Extension Factory Builder

Antoine Gabriel Kyungu : "En RDC, trop de pouvoirs sont concentrés à Kinshasa"

16/05/2013 à 13:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Antoine Gabriel Kyungu, dans son bureau, à Lubumbashi. Antoine Gabriel Kyungu, dans son bureau, à Lubumbashi. © Trésor Kibangula/J.A

Porte-étendard du fédéralisme, le président de l'assemblée provinciale du Katanga, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, a lancé une pétition, qu'il soumettra au Parlement congolais en 2016.

Au perchoir de l'assemblée provinciale du Katanga depuis 2006, Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza, 74 ans, préside l'Union nationale des fédéralistes du Congo (Unafec), un parti qu'il a créé en 2001 et qui compte aujourd'hui 15 députés provinciaux et 8 au Parlement congolais. Celui que ses militants appellent la sentinelle du Katanga est désormais considéré dans tout le pays comme le porte-étendard du fédéralisme. Une démarche dans laquelle ses détracteurs voient une résurgence des velléités sécessionnistes.

Jeune Afrique : Pourquoi réclamez-vous un système fédéral pour le pays ?

Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza : Nous sommes convaincus que seul le fédéralisme peut nous permettre d'administrer convenablement la RDC, qui est un sous-continent à elle seule, et d'assurer la redistribution des richesses nationales d'une manière équitable.

En plus de cinquante ans d'indépendance, nous avons expérimenté l'unitarisme en appliquant parfois la centralisation à outrance, et n'avons connu que des échecs. Nous ne pouvons plus continuer à prétendre que concentrer trop de pouvoirs à Kinshasa permettrait le développement du pays. Un adage dit : « qui trop embrasse mal étreint »...

Existe-t-il selon vous une corrélation entre les actions du mouvement sécessionniste Kata Katanga et l'insatisfaction des populations qui ne profitent pas suffisamment des ressources de leur province ?

Je vous renvoie à la concertation du Grand Karavia Hôtel du 29 mars, au cours de laquelle les Katangais se sont exprimés à travers les notables locaux et les représentants de la société civile : les gens se sentent rejetés et oubliés. Cela provoque des frustrations. Mais je condamne la méthode utilisée par ces milices pour faire entendre leur voix.

Certains pensent qu'entre fédéralisme et sécession il n'y a qu'un pas, et n'hésitent pas à vous désigner comme le principal soutien des Kata Katanga...

Les miliciens se disent indépendantistes. Nous, nous ne sommes pas pour l'indépendance : nous sommes pour un système fédéral dans un Congo qui reste uni. Je ne soutiens donc pas les Kata Katanga, dès lors que leur action se traduit par une effusion de sang, des massacres, des viols, des vols, etc. C'est une chose de comprendre leur combat, c'en est une autre de le soutenir. Nous fustigeons la méthode, mais nous considérons que c'est leur droit de dire : « Nous voulons l'indépendance de notre province. » Reste que cette revendication doit s'exprimer d'une manière pacifique, sans recourir aux armes.

Et quels sont vos rapports avec le gouverneur Moïse Katumbi ?

Nous ne pouvons pas voir les choses toujours de la même manière, mais le courant passe. Lorsque nous constatons qu'une situation risque de compliquer les relations entre les deux institutions [gouvernement provincial et assemblée provinciale, NDLR], nous nous concertons pour éviter les crocs-en-jambe.

Joseph Kabila arrive à la fin de son dernier mandat en 2016. Comptez-vous vous présenter à la prochaine présidentielle ?

Il ne faut pas brûler les étapes. Je réserve ma réponse pour le moment opportun. Aujourd'hui, je ne vois rien qui puisse me détourner de Joseph Kabila, que je soutiens à 100 %.

________

Propos recueillis par Trésor Kibangula

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

RDC : reddition du chef rebelle Cobra Matata

Le chef rebelle congolais Cobra Matata s'est rendu vendredi soir aux autorités congolaises à Bunia, dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où il a semé la[...]

RDC : bêcheurs en eaux troubles

De jour comme de nuit, cela ne peut passer inaperçu. Qu'est-ce donc ? Des lettres en gros caractères gravées sur un immeuble : "Bandal, c'est Paris." Bandal - ou plutôt Bandalungwa,[...]

Après la chute de Compaoré, Kabila peut-il faire réviser la Constitution de RDC ?

On le sait : la chute de Blaise Compaoré a été énormément suivie et commentée dans les pays africains. En RDC notamment, où l'hypothèse d'une révision[...]

Pierre Kwenders, son excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

CAN 2015 : Nigeria out, Côte d'Ivoire, RDC et Guinée in

Le Nigeria, tenant du titre, a été éliminé lors de la dernière journée des qualifications à la CAN 2015, le 19 novembre, au profit du Congo de Claude Le Roy. La RDC a[...]

Football - RDC : Yannis Mbombo, futur attaquant des Léopards ?

Né à Bruxelles de parents originaires de RD Congo, Yannis Mbombo (20 ans), prêté par le Standard Liège à Auxerre (Ligue 2), a été approché par Florent Ibenge, le[...]

RDC : les autorités annoncent la fin de l'épidémie d'Ebola dans le pays

Les autorités de Kinshasa ont annoncé samedi la fin de l'épidémie d'Ebola qui avait été déclarée fin août dans une zone reculée de la République[...]

RDC - CPI : comprendre le procès Bemba en 5 questions

Après les déclarations finales mercredi et jeudi de l'accusation et de la défense, l'affaire Bemba est désormais mise en délibéré. En attendant le verdict, retour en cinq questions[...]

RDC : pour l'accusation, Bemba est "responsable" de la "barbarie" de ses miliciens

Les avocats de Jean-Pierre Bemba tenteront de répondre jeudi aux accusations lancées la veille par le bureau du procureur de la CPI contre l'ancien vice-président congolais, jugé pour trois crimes de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers