Extension Factory Builder

Ludovic-Mohamed Zahed : gay et musulman, il garde le prêche

19/04/2013 à 17:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'J'essaie d'apporter(...) ce que j'aurais aimé recevoir'. "J'essaie d'apporter(...) ce que j'aurais aimé recevoir". © Vincent fournier pourJ.A.

Premier musulman français à s'être marié religieusement avec un homme, ce croyant frondeur né en Algérie a ouvert la première mosquée accueillant gays et lesbiennes.

Un moulin à paroles. Lancé sur l'incompatibilité supposée entre l'homosexualité et le Coran, Ludovic-Mohamed Zahed ne s'arrête plus. Ce n'est plus seulement un monologue érudit revenant sur la « turpitude » des membres du peuple de Loth (les premiers à avoir commis le « péché » de l'homosexualité). C'est un prêche enflammé dans lequel le trentenaire au teint pâle, au visage émacié et à la barbe soigneusement taillée soutient qu'aucun hadith authentique remontant au Prophète ne condamne les hommes qui aiment les hommes. Ses doigts fins volent, appuient l'argument, pointent les détracteurs. Tout de sombre vêtu, avec son qamis et son pantalon noir, le tout seulement égayé par un foulard vert islam, Ludovic-Mohamed a tout du bon salafiste. Sauf qu'il porte une alliance, qui trahit son union... avec un homme. Et qu'il s'apprête à accueillir des gays et des lesbiennes dans la mosquée « progressiste » qu'il a ouverte il y a quelques semaines à Paris. Où ? Le lieu doit rester secret. « Nous tenons à ce que ceux qui nous rencontrent se sentent en sécurité. Il faut contacter notre association, HM2F*, pour connaître l'adresse. »

>> Sur le même sujet : interview vidéo de l'avocate Alice Nkom

Ludovic-Mohamed Zahed est devenu le porte-parole très médiatique de ces « muslims gays » dont beaucoup ne soupçonnaient pas l'existence. Il y a un an, il publiait Le Coran et la Chair (éd. Max Milo), un livre qui mêle souvenirs d'enfance à « Alger la blanc cassé », confessions homos et réflexion sur l'islam. Les fragments auto­biographiques qu'il égrène dans son ouvrage décrivent un douloureux chemin de croix. Né à Alger en 1978, Ludovic-Mohamed part rapidement avec ses parents s'installer à Paris, dans le 17e arrondissement. À l'école, molesté et traité de « sale rebeu », ce gamin introverti a bien du mal à se sentir français. Dans sa famille non plus, tout ne se passe pas très bien : ses manières féminines déplaisent à son père et à son frère, qui ne veulent pas qu'il devienne comme « ça », c'est-à-dire homosexuel, un mot selon lui toujours tabou dans sa communauté.

À l'âge de 16 ans, il retourne avec ses parents en Algérie. Avec humour, il décrit le pays comme sa « Terre sainte », « qui génère paix et oubli ». Il aime flâner le long des grandes artères haussmanniennes, se ressourcer dans les ruelles écrasées de soleil, se rafraîchir aux portes de la Casbah. Pourtant, le jeune homme n'est pas au bout de ses questionnements. Vu comme un Arabe en France, il est un « zmigré », un « émigré », dans son pays natal. Surtout, Ludovic-Mohamed étouffe son désir pour les hommes. Issu d'une famille peu croyante (« mon père ne fait même pas ramadan »), il cherche ses repères dans l'islam, prie des journées entières, apprend l'arabe pour décrypter le Coran. Et rejoint ses « frères » salafistes de Kouba, quartier agité de la banlieue d'Alger. Rapidement, la communauté lui fait comprendre que sa proximité avec certains frères est mal perçue.

Tiraillé entre son amour de Dieu et son amour des hommes (encore platonique), Ludovic-Mohamed traverse une crise identitaire et spirituelle, tandis que la violence se déchaîne à Alger. Nous sommes en 1997, et Zahed fait une nouvelle fois ses valises pour se rendre à Marseille.

« J'avais 20 ans, j'étais complètement perdu. Je me suis donné cinq années pour trouver une solution en me disant : si après ça ne va toujours pas, tu te suicides. » Sa reconstruction va prendre plus de temps. Il rompt brutalement avec l'islam, multiplie les histoires d'un soir, entame une relation avec un homme, qui lui révèle adhérer aux thèses du Front national... et qui lui transmet le sida. Mais bientôt, l'écorché vif se réconcilie avec lui-même. À 21 ans, il fait son coming out auprès de sa famille, qui encaisse plutôt bien. Y compris son père, qui, à sa grande surprise, promet de le soutenir « jusqu'au bout ». Il revient aussi à l'islam ainsi qu'aux études, et poursuit aujourd'hui deux doctorats, l'un en psychologie, l'autre en anthropologie. Surtout, il s'implique dans le combat militant en créant une nébuleuse d'associations, dont la dernière en date, HM2F.

« Cette structure répond à un vrai désarroi, précise-t-il. Des gens qui se tailladent les veines, qui n'ont pas de vie sexuelle... J'essaie de leur apporter l'aide que j'aurais aimé recevoir. » Et le voilà qui montre une série de textos sur son portable. « J'ai reçu ces messages d'un jeune du Togo qui avait peur : lors d'une émission sur une radio de Lomé, des auditeurs appelaient à brûler les homos. » Mais habité, rayonnant, le trentenaire garde la foi : « Je reste optimiste. Je suis sûr que nous allons vers moins de stigmatisation. » La fin du prêche s'adresse-t-elle à lui-même ? Aujourd'hui, Ludovic-Mohamed s'est trouvé. Gay, musulman et souriant.

* Homosexuels musulmans de France : homosexuels-musulmans.org

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Les Africains 'joueront leur rôle' pour défendre la famille traditionnelle, selon le cardinal Robert Sarah

Les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle, selon le cardinal Robert Sarah

Le cardinal guinéen Robert Sarah assure que les Africains "joueront leur rôle" pour défendre la famille traditionnelle au prochain synode d'octobre, reconnaissant des incompréhensions profond[...]

Indignation après la destruction de trésors archéologiques en Irak

Une vidéo montrant des jihadistes du groupe État islamique (EI) en train de détruire des sculptures pré-islamiques en Irak a suscité l'indignation dans le monde et la crainte que d'autres[...]

Assassinat de deux Congolais en France : un procès au goût d'inachevé

Un accusé absent condamné à 20 ans de prison, l'autre acquitté. Quatorze ans après l'assassinat mystérieux de deux Congolais en France, de nombreuses questions restent sans[...]

Retour en 5 dates sur la vie d'Earl Lloyd, légende du basket et premier joueur noir de NBA

Earl Lloyd, surnommé "The Big Cat", est décédé le 24 février à l'âge de 86 ans. Retour en cinq dates sur la carrière d'une des légendes du basket[...]

Qui est Al-Fawwaz, condamné pour les attentats de Dar es-Salaam et Nairobi en 1998 ?

Khalid al-Fawwaz, un Saoudien présenté comme un fidèle lieutenant d'Oussama Ben Laden, a été reconnu coupable de complot en lien avec les attentats contre les ambassades américaines[...]

RDC : Benoît Chatel condamné à 20 ans de prison pour le meurtre d'opposants à Kabila père

Principal accusé meurtre, il y a 14 ans en France, de deux supposés opposants à Laurent-Désiré Kabila, l'homme d'affaires belge Benoît Chatel a été condamné à[...]

France : crispations dans le monde de l'art après l'attentat contre "Charlie Hebdo"

Après les attentats des 7 et 9 janvier à Paris, plusieurs oeuvres d'art ayant trait à l'islam ont été censurées en France. Le phénomène n'est pas nouveau : art et religion[...]

"American Sniper" : quand Eastwood se tire une balle dans le pied

Annoncé en grande pompe, le nouveau long-métrage de Clint Eastwood, "American Sniper", relate le parcours d'un tireur d’élite de l'armée américaine connu pour ses exploits[...]

RDC : Kinshasa fustige les critiques du ministre belge De Croo envers le régime de Kabila

Le gouvernement congolais s'est dit "choqué" et  "fatigué des donneurs de leçons" après avoir essuyé les critiques frontales d'Alexander De Croo, le ministre belge de la[...]

Le gouvernement Valls lance une grande réforme de l'islam de France

Le gouvernement français a annoncé mercredi le lancement d’une grande réforme de l’islam de France autour d'une "instance de dialogue" censée mieux représenter les musulmans[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers