Extension Factory Builder

Bénin - Japon : les deux amours de Zomahoun Rufin

31/05/2013 à 17:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Zomahoun Rufin est arrivé au Japon en mars 1994. Zomahoun Rufin est arrivé au Japon en mars 1994. © DR

Star du petit écran, écrivain et mécène, l'ambassadeur du Bénin à Tokyo s'est épris de l'archipel, qui le lui rend bien et auquel il fait découvrir l'âme africaine. Histoire de passions partagées.

« Quand je fais le bilan de toutes ces années, mon coeur est beaucoup plus attaché à cette partie du monde [l'Asie, NDLR], surtout au Japon, qu'aux autres régions de la planète. » Installé dans son bureau de l'ambassade du Bénin à Tokyo, Son Excellence Zomahoun D. C. Rufin ne cache pas son émotion d'être aujourd'hui le représentant de son pays dans l'archipel, avec lequel il entretient une véritable histoire d'amour.

Arrivé au Japon en mars 1994 après six années passées en Chine, où il est devenu « le premier sinologue africain du sud du Sahara », l'homme est fier de son parcours au pays du Soleil-Levant.

En 1998, il est repéré dans un restaurant de ramen (nouilles en bouillon) par un membre du staff de Takeshi Kitano. Celui que l'on connaît dans le reste du monde comme le réalisateur de Sonatine (1993) et de Hana-Bi (1997) est avant tout célèbre au Japon pour ses émissions de télévision. Grâce à lui, Zomahoun Rufin obtient le statut de talento, c'est-à-dire de star du petit écran. Invité régulier de l'émission Koko ga Hen da yo Nihonjin (« ils sont bizarres ces Japonais ») sur la chaîne TBS, il ne veut pas pour autant se satisfaire de cette notoriété.

Entre l'Afrique et le Japon

En 1999, il publie Zomahon no Hon (« le livre de Zomahoun »), dans lequel il raconte son histoire, celles de son pays et de son continent d'origine. « Je voulais lutter contre l'ignorance des Japonais à l'égard de l'Afrique, confie-t-il. Après une étude comparative des manuels scolaires en Chine, au Japon et au Bénin, j'avais pu constater que les ouvrages japonais présentent de façon assez précise l'ensemble des pays d'Asie, d'Europe ou d'Amérique, mais que le continent africain était réduit à une ou deux pages. » Sa liberté de ton et sa manière de s'adresser à eux séduisent les lecteurs nippons. Son livre est un best-seller. « J'aurais pu m'acheter une maison sur la Côte d'Azur, à Ginza ou à Aoyama, les deux quartiers chics de Tokyo. J'ai préféré construire des écoles primaires dans mon pays », explique celui dont les revenus se sont soudain comptés en dizaines de millions de yens.

Soucieux de lutter contre « la déshumanisation du monde dont la mondialisation est responsable », comme il le rappelle dans un second livre lui aussi classé en tête des ventes, Zomahoun Rufin poursuit sa lutte contre l'injustice et la misère. Il implante des puits dans les régions qui en ont besoin, il veut aussi développer les échanges entre l'Afrique et le Japon. En 2004, il fonde l'ONG Ife (« amour », en yoruba), dont l'un des premiers objectifs est la création d'une école de japonais à Cotonou, « la seule de toute l'Afrique sub­saharienne ». Animée par une vingtaine d'enseignants japonais volontaires, elle a déjà formé quelque 1 200 étudiants à la langue et à la civilisation nippones. Grâce à Ife, une trentaine d'entre eux poursuivent leurs cursus dans des universités japonaises.

Désormais représentant officiel de son pays, Zomahoun Rufin incarne on ne peut mieux, à la veille de la Ticad V, ce dynamisme qui permettra aux Japonais de « découvrir le vrai monde et de voir qu'il ne se résume pas à l'Asie, l'Europe ou l'Amérique ». 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

1 réaction(s)

1.
gobi - 31/05/2013 à 21h:05

du courage pour le developpement de ton cher et beau benin[...] Lire

Toutes les dépèches

Réagir à cet article

International

Santiago Zannou : un rôle à jouer

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du cin[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le même jour où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Tunisie : François Hollande attendu au Bardo le 29 mars

François Hollande devrait prendre part à la marche organisée dimanche 29 mars par les autorités tunisiennes, selon une source proche de l’Élysée.[...]

Lassana Bathily décoré de la médaille du courage par le Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles

Lassana Bathily, le jeune Malien qui a sauvé quatre personnes lors de la prise d'otages de l'Hyper Cacher en France, le 9 janvier, a été décoré mardi de la médaille du courage par le[...]

Brésil : un cyclone nommé Petrobras

L'argent du groupe pétrolier public a-t-il servi à acheter des dizaines de responsables politiques de toutes obédiences ? Depuis plusieurs mois, un scandale de corruption d'une ampleur sans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers