Extension Factory Builder

Le crépuscule des Juifs de Tunisie

08/08/2013 à 15:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Les Juifs tunisiens ont toujours gardé des liens étroits avec leur terre natale. Des milliers de touristes, et parmi eux des « Tunisraéliens », consacraient leurs vacances estivales à retrouver la nostalgie d´une terre qu´ils n´ont jamais oubliée. Aujourd´hui, la Tunisie compte environ 1 500 Juifs dont une partie réside à Tunis et l´autre sur l´île de Djerba, cette dernière étant sans conteste le lieu où la communauté demeure le plus ancrée dans les traditions judaïques. Djerba fut aussi la seule à résister à l´assimilation française, et il y existe encore des écoles talmudiques ainsi que plusieurs synagogues. La plus célèbre d´entre elles, la Ghriba, accueille chaque année un pèlerinage qui permet aux Juifs tunisiens de la diaspora de renouer avec leur terre natale. Paradoxe difficile à comprendre d´une communauté à la fois si intensément juive et si parfaitement intégrée dans son environnement musulman.

Pourtant, la Tunisie nouvelle, sous influence islamiste, a fait naître de sérieuses craintes en ce qui concerne sa minorité juive. En effet, au lendemain de la « révolution du jasmin », des salafistes défilèrent bruyamment devant la grande synagogue de Tunis en exigeant le départ des Tunisiens de confession juive. L´an dernier, lors d´une visite officielle en Tunisie, Ismaïl Haniyeh, l´un des dirigeants du Hamas, a été accueilli à l´aéroport par des manifestants scandant « Mort aux Juifs » et autres « Il faut tuer les Juifs, c´est notre devoir »... Des propos tardivement condamnés par les autorités tunisiennes de l´époque, qui conduisirent Silvan Shalom, alors vice-Premier ministre de l´État hébreu et natif de Gabès, à « inviter » les Juifs de Tunisie à venir d´urgence s´installer en Israël.

Les dirigeants communautaires tunisiens et, parmi eux, Perez Trabelsi, qui dirige la communauté juive de Djerba, refusèrent l´appel à émigrer et insistèrent sur leur statut de citoyens tunisiens vivant en bonne intelligence avec leurs compatriotes musulmans.

Néanmoins, le même Perez Trabelsi demandera la protection de l´armée en novembre 2012, à la suite du projet d´enlèvement de Juifs issus de familles aisées dans le but d´obtenir une rançon et de créer la panique au sein de la communauté locale, composée d´une poignée de commerçants, de rabbins et de retraités viscéralement attachés à leur terre et à leurs coutumes.

>> Lire aussi : Slogans antisémites : les juifs tunisiens exhortent les autorités à réagir

En début d´année, plusieurs cimetières juifs ont été profanés. Celui du Kef a été ravagé par des fanatiques qui ont détruit des dalles et des pierres tombales. Les stèles de grands sages et de rabbins ont été renversées et brisées. À la même période, des salafistes ont vandalisé le cimetière juif de Sousse. Au-delà des violations de sépultures et des dégradations matérielles de tombes, les policiers finiront par trouver des ossements humains jetés dans la rue !

Le silence du gouvernement face à ces actes ignobles et à certains discours judéophobes participe à l´enracinement du fléau de la haine dans la société tunisienne. Dans les mosquées et lors des prêches du vendredi, les Juifs sont décrits comme des « traîtres », accusés de « haïr la religion islamique ». Raison pour laquelle ils subissent insultes, violences, attaques de synagogues et profanations de leurs cimetières.

Enfin, que peut espérer un Tunisien de confession juive qui a consacré l´essentiel de sa vie à la promotion touristique de son pays ? René Trabelsi, fils du dirigeant de la communauté juive de Djerba, oeuvre depuis une vingtaine d´années à la promotion de la Tunisie et de son île en particulier. Unanimement reconnu par ses pairs, son dévouement sera maintes fois récompensé par les autorités tunisiennes. Pressenti pour devenir ministre du Tourisme avec l´assentiment de la quasi-totalité de la classe politique, il fera l´objet d´un veto sans appel de la part des dirigeants islamistes. Ces derniers estimant qu´un Juif n´a pas vocation à devenir ministre dans un pays d´essence musulmane...

La population juive de Tunisie se réduit comme peau de chagrin. Une partie de ceux qui constituèrent autrefois une imposante communauté s´est dirigée vers Israël, les autres immigrant essentiellement en France. Partagés entre ces deux pays où ils se sont donné une nouvelle vie, ils restent liés à la Tunisie par deux mille ans d´histoire commune.

>> Lire aussi : Y a-t-il encore des Juifs au Maghreb ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Maroc : à la conquête du Sud

Forum-Tribunes Article précédent :
L'autre moitié du Congo

Réagir à cet article

Tunisie

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un scrut[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers