Extension Factory Builder

Antoine Gabriel Kyungu : "En RDC, trop de pouvoirs sont concentrés à Kinshasa"

16/05/2013 à 13:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Antoine Gabriel Kyungu, dans son bureau, à Lubumbashi. Antoine Gabriel Kyungu, dans son bureau, à Lubumbashi. © Trésor Kibangula/J.A

Porte-étendard du fédéralisme, le président de l'assemblée provinciale du Katanga, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, a lancé une pétition, qu'il soumettra au Parlement congolais en 2016.

Au perchoir de l'assemblée provinciale du Katanga depuis 2006, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, 74 ans, préside l'Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec), un parti qu'il a créé en 2001 et qui compte aujourd'hui 15 députés provinciaux et 8 au Parlement congolais. Celui que ses militants appellent la sentinelle du Katanga est désormais considéré dans tout le pays comme le porte-étendard du fédéralisme. Une démarche dans laquelle ses détracteurs voient une résurgence des velléités sécessionnistes.

Jeune Afrique : Pourquoi réclamez-vous un système fédéral pour le pays ?

Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza : Nous sommes convaincus que seul le fédéralisme peut nous permettre d'administrer convenablement la RDC, qui est un sous-continent à elle seule, et d'assurer la redistribution des richesses nationales d'une manière équitable.

En plus de cinquante ans d'indépendance, nous avons expérimenté l'unitarisme en appliquant parfois la centralisation à outrance, et n'avons connu que des échecs. Nous ne pouvons plus continuer à prétendre que concentrer trop de pouvoirs à Kinshasa permettrait le développement du pays. Un adage dit : « qui trop embrasse mal étreint »...

Existe-t-il selon vous une corrélation entre les actions du mouvement sécessionniste Kata Katanga et l'insatisfaction des populations qui ne profitent pas suffisamment des ressources de leur province ?

Je vous renvoie à la concertation du Grand Karavia Hôtel du 29 mars, au cours de laquelle les Katangais se sont exprimés à travers les notables locaux et les représentants de la société civile : les gens se sentent rejetés et oubliés. Cela provoque des frustrations. Mais je condamne la méthode utilisée par ces milices pour faire entendre leur voix.

Certains pensent qu'entre fédéralisme et sécession il n'y a qu'un pas, et n'hésitent pas à vous désigner comme le principal soutien des Kata Katanga...

Les miliciens se disent indépendantistes. Nous, nous ne sommes pas pour l'indépendance : nous sommes pour un système fédéral dans un Congo qui reste uni. Je ne soutiens donc pas les Kata Katanga, dès lors que leur action se traduit par une effusion de sang, des massacres, des viols, des vols, etc. C'est une chose de comprendre leur combat, c'en est une autre de le soutenir. Nous fustigeons la méthode, mais nous considérons que c'est leur droit de dire : « Nous voulons l'indépendance de notre province. » Reste que cette revendication doit s'exprimer d'une manière pacifique, sans recourir aux armes.

Et quels sont vos rapports avec le gouverneur Moïse Katumbi ?

Nous ne pouvons pas voir les choses toujours de la même manière, mais le courant passe. Lorsque nous constatons qu'une situation risque de compliquer les relations entre les deux institutions [gouvernement provincial et assemblée provinciale, NDLR], nous nous concertons pour éviter les crocs-en-jambe.

Joseph Kabila arrive à la fin de son dernier mandat en 2016. Comptez-vous vous présenter à la prochaine présidentielle ?

Il ne faut pas brûler les étapes. Je réserve ma réponse pour le moment opportun. Aujourd'hui, je ne vois rien qui puisse me détourner de Joseph Kabila, que je soutiens à 100 %.

________

Propos recueillis par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : la nouvelle loi électorale a été adoptée par le Parlement
RDC 

RDC : la nouvelle loi électorale a été adoptée par le Parlement

L'Assemblée nationale et le Sénat de la RDC ont harmonisé dimanche leurs divergences en adoptant le projet de loi électorale controversé. Mais des incertitudes demeurent et une partie de l'opposi[...]

RDC : le Parlement doit adopter la loi électorale sans l'alinéa litigieux

La loi électorale à l'origine de violences meurtrières en République démocratique du Congo devait être adoptée dimanche par le Parlement, où le camp du président[...]

Violences en RDC : la police mise en cause, blocage au Parlement

Le président de l'Assemblée nationale congolaise a dénoncé samedi un "dérapage" de la police, qui a tiré dans la foule à Kinshasa durant les violences meurtrières[...]

Répression en RDC : le président de l'Assemblée reconnaît un "dérapage"

Le président de l'Assemblée nationale en République démocratique du Congo (RDC) a reconnu samedi sur Twitter un "dérapage" lorsque la police a tiré à "balles[...]

RDC : Katumbi attaqué sur tous les fronts

Rien ne va plus au Katanga pour Moïse Katumbi depuis que celui-ci a pris ses distances vis à vis d'un éventuel 3e mandat du président Kabila. Lequel vise là où ça fait mal : au[...]

RDC 

RDC : le Sénat impose la tenue de la présidentielle en 2016 dans les délais constitutionnels

Lors du vote article par article du projet de loi controversé modifiant la loi électorale en RDC, les sénateurs congolais ont supprimé vendredi l'incise contenue dans le texte initial qui liait[...]

RDC : pourquoi le vote de la loi électorale a été reporté

Après trois jours de violences meurtrières à Kinshasa et à Goma, le vote de la loi électorale, intialement prévu jeudi, aura lieu vendredi matin.[...]

CAN 2015 : les Léopards sans imagination face au Cap-Vert

Le choc entre les Lépopards et les Requins a tourné à la soupe soporifique jeudi à Ebebiyin (0-0). Le gardien congolais Kidiaba a sauvé son camp à deux reprises dans les dix[...]

RDC 

RDC : deuxième journée de violences à Goma, au moins trois morts

Pour la deuxième journée consécutive, des heurts ont éclaté jeudi à Goma, dans l'est de la RDC, entre les policiers et des étudiants qui exigent la libération de leurs[...]

Foot : avant son exploit avec le Congo, les sept CAN de Claude Le Roy

Avec le Congo, Claude Le Roy dispute en Guinée équatoriale (17 janvier-8 février) sa huitième phase finale, un record. Le technicien français, champion d’Afrique en 1988 avec le Cameroun,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces