Extension Factory Builder

C'est Marie Curie qu'on piétine

16/08/2013 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Al-Jazira, l'autre jour, vers midi. La caméra est braquée sur une certaine Iqbâl. C'est une paysanne du Gharb marocain, du côté de Kenitra. Elle ne sait ni lire ni écrire, elle n'a jamais quitté son douar, se contentant de faire une ribambelle d'enfants et de les élever. Elle a la cinquantaine. Et elle prononce d'une voix douce ces mots extraordinaires :

" Que voulez-vous que je fasse ? Je lève les yeux au ciel : Dieu me paraît lointain. Je baisse la tête vers le sol : la terre est là, qui me soutient. " Il y a dans ces quelques mots une fine poésie et une philosophie profonde. Et dans les deux cas, elles sont naturelles. En quelques mots, cette paysanne analphabète a tout dit de sa condition, peut-être même de la condition humaine.

En effet, un cuistre de rencontre pourrait faire remarquer que le " Dieu lointain " d'Iqbâl, ce n'est pas autre chose que le premier moteur d'Aristote, qui donne une chiquenaude au cosmos pour le mettre en branle et ne s'en occupe plus. Un second cuistre approuverait : " Oui, oui, et on trouve aussi cela dans la philosophie médiévale musulmane : Dieu ne connaît que les universaux, il est inaccessible aux particuliers (comme Iqbâl). Voyez Avicenne et Farabi, par exemple. Voyez Averroès. "

Un érudit français passe par là. " Ne dit-elle pas, votre paysanne, quelque chose comme : il faut cultiver notre jardin ? C'est la conclusion de Candide. " Un fâcheux grommellerait : " Ouais... Mais ça ressemble aussi à la phrase de Pétain : la terre, elle, ne ment pas. " Un Allemand apparaît : " Tout cela est dans Kant : la religion dans les limites de la simple raison. "

Laissons ces doctes querelleurs à leurs élucubrations. Mais notons qu'ils ont quand même raison : les deux phrases naïves de la paysanne ouvrent des perspectives intéressantes. Comment les arpenter, ces chemins ainsi esquissés ? Par l'éducation. Et c'est là que le bât blesse. Combien de petites filles vont à l'école, dans nos beaux pays ? Et combien peuvent-elles rester dans le système éducatif au lieu d'en être retirées à la puberté pour être préparées au mariage et à la production de bébés ? Et il ne s'agit pas d'errements du passé. Les absurdes talibans, pour qui une femme ne doit savoir ni lire ni écrire, ont le vent en poupe au Pakistan et en Afghanistan. Le Printemps arabe a mis au pouvoir, un peu partout, des rétrogrades hirsutes pour qui la femme n'est qu'un utérus. Pourquoi n'y a-t-il qu'une seule femme ministre au Maroc ?

Iqbâl aurait pu pousser jusqu'à l'université et nous enrichir de son talent, qui apparaît en deux phrases spontanées. Des millions d'autres Iqbâl auraient pu aller au bout de leurs capacités. Cesbron disait : c'est Mozart qu'on assassine. Chez nous, c'est Marie Curie qu'on piétine, Berthe Morizot à qui on lie les mains, Jane Austen qu'on prive de plume et de papier...

>> Lire aussi : De l'inégalité des sexes

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Athéisme sans frontières

POST-Sriptum Article précédent :
Le temps des fossoyeurs

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et q[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Maroc : Khadija Arouhal, 35 ans, poète

En 1994, alors qu'elle était encore collégienne, elle écrit un poème en tifinagh - l'alphabet amazigh, qu'elle a appris toute seule - et l'épingle sur le panneau d'affichage de son[...]

Maroc : Kamal Hachkar, 37 ans, l'héritage judéo-berbère

Lorsque son film documentaire sur les Juifs de Tinghir (un village du Sud-Est) est sorti, Kamal Hachkar ne s'attendait pas à ce qu'il suscite l'ire des islamistes. Fils d'émigrés, il ne mesurait pas[...]

Maroc : Chakib El Khyari, 35 ans, militant des droits de l'homme

Connu pour son esprit rebelle, ce Rifain né à El Hoceima a, malgré son jeune âge, un passé de militant bien rempli. En 2009, il a été emprisonné pour ses[...]

France - Afrique : acheteeez... armes !

Qui sont les meilleurs clients de l'industrie militaire française ? Sur le continent, le Maroc, engagé dans une course avec l'Algérie, se montre particulièrement dépensier.[...]

Najat Vallaud-Belkacem : bulldozer de charme

Depuis son arrivée au ministère de l'Éducation nationale, cette icône de la gauche d'origine marocaine suscite la haine de l'extrême droite. Mais Najat Vallaud-Belkacem n'en a cure : elle[...]

Algérie - Maroc : le grand gâchis

Pour les cinq pays du Maghreb, le manque à gagner lié à l'absence d'intégration régionale est estimé à 7,5 milliards d'euros par an.[...]

Sciences humaines : explorer le Maghreb dans les pas de Driss Mansouri

Regroupant des articles de spécialistes reconnus, un ouvrage rend hommage au chercheur marocain Driss Mansouri.[...]

Afrique - France : Richard Attias, de Libreville à Marbella

Le publicitaire et homme d'affaires franco-marocain Richard Attias cultive ses réseaux au Congo comme au Gabon. On l'a vu ces dernières semaines non seulement à Libreville et à Marbella, lieu de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex