Extension Factory Builder
27/01/2009 à 11:11
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ibrahim Ag Bahanga Ibrahim Ag Bahanga

Lâché par une partie de ses troupes, le chef des rebelles touaregs paraît de moins en moins soutenu dans sa lutte contre le pouvoir central.

Le parcours chaotique d’Ibrahim Ag Bahanga, chef du mouvement touareg de l’Adrar des Ifoghas, dans l’extrême nord-est du Mali, est celui d’un rebelle permanent. Il entame sa « carrière » dans les rangs de l’Azawad, à la fin des années 1980. Il n’y brillera pas particulièrement. Il est vrai que ses faits d’armes relèvent plus de la légende que de la réalité du champ de bataille. Comment, avec un parcours aussi terne, a-t-il fini par s’imposer ? Son jusqu’au-boutisme, sans doute.

Tombouctou, mars 1996. Le président Alpha Oumar Konaré et son invité, le Ghanéen Jerry Rawlings, président la cérémonie de la Flamme de la paix. Les rebelles de l’Azawad ont déposé leurs armes et en ont fait un bûcher symbolique. En marge des festivités, un homme boude. Ibrahim Ag Bahanga estime que ses chefs ont trahi la cause touarègue. Il regarde son arme qui se consume et rumine le sort que lui a réservé l’accord de paix : une intégration au sein de l’armée avec le grade de simple caporal. Indigne de son rang princier au sein de la tribu des Kel Ifoghas. Quelques mois plus tard, il déserte. En décembre 2000, il attaque une position de l’armée, achève des blessés et prend en otages une dizaine de soldats. Ses revendications ? Transformer son village, Tin-Essako, en commune et réintégrer l’armée. Au bout de longs mois de négociations, Bahanga relâche ses prisonniers. Tin-Essako devient une municipalité, mais Konaré est intransigeant : pas question de réintégration au sein de l’armée.

En mai 2006, Bahanga fédère les mécontents de sa communauté au sein d’une Alliance démocratique pour le changement (ADC) et revendique… l’indépendance. Ses compagnons de l’ADC tentent de nuancer ses exigences et demandent une large autonomie pour la région de Kidal. « Pas question, répondent les autorités de Bamako et le facilitateur algérien, l’intégrité territoriale du Mali n’est pas négociable. » Un accord est signé à Alger, le 4 juillet 2006. Une nouvelle fois, Bahanga boude la cérémonie. L’accord fait long feu, et le rebelle multiplie les violations, avec de nombreuses attaques contre les convois de l’armée. Ses rapports avec les salafistes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) implantés sur le même territoire ainsi qu’avec les trafiquants en tout genre sont troubles. Son intransigeance finit par lasser ses plus fidèles compagnons, dont le lieutenant-colonel Hassan Fagaga, qui décide, le 4 janvier 2009, à la tête de 300 combattants de l’ADC, de déposer les armes. Plus seul que jamais, il est aussi lâché par son parrain libyen, Mouammar Kadhafi, qui se félicite de la reddition de Fagaga. Quinze jours plus tard, l’armée malienne prend d’assaut la base arrière de Bahanga à Tinsalak. Lâché par les siens, traqué de toutes parts, l’homme qui rêvait d’être un héros touareg est aujourd’hui un vulgaire bandit de grand chemin.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Article suivant :
Que cherche Sarkozy ?

Article précédent :
ATT entre en guerre

Mali

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Vol AH 5017 : une "chute vertigineuse de 10 000 mètres en 3 minutes"

Les images radar du contrôle aérien burkinabè révèlent que le MD-83 du vol AH 5017 d'Air Algérie a chuté en quelques minutes après avoir tenté d'éviter un orage.[...]

Vol AH5017 : comment les Burkinabè ont trouvé la zone du crash

Dès que l'alerte a été donnée au sujet de la disparition du vol AH 5017, les militaires burkinabè n'ont pas ménagé leurs efforts pour retrouver la trace du DC-9[...]

Mali : au Nord, c'est le far west

À Alger, on négocie depuis le 16 juillet, mais dans le Septentrion, on se bat. Entre l'armée, les milices et les rebelles touaregs, rien ne va plus... Seuls les jihadistes et les trafiquants[...]

L'analyse des boîtes noires du vol AH 5017 pourrait prendre "plusieurs semaines"

Selon Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État français aux transports, l'analyse des boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé jeudi dernier au Mali[...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Vol AH 5017 : les deux boîtes noires transférées à Paris

Les deux boîtes noires de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé au Mali ont été transférées dimanche soir de Bamako à Paris, où elles doivent être[...]

Vol AH 5017 : les enquêteurs au travail

Les experts enquêtant sur le crash d'un avion d'Air Algérie dans le nord du Mali poursuivaient dimanche leur travail dans une zone d'accès difficile où l'appareil s'est désintégré[...]

Vol AH 5017 : rien que des débris sur la scène du crash

Une vision à peine soutenable sur la scène du crash de l'avion d'Air Algérie au Mali : "des petits morceaux, pas grand-chose pour reconnaître un avion", lance un Burkinabè,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers