, sur fond d’actes de vandalisme inexcusables envers les monuments historiques, de divers biens matériels et immatériels d'une valeur inestimable.

La destruction irraisonnée d'éléments importants de l'héritage culturel du Mali, pour ne pas dire de l'humanité dans sa globalité, commise par des factions de fanatiques non représentatives des aspirations démocratiques du peuple malien, cause chez l’ensemble des populations un tel accablement qu’il est difficile de rendre compte de cette profonde affliction que cela occasionne sur les personnes qui ont à cœur l’enracinement du Mali dans ses vraies valeurs socioculturelles, transmises de génération en génération au fil des siècles, et son rayonnement de portée universelle.

Il ne revient à l’esprit de personne de douter que le peuple malien, dans sa riche diversité culturelle, se serait volontiers passé des troubles auxquels il fait face aujourd'hui. La crise actuelle ne peut que trouver un dénouement pacifique et démocratique dans les plus brefs délais, dans l'intérêt commun et pour le plus grand bien de tous. Il faut, pour ce faire que cessent les infamies et que soit mis un terme définitif aux crimes odieux perpétrés, çà et là, dans le septentrion malien.

Faut-il rappeler, en tout état de cause et à toutes fins utiles, que la cité de Tombouctou qui a imposé jusqu’ici le respect et la fascination, a été fondée au XIe siècle et qu’elle vit depuis le 1er avril 2012 sous occupation de bandes armées qui, dans leur dessein macabre de perversion de l`âme de la vénérable cité, y procèdent à la destruction de ses sépultures, à des pillages, exactions sans nom sur de paisibles populations, à des actes de violence gratuite et d`intolérance religieuse sans précédent.

Tombouctou a le mérite incontestable d’être érigée depuis longtemps en cité religieuse et artistique de renommée mondiale, fière de ses imposantes mosquées, des mausolées de ses Saints, de ses célèbres manuscrits, de sa prestigieuse université Sankoré, de ses nombreuses écoles coraniques, de ses multiples bibliothèques dont le Centre Ahmed Baba, érigé en Institut de Hautes études et de recherche islamique (IHERI).

Inscrite au patrimoine mondial par l’Unesco depuis 1988, elle a abrité ces dernières années des événements de grande portée dont l’université des cinq continents en novembre 2005, axée sur des sujets variés d’intérêt scientifique et culturel, à travers notamment des conférences et ateliers auxquels ont pris part plus de 130 étudiants de divers horizons. Consacrée par l’Isesco (Organisation islamique pour l’éducation, les sciences et la culture) première capitale de la culture islamique de la région Afrique pour l’année de célébration 2006, elle a été en 2007 finaliste des Nouvelles Sept Merveilles du Monde, campagne lancée par la Fondation 7NW.

Et pourtant , c’est cette ville lumineuse, attrayante, carrefour de brillantes civilisations séculaires, d’échanges de connaissances, de commerce entre deux vastes zones, de part et d’autre du Sahara, exemple vivant de la pratique d’un islam tolérant dans toute sa splendeur, qui connaît en ce 21e siècle un calvaire extraordinaire qui requiert l’implication diligente de la communauté nationale et internationale pour la protection, la restauration de l’ensemble des sites agressés.

Il reste entendu que le commun des compatriotes est convaincu que les traditions de pacifisme, de piété et de démocratie qu'a su entretenir le peuple malien depuis des années sauront, pour le retour et la consolidation de la paix, de la stabilité, l'emporter sur les ambitions et les idées extrémistes d'une minorité qui a su profiter de l'instabilité pour commettre ces exactions.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mali

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré [...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Vol AH 5017 : Blaise Compaoré reçoit une délégation des familles des victimes

Blaise Compaoré et son chef d'état major, le général Gilbert Dienderé, se sont rendus vendredi après-midi au Mali, sur la zone du crash du vol AH 5017. Une délégation des[...]

Crash du vol AH5017 : la deuxième boîte noire retrouvée, les enquêteurs attendus sur place

Au lendemain de la découverte de la première boîte noire de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali, des experts de l'ONU ont retrouvé la seconde samedi sur le[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête s'annonce délicate

Le travail des enquêteurs, notamment français, attendus samedi sur le site du crash d'un avion ayant fait 118 victimes dans le nord du Mali s'annonce délicat en raison de la désintégration de[...]

Crash du vol AH5017 : l'enquête associera plusieurs pays

Le détachement militaire français dépêché dans le nord du Mali sur le lieu du crash du vol Ouaga-Alger AH 5017 a retrouvé vendredi la boîte noire du DC-9 affrété par Air[...]

Mali : le gouvernement et six groupes armés signent à Alger une "feuille de route" pour la paix

Après d'âpres tractations et plusieurs mois de blocage, le gouvernement malien et six groupes armés ont signé jeudi à Alger un document sur la "cessation des hostilités". Une[...]

L'épave "désintégrée" du vol AH5017 localisée vers Gossi dans le nord du Mali

L'état-major de l'armée burkinabè a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi avoir localisé dans le nord du Mali l'épave "désintégrée" du DC9[...]

Mali : ce que Bamako et les groupes armés négocient à Alger

Réunis à Alger, les groupes armés du Nord-Mali et les autorités maliennes tentent de se mettre d'accord sur une feuille de route commune pour la suite des négociations de paix. [...]

Mali - RDC : Nkulu Kalumba, un long chemin vers la liberté

À l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, le 20 juin, "Jeune Afrique" et le HCR au Mali ont organisé un concours de journalisme. C'est l'article d'une jeune étudiante[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers