Extension Factory Builder

Luc Mbah a Moute, un basketteur camerounais chez les Kings

07/08/2013 à 16:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
À 26 ans, Luc Mbah a Moute touche plus de 4 millions de dollars par an. À 26 ans, Luc Mbah a Moute touche plus de 4 millions de dollars par an. © Vincent Fournier pour J.A.

Luc Richard Mbah a Moute, installé aux États-Unis depuis dix ans, est la nouvelle recrue des Kings de Sacramento. Portrait de l´un des rares basketteurs africains de la NBA.

Après avoir servi cinq ans au poste d´ailier chez les Bucks de Milwaukee, Luc Richard Mbah a Moute prend la route de l´Ouest pour rejoindre l´équipe de basket de Sacramento, en Californie. Le Camerounais (2,03 m, 104 kg) a été opéré en mai 2012 pour des douleurs au tendon rotulien qui l´ont contraint, la saison dernière, à ne jouer que 43 matchs, dont 22 inachevés. Mais il se sent d´attaque. La voix, émue et saccadée, trahit l´humilité de ce basketteur professionnel de 26 ans, l´un des rares Africains à évoluer en NBA, la ligue la plus courue au monde. Avec des contrats aux sommes rondelettes (17 millions de dollars -  près de 13 millions d´euros - sur quatre ans chez les Kings), il pourrait prétendre à la notoriété d´un Samuel Eto´o. Mais il préfère mesurer le chemin qu´il lui reste encore à parcourir, affirmant avoir commencé sa carrière sans objectif précis. « Je comptais surtout travailler dur, me donner à fond et voir venir », nous a-t-il confié lors d´une visite à Jeune Afrique. Pour l´instant, la stratégie a porté ses fruits et il compte profiter de son transfert, annoncé au début de juillet, pour ­améliorer ses qualités offensives tout en restant le leader défensif qu´il a toujours été.

Se considérant béni des dieux, Luc Richard Mbah a Moute n´oublie pas d´où il vient. Comme nombre de jeunes Africains, il a d´abord commencé par jouer au football, « son » sport, jusqu´à 13 ans. Il s´est ensuite essayé au volley-ball et au tennis avant de venir au basket-ball, guidé par son mentor, frère jumeau, premier supporteur et conseiller, Emmanuel Bidias a Moute, lui aussi basketteur de haut niveau installé aux États-Unis. Luc se pique au jeu au bout d´une année et intègre l´Onyx de Yaoundé, un club de la capitale camerounaise. Son père, ex-footballeur du Canon de Yaoundé, contribue à encourager cette vocation en rapportant régulièrement à la maison des magazines spécialisés. Le natif de Bia Messe (proche de Yaoundé) se rêve alors en Michael Jordan, « [son] idole absolue en dépit de la présence, en NBA, de prodiges comme LeBron James, Kevin Garnett ou Kobe Bryant, [qu´il] respecte mais place un cran en dessous ».

Pour leur ressembler, il ne compte pas les heures d´entraînement. En 2003, à 17 ans, il participe à la première édition du Basketball without Borders, alors dénommé Africa 100, qui réunit en Afrique du Sud les 100 meilleurs joueurs continentaux. Remarqué, il obtient une bourse sport-études et rejoint la Montverde Academy, en Floride. Une première année d´adaptation concluante qui s´achève avec l´arrivée de chasseurs de têtes des grandes équipes du championnat universitaire. Les propositions se succèdent. Lui hésite, mais finit par choisir l´UCLA (University of California, Los Angeles), en 2005. Bonne pioche : son équipe atteint trois fois les demi-finales, le NCAA Basketball Final Four... Il se souvient encore d´une défaite contre l´équipe de Joakim Noah, que leurs origines communes ont rapproché. Il est sacré révélation du championnat en 2006.

Pour se motiver, il pense aux Africains qui l´ont précédé, comme son compatriote Ruben Boumtje-Boumtje, pivot à Portland, Cleveland puis Orlando. Mbah a Moute croit devoir à ses camarades d´université d´appartenir au cercle très fermé des 450 meilleurs basketteurs du monde. Ils l´ont certes bizuté - durant sa période rookie, il faisait leurs courses, portait leurs sacs... -, mais ils lui ont donné de précieux conseils pour s´améliorer. Aujourd´hui, il se sent redevable et tente d´aider d´autres jeunes à émerger. Depuis trois ans, il organise chaque été au Cameroun le Mbah a Moute Basketball Camp, qui prépare 50 jeunes joueurs aux sélections du NBA´s Basketball ­without Borders. Il n´est pas peu fier de rappeler que six des dix Camerounais sélectionnés dans le cadre de ce programme sont passés par son centre d´entraînement. « Peu importe qu´ils deviennent plus tard de grands professionnels. L´essentiel, c´est qu´ils se servent du basket pour suivre de bonnes études. » Lui-même a su faire les sacrifices qui s´imposent : ses proches le disent bon vivant, mais ses quatre matchs hebdomadaires et ses entraînements ne laissent en réalité que peu de place aux loisirs. À ceux qui lui reprochent de « vider » le Cameroun de ses talents, Mbah a Moute, qui joue toujours dans l´équipe nationale et reconnaît avoir fréquemment le mal du pays, oppose son « devoir civique », regrettant que les infrastructures et les moyens alloués ne soient pas à la hauteur du potentiel des joueurs. « Le plus important, c´est de pouvoir changer la vie des gens autour de soi », préfère-t-il penser.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
makaveli - 11/08/2013 à 12h:08

un grand BRAVO!!!!![...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

International

Chine : la 'chasse aux renards' est ouverte

Chine : la "chasse aux renards" est ouverte

Les autorités ont entrepris de pourchasser jusqu'en Europe ou en Afrique les responsables politiques et économiques convaincus de corruption. Une traque difficile ? Oui, mais extrêmement fructueuse.[...]

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers