Extension Factory Builder

C'est Marie Curie qu'on piétine

16/08/2013 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Al-Jazira, l'autre jour, vers midi. La caméra est braquée sur une certaine Iqbâl. C'est une paysanne du Gharb marocain, du côté de Kenitra. Elle ne sait ni lire ni écrire, elle n'a jamais quitté son douar, se contentant de faire une ribambelle d'enfants et de les élever. Elle a la cinquantaine. Et elle prononce d'une voix douce ces mots extraordinaires :

" Que voulez-vous que je fasse ? Je lève les yeux au ciel : Dieu me paraît lointain. Je baisse la tête vers le sol : la terre est là, qui me soutient. " Il y a dans ces quelques mots une fine poésie et une philosophie profonde. Et dans les deux cas, elles sont naturelles. En quelques mots, cette paysanne analphabète a tout dit de sa condition, peut-être même de la condition humaine.

En effet, un cuistre de rencontre pourrait faire remarquer que le " Dieu lointain " d'Iqbâl, ce n'est pas autre chose que le premier moteur d'Aristote, qui donne une chiquenaude au cosmos pour le mettre en branle et ne s'en occupe plus. Un second cuistre approuverait : " Oui, oui, et on trouve aussi cela dans la philosophie médiévale musulmane : Dieu ne connaît que les universaux, il est inaccessible aux particuliers (comme Iqbâl). Voyez Avicenne et Farabi, par exemple. Voyez Averroès. "

Un érudit français passe par là. " Ne dit-elle pas, votre paysanne, quelque chose comme : il faut cultiver notre jardin ? C'est la conclusion de Candide. " Un fâcheux grommellerait : " Ouais... Mais ça ressemble aussi à la phrase de Pétain : la terre, elle, ne ment pas. " Un Allemand apparaît : " Tout cela est dans Kant : la religion dans les limites de la simple raison. "

Laissons ces doctes querelleurs à leurs élucubrations. Mais notons qu'ils ont quand même raison : les deux phrases naïves de la paysanne ouvrent des perspectives intéressantes. Comment les arpenter, ces chemins ainsi esquissés ? Par l'éducation. Et c'est là que le bât blesse. Combien de petites filles vont à l'école, dans nos beaux pays ? Et combien peuvent-elles rester dans le système éducatif au lieu d'en être retirées à la puberté pour être préparées au mariage et à la production de bébés ? Et il ne s'agit pas d'errements du passé. Les absurdes talibans, pour qui une femme ne doit savoir ni lire ni écrire, ont le vent en poupe au Pakistan et en Afghanistan. Le Printemps arabe a mis au pouvoir, un peu partout, des rétrogrades hirsutes pour qui la femme n'est qu'un utérus. Pourquoi n'y a-t-il qu'une seule femme ministre au Maroc ?

Iqbâl aurait pu pousser jusqu'à l'université et nous enrichir de son talent, qui apparaît en deux phrases spontanées. Des millions d'autres Iqbâl auraient pu aller au bout de leurs capacités. Cesbron disait : c'est Mozart qu'on assassine. Chez nous, c'est Marie Curie qu'on piétine, Berthe Morizot à qui on lie les mains, Jane Austen qu'on prive de plume et de papier...

>> Lire aussi : De l'inégalité des sexes

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Athéisme sans frontières

POST-Sriptum Article précédent :
Le temps des fossoyeurs

Réagir à cet article

Maroc

Israël : Shimon Peres annule sa visite au Maroc

Israël : Shimon Peres annule sa visite au Maroc

L'ancien président israélien, Simon Peres, était attendu à Marrakech dans le cadre du forum Clinton Global Initiative du 5 au 8 mai. Son invitation a finalement été annulée en r&eac[...]

Maroc : Curzio Malaparte, tout oser... ou presque

Ayant pour seuls armes une feuille de papier et un crayon, ils croquent, à pleines dents, les thèmes les plus tabous de la société : religion, sexe, chefs d'Etat, tout y passe ! Portraits choisis de[...]

Jean-Pierre Bat : "Houphouët-Boigny était la tête de pont du système" de la Françafrique

Les archives de Jacques Foccart, le premier "Monsieur Afrique" de la Ve République livrent leurs secrets. Entretien avec le chercheur qui a la charge de ce fonds d'une richesse exceptionnelle.[...]

Ciments du Maroc consolide ses positions

Dans un marché local toujours en berne, la filiale d'Italcementi se bat pour rester numéro deux. Et permettre au groupe italien de poser ses premiers jalons au sud du Sahara.[...]

Nabil Dirar (AS Monaco) : "Je ne regrette pas d'avoir choisi le Maroc"

À 29 ans, le milieu de terrain marocain est l'un des cadres de l’AS Monaco, plus que jamais en lice pour disputer la prochaine Ligue des champions après sa victoire à Lens (3-0) dimanche. Nabil Dirar[...]

Maroc : la polémique darija divise le royaume

Faut-il ou non introduire l'arabe dialectal dans les cursus scolaires ? La question divise le royaume. Éléments de réponse.[...]

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Fin mars, les provinces du Sud étaient au centre d'un nouveau forum de l'investissement à Laayoune. À la clé, soixante projets et 6 milliards de dirhams pour une région[...]

Maroc - Laurent Sablé : "Fini les procès, place au sport !"

Au terme d'une procédure internationale d'arbitrage, la suspension des Lions de l'Atlas des CAN 2017 et 2019 a été annulée. Entretien avec l'un des avocats de la partie marocaine.[...]

Finance : le marocain OCP lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

Pour sa deuxième incursion sur les marchés internationaux en à peine un an, le géant marocain des phosphates OCP a émis un eurobond d'un milliard de dollars. L'emprunt, d'une maturité de[...]

Maroc : l'avant-projet de réforme du code pénal est-il rétrograde ?

La réforme du code pénal marocain devait permettre des avancées démocratiques. C'est raté : son avant-projet est contesté par la société civile, qui le trouve[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces