Extension Factory Builder
07/08/2013 à 11:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Après « le mariage pour tous », pourquoi pas « l´athéisme pour tous » ? C´est ce que suggérerait l´intitulé de la dernière-née des associations des musulmans de l´Hexagone. Pardon, des « ex-musulmans », puisque ce collectif se fait appeler Ex-Musulmans athées de France. De mon point de vue, une telle initiative a le mérite d´exister pour plusieurs raisons. Elle dénonce le fait que l´athéisme soit considéré en terre d´islam comme un crime et que la liberté de conscience y reste bannie. Elle remet en question le postulat selon lequel toute personne née d´un père musulman est musulmane d´office et ne peut s´affranchir de cette foi ni se convertir à une autre religion. Elle dépasse la peur de parler en dehors de la religion et de réfléchir contre elle.

Toutefois, l´association a tort sur plusieurs points. Son intitulé, d´abord. Pourquoi « ex-musulmans » ? On peut rompre avec la foi islamique sans cesser d´être musulman par l´histoire et la culture. Confondre croyance et identité culturelle, réduire les musulmans à leur religion, c´est faire le jeu des islamistes. Et pourquoi « athées de France », alors que l´athéisme est un droit en République et une philosophie admise et reconnue ? Il aurait été plus cohérent de préciser que le combat est à mener dans les pays musulmans en particulier. En formulant officiellement une revendication qui a trait au rapport intime à la foi, le collectif fait passer la religion du domaine du privé à l´espace de la cité. Et, là encore, il risque d´abonder dans le sens des religieux. Enfin, proclamer ostensiblement la sortie de l´islam peut laisser entendre qu´il s´agit non seulement de rompre avec cette religion, mais aussi d´en faire un ennemi et de flirter avec l´islamophobie.

Voilà mon sentiment personnel. Pour ce qui est des réactions qui ont accueilli l´association dans les médias et sur le Net, elles ont été nombreuses et contrastées, on s´en doute. Il y a eu les félicitations des amoureux de la liberté de penser. Les bravos saluant le courage des premiers musulmans de l´Histoire à se fâcher avec Allah sans avoir un verre dans le nez, ni la raison qui chavire. Les craintes des sympathisants pour la vie de ces héros rebelles : « Est-ce que leurs parents sont au courant ? », comme si ces derniers s´apprêtaient à se faire hara-kiri ou à afficher leur homosexualité (sic). À l´opposé, les critiques ont vu en ces militants des apostats, bien sûr, des mécréants, des frustrés, des fanatiques, des agents d´Israël, des suppôts de l´Occident... La théorie du complot, quoi ! Les sceptiques, quant à eux, ont dit déceler dans cette entreprise un mélange de courage et de désinvolture, d´honnêteté et de provocation, d´esprit de liberté et de tentation du pugilat. Enfin, il y a les ex-frères de ces athées, adeptes d´un islam tolérant qui, au lieu de leur jeter la pierre, ont choisi de prier pour qu´Allah remette ces brebis égarées dans le droit chemin et fasse qu´ils réintègrent un jour le giron de la communauté au sein d´une Association des ex-athées musulmans.

>> Lire aussi : Tunisie, mauvaise foi

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Le retard, c'est dans nos têtes

POST-Sriptum Article précédent :
C'est Marie Curie qu'on piétine

Réagir à cet article

International

Un Michel peut en cacher un autre

Un Michel peut en cacher un autre

Le nouveau Premier ministre se prénomme Charles et n'a que 38 ans. Mais il a de qui tenir. Louis, son père, est un vieux briscard de la politique locale. Et de la "Belgafrique".[...]

Terrorisme : le Maroc demande à la France de retirer son appel à la vigilance

Pour le ministre marocain de l'Intérieur, Mohamed Hassad, la présence du Maroc dans une liste de 40 pays dans lesquels la France appelle ses ressortissants à une vigilance renforcée "est[...]

Allemagne, la crise d'asthme

Les mauvaises nouvelles se succèdent, l'économie s'essouffle et le spectre de la récession menace. Mais Angela Merkel refuse d'infléchir sa politique. Louable opiniâtreté ou[...]

Algérie : nouveau blocage dans l'enquête sur la mort des moines de Tibhirine ?

Les magistrats français qui se sont rendus en Algérie la semaine dernière n'ont pas pu emporter les prélèvements effectués sur les restes des crânes des sept moines[...]

Migration : quand les Africains ne défendent pas les Africains

En pleine polémique européenne sur l’immigration, Daxe Dabré n’a pas honte de publier le livre "Je suis noir : j'ai honte...". Aiguillon salutaire dans le débat ou ramassis de[...]

Ebola business, commerce macabre autour d'une épidémie

Des boucles d'oreille aux peluches en forme de virus, les produits dérivés à l'effigie d'Ebola se multiplient sur la Toile. Alors que l'épidémie fait rage, avec un bilan de 10 000 cas en Afrique[...]

Canada : un militaire et un assaillant tués après une fusillade au Parlement d'Ottawa

Un tireur, décrit comme un "terroriste" par le Premier ministre canadien, a tué mercredi un soldat à Ottawa et semé la panique au Parlement avant d'être abattu par la police.[...]

L'OIF aux Africains !

Moins de six semaines nous séparent de l'élection du nouveau secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Les 57 chefs d'État ou de gouvernement[...]

Un tandem remplace Christophe de Margerie à la tête de Total

 Pour prendre la succesion de Christophe de Margerie, décédé le 20 octobre dans un accident d'avion, le groupe français Total a confié le poste de président du Conseil[...]

Ebola : "Je suis un Libérien, pas un virus", la campagne qui veut vaincre la stigmatisation

#IamALiberianNotAVirus (comprenez : "Je suis un Libérien, pas un virus"). C'est la nouvelle campagne qui anime les réseaux sociaux américains pour lutter contre la stigmatisation des personnes[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers