Extension Factory Builder
07/08/2013 à 11:57
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Après « le mariage pour tous », pourquoi pas « l´athéisme pour tous » ? C´est ce que suggérerait l´intitulé de la dernière-née des associations des musulmans de l´Hexagone. Pardon, des « ex-musulmans », puisque ce collectif se fait appeler Ex-Musulmans athées de France. De mon point de vue, une telle initiative a le mérite d´exister pour plusieurs raisons. Elle dénonce le fait que l´athéisme soit considéré en terre d´islam comme un crime et que la liberté de conscience y reste bannie. Elle remet en question le postulat selon lequel toute personne née d´un père musulman est musulmane d´office et ne peut s´affranchir de cette foi ni se convertir à une autre religion. Elle dépasse la peur de parler en dehors de la religion et de réfléchir contre elle.

Toutefois, l´association a tort sur plusieurs points. Son intitulé, d´abord. Pourquoi « ex-musulmans » ? On peut rompre avec la foi islamique sans cesser d´être musulman par l´histoire et la culture. Confondre croyance et identité culturelle, réduire les musulmans à leur religion, c´est faire le jeu des islamistes. Et pourquoi « athées de France », alors que l´athéisme est un droit en République et une philosophie admise et reconnue ? Il aurait été plus cohérent de préciser que le combat est à mener dans les pays musulmans en particulier. En formulant officiellement une revendication qui a trait au rapport intime à la foi, le collectif fait passer la religion du domaine du privé à l´espace de la cité. Et, là encore, il risque d´abonder dans le sens des religieux. Enfin, proclamer ostensiblement la sortie de l´islam peut laisser entendre qu´il s´agit non seulement de rompre avec cette religion, mais aussi d´en faire un ennemi et de flirter avec l´islamophobie.

Voilà mon sentiment personnel. Pour ce qui est des réactions qui ont accueilli l´association dans les médias et sur le Net, elles ont été nombreuses et contrastées, on s´en doute. Il y a eu les félicitations des amoureux de la liberté de penser. Les bravos saluant le courage des premiers musulmans de l´Histoire à se fâcher avec Allah sans avoir un verre dans le nez, ni la raison qui chavire. Les craintes des sympathisants pour la vie de ces héros rebelles : « Est-ce que leurs parents sont au courant ? », comme si ces derniers s´apprêtaient à se faire hara-kiri ou à afficher leur homosexualité (sic). À l´opposé, les critiques ont vu en ces militants des apostats, bien sûr, des mécréants, des frustrés, des fanatiques, des agents d´Israël, des suppôts de l´Occident... La théorie du complot, quoi ! Les sceptiques, quant à eux, ont dit déceler dans cette entreprise un mélange de courage et de désinvolture, d´honnêteté et de provocation, d´esprit de liberté et de tentation du pugilat. Enfin, il y a les ex-frères de ces athées, adeptes d´un islam tolérant qui, au lieu de leur jeter la pierre, ont choisi de prier pour qu´Allah remette ces brebis égarées dans le droit chemin et fasse qu´ils réintègrent un jour le giron de la communauté au sein d´une Association des ex-athées musulmans.

>> Lire aussi : Tunisie, mauvaise foi

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Le retard, c'est dans nos têtes

POST-Sriptum Article précédent :
C'est Marie Curie qu'on piétine

Réagir à cet article

International

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

Le Maroc et la France rétablissent leur coopération judiciaire et antiterroriste

La France et le Maroc ont décidé samedi de "tourner la page" de près d'un an de brouille diplomatique, en rétablissant leur coopération judiciaire et anti-jihadiste, un réchauffe[...]

France-Maroc : Rabat appelle à tourner la page de la crise diplomatique

Le ministre marocain des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a appelé samedi à tourner la page de la crise diplomatique entre son pays et la France, confirmant un plein rétablissement de[...]

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers