Extension Factory Builder
07/08/2013 à 11:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Après « le mariage pour tous », pourquoi pas « l´athéisme pour tous » ? C´est ce que suggérerait l´intitulé de la dernière-née des associations des musulmans de l´Hexagone. Pardon, des « ex-musulmans », puisque ce collectif se fait appeler Ex-Musulmans athées de France. De mon point de vue, une telle initiative a le mérite d´exister pour plusieurs raisons. Elle dénonce le fait que l´athéisme soit considéré en terre d´islam comme un crime et que la liberté de conscience y reste bannie. Elle remet en question le postulat selon lequel toute personne née d´un père musulman est musulmane d´office et ne peut s´affranchir de cette foi ni se convertir à une autre religion. Elle dépasse la peur de parler en dehors de la religion et de réfléchir contre elle.

Toutefois, l´association a tort sur plusieurs points. Son intitulé, d´abord. Pourquoi « ex-musulmans » ? On peut rompre avec la foi islamique sans cesser d´être musulman par l´histoire et la culture. Confondre croyance et identité culturelle, réduire les musulmans à leur religion, c´est faire le jeu des islamistes. Et pourquoi « athées de France », alors que l´athéisme est un droit en République et une philosophie admise et reconnue ? Il aurait été plus cohérent de préciser que le combat est à mener dans les pays musulmans en particulier. En formulant officiellement une revendication qui a trait au rapport intime à la foi, le collectif fait passer la religion du domaine du privé à l´espace de la cité. Et, là encore, il risque d´abonder dans le sens des religieux. Enfin, proclamer ostensiblement la sortie de l´islam peut laisser entendre qu´il s´agit non seulement de rompre avec cette religion, mais aussi d´en faire un ennemi et de flirter avec l´islamophobie.

Voilà mon sentiment personnel. Pour ce qui est des réactions qui ont accueilli l´association dans les médias et sur le Net, elles ont été nombreuses et contrastées, on s´en doute. Il y a eu les félicitations des amoureux de la liberté de penser. Les bravos saluant le courage des premiers musulmans de l´Histoire à se fâcher avec Allah sans avoir un verre dans le nez, ni la raison qui chavire. Les craintes des sympathisants pour la vie de ces héros rebelles : « Est-ce que leurs parents sont au courant ? », comme si ces derniers s´apprêtaient à se faire hara-kiri ou à afficher leur homosexualité (sic). À l´opposé, les critiques ont vu en ces militants des apostats, bien sûr, des mécréants, des frustrés, des fanatiques, des agents d´Israël, des suppôts de l´Occident... La théorie du complot, quoi ! Les sceptiques, quant à eux, ont dit déceler dans cette entreprise un mélange de courage et de désinvolture, d´honnêteté et de provocation, d´esprit de liberté et de tentation du pugilat. Enfin, il y a les ex-frères de ces athées, adeptes d´un islam tolérant qui, au lieu de leur jeter la pierre, ont choisi de prier pour qu´Allah remette ces brebis égarées dans le droit chemin et fasse qu´ils réintègrent un jour le giron de la communauté au sein d´une Association des ex-athées musulmans.

>> Lire aussi : Tunisie, mauvaise foi

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Le retard, c'est dans nos têtes

POST-Sriptum Article précédent :
C'est Marie Curie qu'on piétine

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers