Extension Factory Builder

Maroc : Mohamed Abbadi, ni cheikh ni calife

30/04/2013 à 15:19
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le secrétaire général de l'association islamiste. Le secrétaire général de l'association islamiste. © Sipa

Tourné vers la prédication, le nouveau chef d'Al Adl wal Ihsane n'est pas près de renier l'héritage politique d'Abdessalam Yassine.

Djellaba claire, longue barbe blanche et calotte éternellement vissée sur la tête, le nouveau patron d'Al Adl wal Ihsane a la gueule de l'emploi. Mohamed Abbadi, nouveau « pape » de l'association fondée par Abdessalam Yassine, décédé le 13 décembre 2012, a été élu par ses pairs, le 24 décembre, à la tête de la Jamaa (« communauté »). Dès l'annonce du décès du cheikh, Abbadi avait en fait déjà assuré l'intérim, avant d'être désigné comme « secrétaire général », une fonction qui n'existait pas auparavant. La succession s'est faite sans heurt ni surprise, Abbadi étant le personnage le plus âgé et le plus consensuel après la disparition des premiers compagnons du cheikh : Ahmed El Mellakh et Mohamed Alaoui. Abdessalam Yassine garde le titre de guide suprême (mourchid'am), un indice supplémentaire de l'impossibilité de succéder entièrement au fondateur, tant Abdessalam Yassine représentait à la fois le chef spirituel sur le modèle confrérique, le père fondateur et charismatique et le mahdi, auteur de prophéties.

Plus qu'un simple mouvement politique et/ou religieux, la communauté des adlistes est fondée sur l'idéal du compagnon­nage, lui-même construit sur le modèle de la première communauté autour du prophète Mohammed. Et dans cette organisation très hiérarchisée, Abbadi avait réussi à se faire admettre dans le saint des saints : le conseil de guidance. Pour cette raison, il a écopé, en 1990, de deux ans de prison ferme. Première condamnation qui s'accompagne d'une mise à pied de l'Éducation nationale qui durera huit ans. Abbadi, né en 1949, a suivi une formation traditionnelle, dont une ijaza (licence) en fiqh qu'il prépare sous la direction du réputé cheikh Ben Seddiq de Tanger. Sa biographie officielle indique qu'il a appris le Coran à l'âge de 12 ans, puis déroule un parcours classique d'études islamiques, complété par les médailles en militantisme que constituent ses condamnations judiciaires et tracasseries administratives.

Rédemption

Né à El Hoceima, Abbadi est affecté à Oujda, où il enseignera les sciences islamiques, mais le vrai tournant, c'est sa rencontre avec Abdessalam Yassine. Comme la majorité des membres de la Jamaa, Abbadi a tendance à mettre en scène, à surjouer peut-être, son entrée dans les ordres. Voici comment il raconte sa rédemption, dans un témoignage devenu célèbre parmi les adeptes d'Al Adl : « Après le baccalauréat, j'ai abandonné les études, je voulais la vérité, j'étais dans une situation de désespoir. J'ai vu beaucoup d'oulémas, j'ai rencontré des gens des mouvements islamiques. Je n'étais pas satisfait, mais le jour où j'ai rencontré le professeur Yassine, c'était une nouvelle naissance. J'étais comme un orphelin qui a vécu de grandes épreuves et qui retrouve son père et sa mère. »

Professeur de langue arabe puis de sciences islamiques, il s'installe donc à Oujda. Dans la région, l'une des plus pauvres du pays, la Tariqa Boutchichiya est très influente. Cette confrérie soufie est le berceau spirituel d'Abdessalam Yassine. Abbadi s'y impose comme un prédicateur respecté, fort d'une longue expérience dans les mosquées du pays. Après un séjour en prison, en 1984-1985, au cours duquel il continue de prêcher, le cheikh Yassine donne une nouvelle forme à son action publique. En 1987, il crée Al Adl wal Ihsane. L'association passe en quelques années du stade « groupusculaire » au rang de variable de poids dans l'équation marocaine. Début 1990, la police lance des arrestations tous azimuts : une quinzaine d'adeptes sont appréhendés à Kenitra et à Salé. Dans le lot, il y a le beau-frère de Yassine, Mounir Regragui, son gendre, Abdallah Chibani, mari de Nadia Yassine, mais surtout les cinq membres du conseil de guidance. Mohamed Abbadi et ses quatre compagnons sont condamnés à deux ans de prison ferme pour « appartenance à une association non déclarée » et « trouble à l'ordre public ». Ce bras de fer ne fait pas plier les adlistes, qui ressortent de prison auréolés d'un statut de martyr.

Prison

Abbadi, le prédicateur, peu porté sur la politique, devient l'un des symboles de cette résistance. En 2000, il est à nouveau détenu, puis condamné à trois mois de prison avec sursis. En 2003, il écope de deux ans de prison, jugement annulé en appel. En 2006, le ministère de l'Intérieur interdit les journées portes ouvertes de l'association. Le domicile d'Abbadi est mis sous scellés, empêchant la tenue des majalis an-nasiha (séances d'exhortation) qu'il anime hebdomadairement. Le 12 janvier dernier, un sit-in organisé devant la maison oujdie du nouveau chef d'Al Adl a été encadré par un imposant cordon policier, et l'interdiction perdure. Pour ceux qui s'interrogent sur un changement de ligne politique, le slogan de la première conférence de presse d'Abbadi est clair : résistance et fidélité. Si Al Adl évolue vers la participation politique, ce sera dans le cadre de l'héritage yassinien. Abbadi n'a jamais fait partie du « cercle politique », l'instance dédiée au sein de la Jamaa. « Il laissera à d'autres le soin de gérer les relations avec le pouvoir », explique l'un de ses proches.

L'infante ne sera pas reine

Coqueluche des médias, la fille aînée du cheikh est en retrait, restant très discrète depuis la mort de son père en décembre 2012. En 2011, elle a subi une campagne de dénigrement en règle : des médias peu scrupuleux, notamment sur internet, ont relayé des images d'elle en compagnie d'un autre membre de la Jamaa, l'accusant d'adultère. La ficelle était grosse, mais le mal est fait. Selon l'une de ses proches, à cette cabale extérieure s'est ajoutée une fronde à l'intérieur d'Al Adl wal Ihsane. Après avoir réussi à fonder une section féminine, un projet ancien, Nadia Yassine a continué de subir le machisme d'autres membres influents de la Jamaa, qui lui avaient barré la route du conseil de guidance. Ils lui reprochaient alors de faire de l'ombre (en Occident) au porte-parole officiel, Fathallah Arsalane. Y.A.A.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposé depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les utili[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Maroc : il y a quinze ans, la mort de Hassan II

Il y a tout juste quinze ans, le 23 juillet 1999, le roi du Maroc Hassan II s'éteignait à Rabat après trente-huit ans de règne. "Jeune Afrique" réédite un article de son n°[...]

Dernière Minute