Extension Factory Builder

Musique : Gasandji, femme de conscience

05/06/2013 à 12:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la Nuit sans frontières à Saint-Ouen, le 14 avril. Lors de la Nuit sans frontières à Saint-Ouen, le 14 avril. © Vincent Fournier pour J.A.

Auteure-compositrice-interprète, Gasandji livre un premier album remarqué. Née en RDC, elle mélange habilement dans ses compositions l'Afrique, où elle est née, et l'Europe, où elle vit.

Un prénom et tout un programme. Gasandji, ou « Celle qui éveille les consciences » en pende, est née en RDC, a grandi en partie au Gabon, où son père travaillait, et en France. Sa musique reflète ce parcours entre le continent qu'elle a quitté en 1992, à l'âge de 13 ans - « la fin de l'enfance », confie-t-elle -, et l'Europe, où la danse hip-hop l'a d'abord happée (elle a accompagné notamment MC Solaar et Princess Erika) avant qu'elle ne se consacre à la musique.

Son univers est africain, mais teinté sans complexe d'accents blues, jazz et pop. Ses textes en lingala (« Teléma », « Lobiko »), en français (« Le Temps », « Maman ne m'a pas dit »...) ou en anglais (« Help Me ») - « la langue s'impose en fonction des mots... » - respirent la mélancolie douce, l'espoir et l'amour (« Na Lingui Yo », « je t'aime » en lingala). Une fusion musicale en partie inspirée de trois cassettes dérobées à son père le jour de son départ pour l'Hexagone. « La situation devenait compliquée en RDC, et mon père a choisi de m'envoyer étudier au Pré-Saint-Gervais dans un internat. Je voulais emporter quelque chose de lui. Il adorait la musique. Je suis donc partie avec Otis Redding, Tabu Ley Rochereau et un album de musique country. Je n'ai écouté que ça pendant des années. »

Si le chef de famille était un mélomane averti (et un ami de Pépé Ndombe), il était surtout un ingénieur qui considérait les diplômes comme l'unique sésame de la réussite. « Je me suis engagée dans plusieurs cursus scolaires, afin de repousser au maximum le moment où j'allais lui annoncer ma décision de vivre de la musique. » La réaction a été fraîche et la brouille a duré plusieurs années, jusqu'à son retour en Afrique en 2005 et une réconciliation qui se révélera libératrice.

Bluff

Son parcours musical est déjà bien entamé grâce à sa rencontre en octobre 2001 avec Lokua Kanza. L'artiste congolais l'aide à produire sa première démo et l'invite à faire la première partie de ses concerts. Quelques années de plus sont nécessaires à la réalisation de son premier disque. Entre-temps, sa fille naît, en 2007 ; « le tournant le plus important de ma vie », assure la jeune femme, qui décide de prendre son destin en main. « Après avoir enregistré mon album, j'ai pris le train pour Londres, c'était en mars 2011. Je suis allée à la BBC et j'ai demandé une personne dont le nom figurait dans un guide pour musiciens... » Le bluff fonctionne et le retour est immédiat : un mail le jour même l'invite à se produire en live sur la radio la plus écoutée d'Angleterre. S'ensuivent une série de nouvelles premières parties, avec Amadou et Mariam ou Keziah Jones, dont elle emprunte désormais l'un des guitaristes, le Togolais Amen Viana.

Sur scène, avec ou sans sa guitare, elle retrouve la fluidité de la danseuse, susurre au public ses mots doux et laisse déborder sa sensibilité. Moment de partage avec un public qu'elle chérit et remercie chaque jour ou presque sur son blog comme si son adhésion était plus un don du ciel que le fruit de son talent. Son album, intitulé... Gasandji, a déjà reçu le prix Coup de coeur chanson française de l'Académie Charles Cros. Et le 5 juin, c'est à Paris, aux Trois Baudets, qu'elle fêtera la sortie de ce premier opus, bien parti pour faire d'elle une artiste incontournable.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

RDC : Patrice Carteron rempile avec le TP Mazembe

En fin de contrat avec le TP Mazembe, Patrice Carteron va finalement prolonger son aventure à la tête des Corbeaux. Avec comme objectif principal la reconquête de la Ligue des Champions.[...]

RDC : deux morts à Beni, les tueries se poursuivent

Depuis octobre, plus de 350 personnes ont été tuées à Beni, dans l'est de la RDC. Dans le même territoire, une nouvelle embuscade attribuée aux ADF a fait jeudi deux morts.[...]

CPI : le procès de Jean-Pierre Bemba s'ouvrira le 29 septembre

La Cour pénale internationale a annoncé vendredi que le procès du Congolais Jean-Pierre Bemba s'ouvrirait le 29 septembre.[...]

RDC : l'UDPS favorable au dialogue proposé par Kabila

L'UDPS, formation d'opposition très affaiblie, estime que le dialogue avec l'administration Kabila "doit mener à de bonnes élections".[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

RDC : pourquoi Kabila veut négocier avec l'opposition

Après avoir dépêché un émissaire - Kalev Mutond, le patron de l'Agence nationale de renseignements - auprès de ses opposants "radicaux" (Vital Kamerhe, les partisans[...]

RDC - Neeskens Kebano : "Je vis ma meilleure saison depuis que je suis professionnel"

Neeskens Kebano, qui a renoncé à la possibilité de jouer en équipe de France pour porter le maillot des Léopards, a été élu Soulier d’Ebène du championnat de[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

RDC : pourquoi l'hommage de Zoé Kabila aux "kadogo" fait polémique sur Twitter

Le député congolais Zoé Kabila, frère du président de la RDC, a tenu à rendre un hommage samedi sur Twitter aux "kadogos qui ont fait le choix de laisser leurs stylos pour les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers