Extension Factory Builder

Musique : Gasandji, femme de conscience

05/06/2013 à 12:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lors de la Nuit sans frontières à Saint-Ouen, le 14 avril. Lors de la Nuit sans frontières à Saint-Ouen, le 14 avril. © Vincent Fournier pour J.A.

Auteure-compositrice-interprète, Gasandji livre un premier album remarqué. Née en RDC, elle mélange habilement dans ses compositions l'Afrique, où elle est née, et l'Europe, où elle vit.

Un prénom et tout un programme. Gasandji, ou « Celle qui éveille les consciences » en pende, est née en RDC, a grandi en partie au Gabon, où son père travaillait, et en France. Sa musique reflète ce parcours entre le continent qu'elle a quitté en 1992, à l'âge de 13 ans - « la fin de l'enfance », confie-t-elle -, et l'Europe, où la danse hip-hop l'a d'abord happée (elle a accompagné notamment MC Solaar et Princess Erika) avant qu'elle ne se consacre à la musique.

Son univers est africain, mais teinté sans complexe d'accents blues, jazz et pop. Ses textes en lingala (« Teléma », « Lobiko »), en français (« Le Temps », « Maman ne m'a pas dit »...) ou en anglais (« Help Me ») - « la langue s'impose en fonction des mots... » - respirent la mélancolie douce, l'espoir et l'amour (« Na Lingui Yo », « je t'aime » en lingala). Une fusion musicale en partie inspirée de trois cassettes dérobées à son père le jour de son départ pour l'Hexagone. « La situation devenait compliquée en RDC, et mon père a choisi de m'envoyer étudier au Pré-Saint-Gervais dans un internat. Je voulais emporter quelque chose de lui. Il adorait la musique. Je suis donc partie avec Otis Redding, Tabu Ley Rochereau et un album de musique country. Je n'ai écouté que ça pendant des années. »

Si le chef de famille était un mélomane averti (et un ami de Pépé Ndombe), il était surtout un ingénieur qui considérait les diplômes comme l'unique sésame de la réussite. « Je me suis engagée dans plusieurs cursus scolaires, afin de repousser au maximum le moment où j'allais lui annoncer ma décision de vivre de la musique. » La réaction a été fraîche et la brouille a duré plusieurs années, jusqu'à son retour en Afrique en 2005 et une réconciliation qui se révélera libératrice.

Bluff

Son parcours musical est déjà bien entamé grâce à sa rencontre en octobre 2001 avec Lokua Kanza. L'artiste congolais l'aide à produire sa première démo et l'invite à faire la première partie de ses concerts. Quelques années de plus sont nécessaires à la réalisation de son premier disque. Entre-temps, sa fille naît, en 2007 ; « le tournant le plus important de ma vie », assure la jeune femme, qui décide de prendre son destin en main. « Après avoir enregistré mon album, j'ai pris le train pour Londres, c'était en mars 2011. Je suis allée à la BBC et j'ai demandé une personne dont le nom figurait dans un guide pour musiciens... » Le bluff fonctionne et le retour est immédiat : un mail le jour même l'invite à se produire en live sur la radio la plus écoutée d'Angleterre. S'ensuivent une série de nouvelles premières parties, avec Amadou et Mariam ou Keziah Jones, dont elle emprunte désormais l'un des guitaristes, le Togolais Amen Viana.

Sur scène, avec ou sans sa guitare, elle retrouve la fluidité de la danseuse, susurre au public ses mots doux et laisse déborder sa sensibilité. Moment de partage avec un public qu'elle chérit et remercie chaque jour ou presque sur son blog comme si son adhésion était plus un don du ciel que le fruit de son talent. Son album, intitulé... Gasandji, a déjà reçu le prix Coup de coeur chanson française de l'Académie Charles Cros. Et le 5 juin, c'est à Paris, aux Trois Baudets, qu'elle fêtera la sortie de ce premier opus, bien parti pour faire d'elle une artiste incontournable.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : le remaniement, beaucoup de bruit pour rien ?

RDC : le remaniement, beaucoup de bruit pour rien ?

Il aura fallu attendre plus d'un an le remaniement annoncé en octobre 2013. Au final, peu de surprises. Joseph Kabila s'est bien gardé de donner des indices sur ses intentions pour 2016.[...]

RDC : Katumbi, le retour

Après avoir soigné pendant deux mois à Londres les séquelles d'une tentative d'empoisonnement à l'arsenic remontant à 2011, Moïse Katumbi, le gouverneur du Katanga,[...]

Classement 2014 : Algérie, Tunisie et Sénégal au sommet des sélections africaines de foot

Après l’Égypte (2010), la Côte d’Ivoire (2011), la Zambie (2012) et le Nigeria (2013), l’Algérie, huitième de finaliste de la Coupe du monde et facilement qualifiée pour[...]

Hervé Ladsous : "En Centrafrique, il faut des autorités nouvelles issues d'élections avant août 2015"

Présent au forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique (15 et 16 décembre), Hervé Ladsous, secrétaire général adjoint aux opérations de[...]

RDC : on marche sur la tête !

Mais à qui pensait donc Joseph Kabila lorsqu'il a prononcé cette petite phrase - c'était à Dakar, le 29 novembre, lors du sommet de la Francophonie : "Nous sommes nombreux qui, si[...]

RDC : Anderlecht refuse de laisser N'Sakala jouer la CAN

Né en France mais d’origine congolaise (RDC), Fabrice N’Sakala avait effectué les démarches pour porter le maillot des Léopards. Mais Anderlecht, le club belge qui l’emploie, lui a[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Constitution & Cenco, paroles d'Évangile en RDC

Opposante historique au pouvoir, l'Église catholique reprend du service en RDC. Par deux fois cette année, elle s'est dite fermement opposée à une révision constitutionnelle en faveur de[...]

RDC : ça se passe comme ça, à L'Espace Ngoma de Kisangani

Créée en 2006, cette salle de spectacle est le point de ralliement des artistes boyomais. En pratique, elle sert aussi de maison de la culture et rayonne bien au-delà de Kisangani.[...]

Abbé Malumalu : "En tant que citoyen, je souhaite que la Constitution de la RDC soit respectée"

Faut-il organiser les scrutins locaux avant la présidentielle et les législatives de 2016 en RDC ? Non, selon l'opposition, qui redoute un report de ces échéances nationales. Oui, dit le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers