Extension Factory Builder

Ahmed El Haij, la philo et le marteau

06/08/2013 à 16:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Professeur dans un lycée, l'ex-militant communiste a passé six ans en prison sous Hassan II. Professeur dans un lycée, l'ex-militant communiste a passé six ans en prison sous Hassan II. © Hassan Ouazzani pour J.A.

À 57 ans, Ahmed El Haij prend la tête de l'Association marocaine des droits humains. Ne pas se fier à son air placide : l'ancien syndicaliste pourrait surprendre.

« Je ne suis qu'un membre de l'association parmi d'autres. » C'est ainsi qu'Ahmed El Haij tient à se présenter, gêné à l'idée même d'évoquer sa vie et son parcours. Ce professeur de philosophie a été élu, le 11 mai, président de l'Association marocaine des droits humains (AMDH) pour un mandat de trois ans. Il succède à Khadija Ryadi, qui dirigeait l'organisation depuis 2007. « Il a tendance à jouer les conciliateurs et gère bien les conflits internes, dit-elle. Très calme, il se maîtrise parfaitement. » L'ancien syndicaliste n'en est pas moins monté au créneau à maintes reprises. Depuis l'adolescence, il a le militantisme chevillé au corps.

À 57 ans, Ahmed El Haij fait partie de la vieille génération, celle des années de plomb sous le règne de Hassan II. Fils d'un « indigène » ayant combattu pour la France libre lors de la Seconde Guerre mondiale, il est issu d'une famille nombreuse et modeste de Khémisset (70 km à l'est de Rabat). Au lycée, il fréquente les mouvements syndicalistes clandestins. Après son bac, le jeune homme, passionné de littérature, s'inscrit à la faculté de lettres de Rabat. Il y poursuit son engagement politique et syndical, adhérant pendant quatre ans à l'Union nationale des étudiants du Maroc (Unem). Il devient membre de l'AMDH dès sa création, en 1979. C'est aussi l'époque d'une intense effervescence culturelle. Haij pratique alors le théâtre très régulièrement, jouant notamment dans une association dirigée par le célèbre dramaturge Abdelkrim Berrechid. Une fois son diplôme obtenu, il est nommé professeur de philosophie dans un lycée d'Oued Zem, ville minière du centre du royaume.

En novembre 1985, sa vie bascule. Il est arrêté par les forces de l'ordre pour appartenance à Ila Al Amame (« en avant »), mouvement politique d'inspiration marxiste-léniniste réprimé sous Hassan II. « J'ai passé six ans en prison avec une bonne partie de mes camarades ; nous avons connu des moments très durs, mais nous avons continué à lutter, notamment en faisant plusieurs grèves de la faim pour améliorer nos conditions de détention », se souvient-il.

Déterminé

Le professeur et ses compagnons bénéficient d'une grâce générale en août 1991. Loin d'abandonner son combat politique, Ahmed El Haij sort plus déterminé que jamais de son expérience carcérale. De retour à Khémisset, où il enseigne dans son ancien lycée, il reprend ses activités au sein de l'AMDH et de l'Union marocaine du travail (UMT). Marié et père d'une fille de 2 ans, ce féru de philosophie dit ne pas avoir de maître à penser. « En ce moment, je m'intéresse beaucoup aux Allemands de l'école de Francfort, mais j'apprécie aussi les auteurs français comme Derrida, Foucault ou Deleuze », précise-t-il, tout en avouant, aussi, un penchant pour le poète palestinien Mahmoud Darwich.

Très impliqué dans la défense des droits culturels et sociaux, le nouveau président de l'AMDH a notamment été l'un des artisans de la reconnaissance officielle de la langue amazigh dans la nouvelle Constitution. Protection des libertés, combat contre la montée de la répression policière depuis février 2011, mais aussi contre l'illettrisme, le coût de la vie et la progression de la pauvreté : Ahmed El Haij veut renforcer l'action de l'AMDH. Il sait qu'il a fort à faire mais qu'il pourra aussi s'appuyer sur un bureau central rajeuni et féminisé. Un choix « crucial et stratégique pour l'avenir de l'association », selon son nouveau président.

___

Benjamin Roger

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc envoie ses F-16 en Irak contre l'État islamique

Le Maroc a confirmé à "Jeune Afrique" avoir envoyé plusieurs F-16 avec leurs pilotes lutter contre l'État islamique en Irak.[...]

Tunisie - Cinéma : la guerre de l'Étoile

Parmi les quinze longs-métrages en compétition au Festival international du film de Marrakech, plusieurs belles surprises. Comme "L'Orchestre des aveugles", de Mohamed Mouftakir.[...]

Maroc : la plus grande ferme éolienne d'Afrique entre en service

 L'exploitation commerciale du parc éolien de Tarfaya, au Maroc, a démarré. D'une capacité globale de 300 mégawatts, cette ferme éolienne peut produire environ 1 000 Gwh[...]

Marocains et Sénégalais, frères spirituels

Témoins des solides liens cultuels et commerciaux entre le royaume chérifien et le Sénégal, des milliers de Marocains vivent à Dakar. Et ils y sont bien dans leurs babouches.[...]

Les pays africains les plus "risqués" pour les entreprises

 Le cabinet de conseil Control Risks présente l'édition 2015 de sa carte annuelle des risques sécuritaires et économiques à travers le monde. Intitulée "le nouveau[...]

Burkina : Blaise Compaoré, jours tranquilles à Casablanca

C'est dans une vaste villa mise à leur disposition par un ami du couple et située non loin de Casablanca que, selon nos informations, l'ancien président burkinabè Blaise Compaoré et son[...]

Maroc : après la disparition d'Ahmed Zaïdi, naufrage ou renaissance de l'USFP ?

La disparition tragique du député marocain Ahmed Zaïdi a conforté ses camarades dans leur décision de quitter l'Union socialiste des forces populaires (USFP). [...]

Le marocain Best Financière entre au capital de l'ivoirien CDCI

Co-leader de la grande distribution en Côte d'Ivoire avec 127 magasins, CDCI accueille à son tour de table son alter-ego marocain Best Financière ainsi que le capital-investisseur Amethis. De quoi doper sa[...]

Maroc : le ministre Abdellah Baha, "boîte noire" du PJD, meurt dans un accident ferroviaire

Le ministre d'État Abdellah Baha est mort dimanche soir dans un accident ferroviaire à Bouznika. Cadre influent du PJD, il était aussi un des plus proches collaborateurs du chef du gouvernement, Abdelilah[...]

Ali Benmakhlouf, libre penseur

Enseignant en France depuis trente-cinq ans, ce natif de Fès aux origines sénégalaises incarne la figure du philosophe-citoyen.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers