Extension Factory Builder

Hilton Little : "Nous n'avons pas droit à l'erreur"

16/05/2013 à 16:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef sud-africain Hilton Little. Le chef sud-africain Hilton Little. © DR

Hilton Little a côtoyé les trois derniers présidents sud-africains. Confessions d'un homme pour qui cuisine et diplomatie ne sont jamais très éloignées.

Jeune Afrique : Cuisiner, dites-vous, c'est savoir être diplomate...

Hilton Little : Oui. Notre rôle, quand des chefs d'État se réunissent pour parler de choses graves, est de créer une atmosphère conviviale grâce à nos plats. Nous n'avons pas droit à l'erreur et préparons tout minutieusement : on veille à la qualité des plats, à la subtilité de la décoration de table, au choix du vin... Nous devons nous assurer qu'aucun impair ne sera commis qui embarrasserait le président. Ce qui nous ramène à ce que Talleyrand disait à Napoléon : « Donnez-moi de bons cuisiniers et je vous donnerai de bons traités. »

Combien de personnes dirigez-vous ?

Ma brigade de cuisine se compose de deux chefs assistants, d'un assistant de cuisine et de quatre « stewards ». Une petite équipe, donc, mais nous pouvons cuisiner pour 150 personnes, voire plus. Mes journées débutent très tôt le matin. Je commence par faire le tour des cuisines et m'assurer que tous les réfrigérateurs et les congélateurs sont à la bonne température, puis je crée le menu du jour en réfléchissant d'abord au plat principal. Je vais ensuite au potager pour cueillir les légumes du jour, puis au marché pour acheter la viande que j'aime choisir moi-même. Mais on n'achète rien qui soit déjà préparé.

Quel est votre plus beau souvenir en tant que chef de président ?

Je me rappelle la première fois que j'ai cuisiné pour Nelson Mandela. J'attendais en cuisine, torturé à l'idée que ce que j'avais préparé pourrait ne pas lui plaire. J'étais terriblement inquiet. Une heure après, il m'a fait venir. J'ai cru que je n'avais pas été à la hauteur de ses attentes et que j'allais être congédié ! Au lieu de cela, il m'a dit que c'était l'un des meilleurs repas qu'il avait pris depuis longtemps ! Il m'a appelé « my son », et ce souvenir restera à jamais gravé en moi.

________

Propos recueillis par Haby Niakate

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

Afrique du Sud : quand le roi de la nation zouloue dérape...

En sommant les étrangers de "quitter le pays", Goodwill Zwelithini, le roi de la nation zouloue, a mis le feu aux poudres. Depuis, il a démenti ses propos. Trop tard...[...]

Xénophobie en Afrique du Sud : au secours, l'apartheid revient !

Les violences survenues à Durban ne sont pas un fait isolé. Cela fait des années que les migrants africains sont pris pour cible. Et que, sur fond de difficultés économiques, le poison de[...]

Afrique du Sud : le gouvernement promet de punir les auteurs des violences xénophobes

Le gouvernement sud-africain a promis dimanche de punir les auteurs des violences xénophobes qui ont fait au moins sept morts depuis début avril, alors que le Malawi et le Zimbabwe s'apprêtaient à[...]

Afrique du Sud : le président Zuma invite les immigrés à rester

Après une nouvelle nuit de pillages à Johannesburg, le président Jacob Zuma a annulé un voyage en Indonésie et s'est rendu samedi auprès de victimes de violences xénophobes, afin[...]

Afrique du Sud : Zuma annule un voyage après de nouvelles violences xénophobes

Le président sud-africain Jacob Zuma a annulé samedi un voyage à l'étranger après une nouvelle nuit de violences xénophobes perpétrées par des casseurs et pilleurs, qui[...]

Afrique du Sud : six morts et plus de 5 000 déplacés après des violences xénophobes

Depuis trois semaines, des violences xénophobes secouent l’Afrique du Sud. Une situation qui a déjà fait six morts et plus de 5 000 déplacés.[...]

Afrique du Sud : Durban se mobilise contre la xénophobie

Ils sont plusieurs milliers à manifester jeudi à Durban pour dénoncer la vague d'attaques contre les ressortissants étrangers installés dans la ville.[...]

Afrique du Sud : qui succédera à Helen Zille à la tête du principal parti d'opposition ?

Après 8 ans à la tête du principal parti d'opposition en Afrique du Sud, Helen Zille tire sa révérence. L'adversaire coriace de Jacob Zuma ne sera pas candidate lors des élections de[...]

Cecil Rhodes déboulonné, un millier de migrants en fuite après des violences xénophobes

La statue du colonisateur britannique Cecil Rhodes a été déboulonnée jeudi au Cap. Une victoire contre le passé raciste de l'Afrique du Sud, pour certains, alors que le pays est à nouveau[...]

En Afrique du Sud, Robert Mugabe attaque l'Occident et les Nations unies

En Afrique du Sud pour une visite historique de deux jours sous le signe de l'économie, le président zimbabwéen et chef de l'Union africaine, Robert Mugabe, en a profité pour décocher quelques[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers