Extension Factory Builder
12/08/2010 à 16:04
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Première étape, la création de la Ceni, annoncée le 28 juillet. La société civile n’y sera pas représentée.

Coup d’envoi des préparatifs des élections en RD Congo. Le 28 juillet, le président Joseph Kabila, grand favori de la prochaine présidentielle, a promulgué la loi créant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). Confirmant, par la même occasion, que les élections auront bien lieu en 2011.

Chargée d’organiser les scrutins présidentiel, législatifs et municipaux, la Ceni vient remplacer la Commission électorale indépendante (CEI), issue des accords de paix de 2002 et dirigée par l’abbé Apollinaire Malu Malu, figure de la société civile. Mais un an avant les élections, de nombreuses questions restent en suspens.

Au sein du gouvernement, les estimations financières ne font pas l’unanimité. Selon le chef de l’État, l’organisation des différents scrutins coûtera 700 millions de dollars (500 millions d’euros), dont près de 300 millions seront versés par la communauté internationale. Mais, pour l’instant, ni la Commission européenne ni les États-Unis n’ont confirmé le montant de leur aide.

Seule la Suisse est sortie de son silence, le 31 juillet, pour demander que la participation de la communauté internationale soit revue à la baisse (en 2006, l’organisation des élections présidentielle et législatives n’avait coûté « que » 430 millions de dollars).

À la différence de la CEI, la nouvelle instance ne devrait comporter que sept membres, dont quatre seront choisis par la majorité parlementaire et trois par l’opposition. C’est beaucoup moins qu’en 2006 et le pouvoir contrôlera, de fait, la Ceni. La société civile, elle, en est exclue, et l’abbé Malu Malu ne sera donc pas de la partie.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Riyad et Damas à la rescousse

Article précédent :
Aziz en direct

Réagir à cet article

RD Congo

'Mbata ya bakolo' : au Congo, la vie sans les 'Zaïrois' de RDC

"Mbata ya bakolo" : au Congo, la vie sans les "Zaïrois" de RDC

Comment vivre sans les "Zaïrois" ? Lancée début avril, l’opération "Mbata ya bakolo" ("La gifle des aînés" en lingala) a laissé des traces dans le[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

RDC : après les massacres à Béni, la ville n'a plus confiance dans l'armée

Les rebelles ougandais de l'ADF-Nalu (Forces démocratiques alliées – Armée de libération de l’Ouganda) sèment la terreur à Beni, dans l'est de la RDC.[...]

Ebola : l'épidémie en RDC est dûe à une nouvelle souche

Le virus Ebola qui sévit actuellement en RDC est issu d'une nouvelle souche. C'est la conclusion d'une étude publiée dans la revue américaine The New England Journal of Medicine.[...]

RDC : nouveau massacre de civils par les rebelles ougandais

Vingt-deux personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont été massacrées vendredi soir lors d'une nouvelle tuerie commise par des rebelles ougandais dans l'est de la République[...]

RDC : Kinshasa veut expulser le responsable des droits de l'homme de l'ONU

Kinshasa a demandé jeudi le rappel de Scott Campbell, chef du bureau de l'ONU pour les droits de l'homme en RDC, au lendemain de la publication d'un rapport de ses services dénonçant des crimes commis par[...]

RDC : 26 morts dans une attaque à Beni, attribuée à l'ADF-NALU

Des rebelles ont attaqué le village de Beni, à l'est de la RDC, dans la nuit de mercredi à jeudi. Vingt-six personnes ont été tuées.[...]

RDC : Lambert Mende répond à Linda Thomas-Greenfield

Lambert Mende Omalanga est ministre des Médias et porte-parole du gouvernement de la RDC.[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Comment l'Europe empêche le retour des migrants africains dans leur pays d'origine

Selon une étude de l'Ined publiée mercredi, les restrictions de la politique migratoire européenne constituent la principale barrière au retour des migrants dans leur pays d'origine.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers