Extension Factory Builder

Hilton Little : "Nous n'avons pas droit à l'erreur"

16/05/2013 à 16:12
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le chef sud-africain Hilton Little. Le chef sud-africain Hilton Little. © DR

Hilton Little a côtoyé les trois derniers présidents sud-africains. Confessions d'un homme pour qui cuisine et diplomatie ne sont jamais très éloignées.

Jeune Afrique : Cuisiner, dites-vous, c'est savoir être diplomate...

Hilton Little : Oui. Notre rôle, quand des chefs d'État se réunissent pour parler de choses graves, est de créer une atmosphère conviviale grâce à nos plats. Nous n'avons pas droit à l'erreur et préparons tout minutieusement : on veille à la qualité des plats, à la subtilité de la décoration de table, au choix du vin... Nous devons nous assurer qu'aucun impair ne sera commis qui embarrasserait le président. Ce qui nous ramène à ce que Talleyrand disait à Napoléon : « Donnez-moi de bons cuisiniers et je vous donnerai de bons traités. »

Combien de personnes dirigez-vous ?

Ma brigade de cuisine se compose de deux chefs assistants, d'un assistant de cuisine et de quatre « stewards ». Une petite équipe, donc, mais nous pouvons cuisiner pour 150 personnes, voire plus. Mes journées débutent très tôt le matin. Je commence par faire le tour des cuisines et m'assurer que tous les réfrigérateurs et les congélateurs sont à la bonne température, puis je crée le menu du jour en réfléchissant d'abord au plat principal. Je vais ensuite au potager pour cueillir les légumes du jour, puis au marché pour acheter la viande que j'aime choisir moi-même. Mais on n'achète rien qui soit déjà préparé.

Quel est votre plus beau souvenir en tant que chef de président ?

Je me rappelle la première fois que j'ai cuisiné pour Nelson Mandela. J'attendais en cuisine, torturé à l'idée que ce que j'avais préparé pourrait ne pas lui plaire. J'étais terriblement inquiet. Une heure après, il m'a fait venir. J'ai cru que je n'avais pas été à la hauteur de ses attentes et que j'allais être congédié ! Au lieu de cela, il m'a dit que c'était l'un des meilleurs repas qu'il avait pris depuis longtemps ! Il m'a appelé « my son », et ce souvenir restera à jamais gravé en moi.

________

Propos recueillis par Haby Niakate

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : une mosquée ouverte aux homosexuels ouvre ses portes au Cap

Afrique du Sud : une mosquée ouverte aux homosexuels ouvre ses portes au Cap

Une mosquée ouverte aux homosexuels, traitant les femmes et les chrétiens sur un pied d'égalité, a ouvert ses portes vendredi au Cap, sans aucun incident majeur, malgré des menaces de manifesta[...]

Afrique du Sud : Jacob Zuma rattrapé par ses démons

Rien ne va plus pour le chef de l'État sud-africain. Alors que les scandales se multiplient, la justice exhume l'affaire dite de l'Arms Deal, qui poursuit Jacob Zuma depuis plus de dix ans. Tiendra-t-il jusqu'à[...]

À quoi sert Mme Zuma ?

Si Mme Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), était japonaise, elle se confondrait en kokaishiteimass (excuses publiques) et courbettes contrites, avant de [...]

Afrique du Sud : une ministre espère que Pistorius sera rejugé

La ministre sud-africaine de l'Éducation et présidente de la Ligue des femmes du parti au pouvoir, Angie Motshegka, a déclaré ce week-end qu'elle espérait qu'Oscar Pistorius serait[...]

Afrique du Sud : Oscar Pistorius reconnu coupable d'homicide involontaire

Oscar Pistorius a été reconnu vendredi coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013.[...]

Afrique du Sud : la juge va prononcer la fin du verdict du procès Pistorius

Oscar Pistorius saura vendredi s'il est reconnu coupable d'homicide involontaire pour la mort de sa petite amie, Reeva Steenkamp, en 2013. La juge sud-africaine Masipa a écarté, jeudi, la préméditation[...]

Procès Pistorius : la juge écarte la thèse du meurtre avec préméditation

La dernière étape du procès du champion sud-africain Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp, en février 2013, a débuté jeudi avec la lecture du[...]

Afrique du Sud : des quotas de joueurs noirs pour sauver un rugby en péril ?

En Afrique du Sud, la fédération de rugby a choisi de mettre en place une politique de quotas afin de favoriser l'intégration des joueurs et entraîneurs noirs dans les effectifs. Une question de[...]

Livres : un long chemin vers la liberté

Dans un roman saisissant, André Brink se penche sur son histoire familiale. Et narre l'horreur de l'esclavage tel qu'il se pratiquait au XIXe siècle en Afrique du Sud. Un système qu'ont combattu[...]

Afrique du Sud : le dalaï-lama, persona non grata ?

Le dalaï-lama est-il toujours persona non grata en Afrique du Sud ? Pour la troisième fois en seulement cinq ans, le leader tibétain se serait vu refuser un visa d'entrée alors qu'il devait participer[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex