Extension Factory Builder

Bertin Nahum : la précision chirurgicale

09/06/2013 à 16:58
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Né au Sénégal, fils de Béninois et orphelin très jeune, cet entrepreneur ambitieux révolutionne le monde de la chirurgie avec la haute technologie de ses robots spécialisés.

C'est une pièce sans fioritures. Une simple table, trois chaises et un bureau entre quatre murs de crépi blanc. Rien n'y rappelle que son occupant est l'un des créateurs les plus avant-gardistes de la planète. Enfin, si l'on en croit la revue canadienne Discovery Series, qui, en septembre 2012, plaçait Bertin Nahum, Français d'origine béninoise de 43 ans, parmi les « 10 entrepreneurs high-tech les plus révolutionnaires », juste derrière le défunt fondateur d'Apple, Steve Jobs, celui de Facebook, Mark Zuckerberg, et le réalisateur James Cameron (Avatar, Titanic...).

« Rosa », l'invention à l'origine de cette consécration, est un robot d'assistance à la neurochirurgie. Avec son bras articulé, cet engin permet de positionner l'instrument du chirurgien dans l'axe précis qui permettra d'atteindre une zone particulière du cerveau. Des gestes tels que le retrait d'une tumeur ou l'implantation d'électrodes, habituellement réalisés à main levée, peuvent désormais l'être avec plus de précision et de sécurité. Le robot, assemblé dans le petit atelier montpelliérain de Bertin Nahum, est vendu 300 000 euros l'unité et équipe aujourd'hui une vingtaine d'hôpitaux dans le monde (aux États-Unis, au Moyen-Orient ou en Chine).

Parfaitement à l'aise devant les caméras qui affluent depuis cette consécration, Bertin Nahum affiche un large sourire et une sérénité déroutante. « Je ne veux surtout pas faire un récit larmoyant, explique-t-il. Mais disons que, du fait de mon histoire, je me suis bâti une carapace. » Né au Sénégal « par hasard », avant d'arriver en France à l'âge de 1 an, Bertin Nahum a perdu très jeune ses deux parents béninois, qui tenaient une épicerie exotique à Lyon. Placé dans une « maison d'enfants » de la DDASS à l'âge de 8 ans, il a vu son pays d'origine pour la première fois à l'âge adulte, à l'heure de le faire découvrir à ses propres enfants.

Ses origines béninoises sont donc « à la fois anecdotiques et essentielles ». Il ne les renie pas, bien sûr, mais ses racines ont été coupées et il refuse de les afficher en étendard. « J'ai sans doute déjà été victime de racisme, comme beaucoup de gens, mais je crois que les obstacles les plus insurmontables sont ceux qu'on érige soi-même, dans sa tête. »

Il n'empêche que l'un d'eux, il en a la conviction, est à chercher dans le système scolaire français. « Je reviens de deux ans aux États-Unis, où j'ai implanté une filiale. J'ai pu voir la différence avec mes enfants. En France, on est excellent au niveau des connaissances académiques. Mais l'école ne vise en réalité pas à former. Elle utilise l'enseignement pour sélectionner. C'est très différent. »

Ancien élève « moyen » selon lui, mais diplômé de l'Institut national des sciences appliquées de Lyon, il décide, en 2002, de quitter un confortable poste d'ingénieur roboticien pour fonder sa propre entreprise, Medtech, avec des idées un peu folles de création de robots. Il s'implante à Montpellier pour attirer plus facilement les compétences dont il aura besoin. « La fuite des cerveaux est d'ailleurs l'un des problèmes cruciaux en Afrique, analyse-t-il. Je n'aurais jamais pu développer cette entreprise sans les ressources humaines que l'on trouve ici. »

La première création de Medtech est une machine d'assistance à la pose de prothèse de genou. Ses résultats sont encourageants, mais ne lui permettent pas de financer le développement de Rosa, qui est déjà son idée fixe. En 2006, il vend son premier robot à la société américaine Zimmer, leader de la chirurgie orthopédique. « La Direction de la surveillance du territoire [les anciens services des renseignements français] est venue me voir. Ils m'ont fait comprendre qu'ils n'étaient pas contents que l'on vende cette technologie aux Américains. Je leur ai dit qu'ils arrivaient un peu tard. J'avais cherché sans succès des financements en France. Mais je n'ai pas eu d'autres choix pour développer ma société. »

Bertin Nahum planche désormais sur un nouveau robot, destiné à la chirurgie de la colonne vertébrale. Et ces jours-ci l'atelier de Medtech tourne à plein régime avec des machines prêtes à être expédiées aux quatre coins de la planète... Mais pas en Afrique. « C'est une technologique chère. Il y a toutefois quelques hôpitaux suffisamment bien dotés qui pourraient l'acquérir. Mais ils sont trop rares pour que nous investissions sur le continent. »

Jusqu'où ira Bertin Nahum, avec ses idées folles et son inébranlable confiance en lui ? « Notre ambition, c'est de devenir leader mondial du secteur », affirme-t-il. Sans complexe.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

États-Unis : quand Obama joue avec le cliché raciste de l''homme noir en colère'

États-Unis : quand Obama joue avec le cliché raciste de l'"homme noir en colère"

À l’occasion du dîner annuel de la presse présidentielle américaine, samedi soir, Barack Obama était confronté à un défi difficile à relever. Faire rire son audi[...]

Face au trafic des faux médicaments, la mobilisation de tous est indispensable !

Marc Gentilini, de la Fondation Chirac, est délégué général pour l’Accès à une santé et des médicaments de qualité. Bien que source de nombreux[...]

L'option militaire n'est pas une solution à la tragédie en Méditerranée, selon Ban Ki-moon

Le recours à la force n'est pas une solution à la tragédie des migrants en Méditerranée, assure le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans un entretien[...]

Annick Girardin, première ministre française en visite au Burkina depuis la chute de Compaoré

Annick Girardin, la secrétaire d’Etat française au Développement et à la Francophonie arrive ce samedi le 25 avril à Abidjan, première étape d’une tournée en[...]

Les mystères de la Corsafrique

Feliciaggi, Tomi, Pasqua, Foccart, Bongo Ondimba, Sassou Nguesso, IBK... Bienvenue en Corsafrique ! Dans son numéro double, "Jeune Afrique" consacre une enquête à l'ascension des Corses en Afrique,[...]

Méditerranée : accord a minima sur Triton, dont les moyens sont triplés

Le sommet extraordinaire des dirigeants européens, convoqué après le naufrage d'un chalutier qui a fait plus de 700 morts en Méditerranée, a accouché d'une mesure peu ambitieuse : le[...]

Quand les Européens étaient noirs

Contrairement aux idées reçues, les visages pâles n'ont pas toujours dominé l'Europe. Leur prédominance est même très récente, selon une étude[...]

Kaaris, un rappeur sur le ring

Kaaris, Français d'origine ivoirienne, entend bien sonner le rap français à coup de punchlines dévastatrices.[...]

Le plasticien ghanéen El Anatsui remporte un Lion d'or à la Biennale de Venise

Avant chaque Biennale d’art à Venise, le jury attribue un Lion d’or à un artiste pour l’ensemble de sa carrière. Cette année, c'est vers El Anatsui, né au Ghana en 1944 et[...]

Tour de France : MTN-Qhubeka s'échauffe pour la Grande Boucle

Ils y sont arrivés. MTN-Qhubeka est la première équipe cycliste africaine à avoir été invitée au Tour de France (du 4 au 26 juillet 2015). Pourtant, le pari n’était[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers