Extension Factory Builder

Antoine Gabriel Kyungu : "En RDC, trop de pouvoirs sont concentrés à Kinshasa"

16/05/2013 à 13:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Antoine Gabriel Kyungu, dans son bureau, à Lubumbashi. Antoine Gabriel Kyungu, dans son bureau, à Lubumbashi. © Trésor Kibangula/J.A

Porte-étendard du fédéralisme, le président de l'assemblée provinciale du Katanga, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, a lancé une pétition, qu'il soumettra au Parlement congolais en 2016.

Au perchoir de l'assemblée provinciale du Katanga depuis 2006, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, 74 ans, préside l'Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec), un parti qu'il a créé en 2001 et qui compte aujourd'hui 15 députés provinciaux et 8 au Parlement congolais. Celui que ses militants appellent la sentinelle du Katanga est désormais considéré dans tout le pays comme le porte-étendard du fédéralisme. Une démarche dans laquelle ses détracteurs voient une résurgence des velléités sécessionnistes.

Jeune Afrique : Pourquoi réclamez-vous un système fédéral pour le pays ?

Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza : Nous sommes convaincus que seul le fédéralisme peut nous permettre d'administrer convenablement la RDC, qui est un sous-continent à elle seule, et d'assurer la redistribution des richesses nationales d'une manière équitable.

En plus de cinquante ans d'indépendance, nous avons expérimenté l'unitarisme en appliquant parfois la centralisation à outrance, et n'avons connu que des échecs. Nous ne pouvons plus continuer à prétendre que concentrer trop de pouvoirs à Kinshasa permettrait le développement du pays. Un adage dit : « qui trop embrasse mal étreint »...

Existe-t-il selon vous une corrélation entre les actions du mouvement sécessionniste Kata Katanga et l'insatisfaction des populations qui ne profitent pas suffisamment des ressources de leur province ?

Je vous renvoie à la concertation du Grand Karavia Hôtel du 29 mars, au cours de laquelle les Katangais se sont exprimés à travers les notables locaux et les représentants de la société civile : les gens se sentent rejetés et oubliés. Cela provoque des frustrations. Mais je condamne la méthode utilisée par ces milices pour faire entendre leur voix.

Certains pensent qu'entre fédéralisme et sécession il n'y a qu'un pas, et n'hésitent pas à vous désigner comme le principal soutien des Kata Katanga...

Les miliciens se disent indépendantistes. Nous, nous ne sommes pas pour l'indépendance : nous sommes pour un système fédéral dans un Congo qui reste uni. Je ne soutiens donc pas les Kata Katanga, dès lors que leur action se traduit par une effusion de sang, des massacres, des viols, des vols, etc. C'est une chose de comprendre leur combat, c'en est une autre de le soutenir. Nous fustigeons la méthode, mais nous considérons que c'est leur droit de dire : « Nous voulons l'indépendance de notre province. » Reste que cette revendication doit s'exprimer d'une manière pacifique, sans recourir aux armes.

Et quels sont vos rapports avec le gouverneur Moïse Katumbi ?

Nous ne pouvons pas voir les choses toujours de la même manière, mais le courant passe. Lorsque nous constatons qu'une situation risque de compliquer les relations entre les deux institutions [gouvernement provincial et assemblée provinciale, NDLR], nous nous concertons pour éviter les crocs-en-jambe.

Joseph Kabila arrive à la fin de son dernier mandat en 2016. Comptez-vous vous présenter à la prochaine présidentielle ?

Il ne faut pas brûler les étapes. Je réserve ma réponse pour le moment opportun. Aujourd'hui, je ne vois rien qui puisse me détourner de Joseph Kabila, que je soutiens à 100 %.

________

Propos recueillis par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

RDC : que deviennent les militants congolais arrêtés le 15 mars ?

Près de deux semaines après leur arrestation à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, plusieurs militants congol[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

Rififi à Conakry

Difficile de s'y retrouver quand pouvoirs et oppositions font des calendriers électoraux un enjeu majeur de la démocratie.[...]

RDC : la Monusco reconduite, mais réduite

La Monusco comptera 2 000 soldats de moins. Cette reconduction du mandat de la force onusienne survient en pleine brouille entre les Nations unies et Kinshasa.[...]

RDC : les Américains derrière les mouvements citoyens ?

Les autorités congolaises, qui ont durement mis fin à la rencontre entre les mouvements citoyens étrangers et congolais la semaine dernière, ont trouvé en Washington un responsable à ce[...]

RDC : trente éléphants tués en quinze jours par des braconniers dans le parc de la Garamba

Trente éléphants ont été abattus en deux semaines dans le Parc national de la Garamba, dans le nord-est de la RDC. Les responsables du parc accusent un groupe de braconniers soudanais d'avoir commis[...]

RDC : remous dans la majorité au sujet de la loi électorale

Sept partis de la majorité congolaise (RDC) ont exprimé leurs inquiétudes sur la révision de la Constitution. Après une réunion agitée, ils ont fini par rentrer dans le rang. [...]

RDC : face aux rebelles rwandais, l'armée progresse sans vrai combat

"Une guerre sans combattants?" L'armée congolaise progresse au Sud-Kivu face à des rebelles rwandais des FDLR qui préfèrent fuir, faisant craindre que les problèmes causés par[...]

RDC - Football : Florent Ibenge, le plafond de verre et le tremplin chinois

En moins de deux ans, Florent Ibenge s’est construit une belle notoriété internationale, en qualifiant l’AS Vita Club pour la finale de la Ligue des champions 2014, puis en installant la RDC sur la[...]

RDC : pourquoi dix militants congolais sont-ils toujours sous les verrous ?

Arrêtés le 15 mars à Kinshasa, à l’issue d’une conférence de presse organisée avec les responsables de Y’en a marre et le Balai citoyen, dix militants congolais[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers