Extension Factory Builder

Ahmed El Haij, la philo et le marteau

06/08/2013 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Professeur dans un lycée, l'ex-militant communiste a passé six ans en prison sous Hassan II. Professeur dans un lycée, l'ex-militant communiste a passé six ans en prison sous Hassan II. © Hassan Ouazzani pour J.A.

À 57 ans, Ahmed El Haij prend la tête de l'Association marocaine des droits humains. Ne pas se fier à son air placide : l'ancien syndicaliste pourrait surprendre.

« Je ne suis qu'un membre de l'association parmi d'autres. » C'est ainsi qu'Ahmed El Haij tient à se présenter, gêné à l'idée même d'évoquer sa vie et son parcours. Ce professeur de philosophie a été élu, le 11 mai, président de l'Association marocaine des droits humains (AMDH) pour un mandat de trois ans. Il succède à Khadija Ryadi, qui dirigeait l'organisation depuis 2007. « Il a tendance à jouer les conciliateurs et gère bien les conflits internes, dit-elle. Très calme, il se maîtrise parfaitement. » L'ancien syndicaliste n'en est pas moins monté au créneau à maintes reprises. Depuis l'adolescence, il a le militantisme chevillé au corps.

À 57 ans, Ahmed El Haij fait partie de la vieille génération, celle des années de plomb sous le règne de Hassan II. Fils d'un « indigène » ayant combattu pour la France libre lors de la Seconde Guerre mondiale, il est issu d'une famille nombreuse et modeste de Khémisset (70 km à l'est de Rabat). Au lycée, il fréquente les mouvements syndicalistes clandestins. Après son bac, le jeune homme, passionné de littérature, s'inscrit à la faculté de lettres de Rabat. Il y poursuit son engagement politique et syndical, adhérant pendant quatre ans à l'Union nationale des étudiants du Maroc (Unem). Il devient membre de l'AMDH dès sa création, en 1979. C'est aussi l'époque d'une intense effervescence culturelle. Haij pratique alors le théâtre très régulièrement, jouant notamment dans une association dirigée par le célèbre dramaturge Abdelkrim Berrechid. Une fois son diplôme obtenu, il est nommé professeur de philosophie dans un lycée d'Oued Zem, ville minière du centre du royaume.

En novembre 1985, sa vie bascule. Il est arrêté par les forces de l'ordre pour appartenance à Ila Al Amame (« en avant »), mouvement politique d'inspiration marxiste-léniniste réprimé sous Hassan II. « J'ai passé six ans en prison avec une bonne partie de mes camarades ; nous avons connu des moments très durs, mais nous avons continué à lutter, notamment en faisant plusieurs grèves de la faim pour améliorer nos conditions de détention », se souvient-il.

Déterminé

Le professeur et ses compagnons bénéficient d'une grâce générale en août 1991. Loin d'abandonner son combat politique, Ahmed El Haij sort plus déterminé que jamais de son expérience carcérale. De retour à Khémisset, où il enseigne dans son ancien lycée, il reprend ses activités au sein de l'AMDH et de l'Union marocaine du travail (UMT). Marié et père d'une fille de 2 ans, ce féru de philosophie dit ne pas avoir de maître à penser. « En ce moment, je m'intéresse beaucoup aux Allemands de l'école de Francfort, mais j'apprécie aussi les auteurs français comme Derrida, Foucault ou Deleuze », précise-t-il, tout en avouant, aussi, un penchant pour le poète palestinien Mahmoud Darwich.

Très impliqué dans la défense des droits culturels et sociaux, le nouveau président de l'AMDH a notamment été l'un des artisans de la reconnaissance officielle de la langue amazigh dans la nouvelle Constitution. Protection des libertés, combat contre la montée de la répression policière depuis février 2011, mais aussi contre l'illettrisme, le coût de la vie et la progression de la pauvreté : Ahmed El Haij veut renforcer l'action de l'AMDH. Il sait qu'il a fort à faire mais qu'il pourra aussi s'appuyer sur un bureau central rajeuni et féminisé. Un choix « crucial et stratégique pour l'avenir de l'association », selon son nouveau président.

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

À Paris, deux expositions réconcilient la France et le Maroc

Deux grandes expositions sont programmées au Louvre et à l'Institut du monde arabe sur le Maroc à partir de la mi-octobre. Rabat et Paris se reconnectent loin de la brouille diplomatique.[...]

Maroc : le rappeur Mouad Belghawat, alias "Lhaqed", est sorti de prison

Le rappeur marocain Mouad Belghawat est libre. Lhaqued, de son surnom, est sorti de prison jeudi après avoir purgé une peine de quatre mois pour atteinte à agents des forces de l'ordre.[...]

Maroc : nouveaux appels a l'abandon des poursuites contre le journaliste Ali Anouzla

À l'occasion du premier anniversaire de l'interpellation d'Ali Anouzla, journaliste marocain poursuivi pour aide au terrorisme, son comité de soutien et 12 ONG tunisiennes ont de nouveau réclamé[...]

Maroc : la relève de l'Amazigh Power

Artistes, écrivains ou acteurs associatifs, ils incarnent une nouvelle génération de militants qui se battent pour que la composante berbère de l'identité nationale se traduise dans tous[...]

Maroc : Bouhcine Foulane, 34 ans, la musique amazigh

Ils veulent faire revivre la musique amazigh sous un aspect moderne. Ribab Fusion - le ribab est une sorte de violon à corde unique typiquement amazigh -, ce sont six musiciens âgés de 26 à[...]

Maroc : Brahim El Mazned, 47 ans, les festivals berbères

Derrière le manager culturel, connu sous la casquette de directeur artistique du festival Timitar d'Agadir, il y a l'ethnologue, celui qui a sillonné toute l'Afrique, allant à la rencontre des[...]

Maroc : Mounir Kejji, 42 ans, le désenclavement rural

Né à Goulmima, non loin d'Errachidia, il a été tour à tour militant universitaire, associatif et politique. Aujourd'hui, Mounir Kejji veut se consacrer au désenclavement des[...]

Maroc : Lahcen Amokrane, 36 ans, l'enseignement

Le secrétaire général de la Fédération nationale des associations d'enseignants du tamazight a du pain sur la planche. Depuis son introduction dans les établissements primaires en[...]

Maroc : Rachid El Hahi, 41 ans, l'action politique

Derrière le peintre, il y a le militant politique, celui qui, en 1991, comptait déjà parmi les signataires de la charte d'Agadir, premier document recensant les principales revendications amazighs et[...]

Maroc : Brahim Oummad, 31 ans, le développement durable

Sur le mont Alban, à 1 600 mètres d'altitude, les jeunes d'Imider ont improvisé un petit campement où ils organisent souvent des sit-in pour protester contre la politique d'exclusion[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex