Extension Factory Builder

Ludovic-Mohamed Zahed : gay et musulman, il garde le prêche

19/04/2013 à 17:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'J'essaie d'apporter(...) ce que j'aurais aimé recevoir'. "J'essaie d'apporter(...) ce que j'aurais aimé recevoir". © Vincent fournier pourJ.A.

Premier musulman français à s'être marié religieusement avec un homme, ce croyant frondeur né en Algérie a ouvert la première mosquée accueillant gays et lesbiennes.

Un moulin à paroles. Lancé sur l'incompatibilité supposée entre l'homosexualité et le Coran, Ludovic-Mohamed Zahed ne s'arrête plus. Ce n'est plus seulement un monologue érudit revenant sur la « turpitude » des membres du peuple de Loth (les premiers à avoir commis le « péché » de l'homosexualité). C'est un prêche enflammé dans lequel le trentenaire au teint pâle, au visage émacié et à la barbe soigneusement taillée soutient qu'aucun hadith authentique remontant au Prophète ne condamne les hommes qui aiment les hommes. Ses doigts fins volent, appuient l'argument, pointent les détracteurs. Tout de sombre vêtu, avec son qamis et son pantalon noir, le tout seulement égayé par un foulard vert islam, Ludovic-Mohamed a tout du bon salafiste. Sauf qu'il porte une alliance, qui trahit son union... avec un homme. Et qu'il s'apprête à accueillir des gays et des lesbiennes dans la mosquée « progressiste » qu'il a ouverte il y a quelques semaines à Paris. Où ? Le lieu doit rester secret. « Nous tenons à ce que ceux qui nous rencontrent se sentent en sécurité. Il faut contacter notre association, HM2F*, pour connaître l'adresse. »

>> Sur le même sujet : interview vidéo de l'avocate Alice Nkom

Ludovic-Mohamed Zahed est devenu le porte-parole très médiatique de ces « muslims gays » dont beaucoup ne soupçonnaient pas l'existence. Il y a un an, il publiait Le Coran et la Chair (éd. Max Milo), un livre qui mêle souvenirs d'enfance à « Alger la blanc cassé », confessions homos et réflexion sur l'islam. Les fragments auto­biographiques qu'il égrène dans son ouvrage décrivent un douloureux chemin de croix. Né à Alger en 1978, Ludovic-Mohamed part rapidement avec ses parents s'installer à Paris, dans le 17e arrondissement. À l'école, molesté et traité de « sale rebeu », ce gamin introverti a bien du mal à se sentir français. Dans sa famille non plus, tout ne se passe pas très bien : ses manières féminines déplaisent à son père et à son frère, qui ne veulent pas qu'il devienne comme « ça », c'est-à-dire homosexuel, un mot selon lui toujours tabou dans sa communauté.

À l'âge de 16 ans, il retourne avec ses parents en Algérie. Avec humour, il décrit le pays comme sa « Terre sainte », « qui génère paix et oubli ». Il aime flâner le long des grandes artères haussmanniennes, se ressourcer dans les ruelles écrasées de soleil, se rafraîchir aux portes de la Casbah. Pourtant, le jeune homme n'est pas au bout de ses questionnements. Vu comme un Arabe en France, il est un « zmigré », un « émigré », dans son pays natal. Surtout, Ludovic-Mohamed étouffe son désir pour les hommes. Issu d'une famille peu croyante (« mon père ne fait même pas ramadan »), il cherche ses repères dans l'islam, prie des journées entières, apprend l'arabe pour décrypter le Coran. Et rejoint ses « frères » salafistes de Kouba, quartier agité de la banlieue d'Alger. Rapidement, la communauté lui fait comprendre que sa proximité avec certains frères est mal perçue.

Tiraillé entre son amour de Dieu et son amour des hommes (encore platonique), Ludovic-Mohamed traverse une crise identitaire et spirituelle, tandis que la violence se déchaîne à Alger. Nous sommes en 1997, et Zahed fait une nouvelle fois ses valises pour se rendre à Marseille.

« J'avais 20 ans, j'étais complètement perdu. Je me suis donné cinq années pour trouver une solution en me disant : si après ça ne va toujours pas, tu te suicides. » Sa reconstruction va prendre plus de temps. Il rompt brutalement avec l'islam, multiplie les histoires d'un soir, entame une relation avec un homme, qui lui révèle adhérer aux thèses du Front national... et qui lui transmet le sida. Mais bientôt, l'écorché vif se réconcilie avec lui-même. À 21 ans, il fait son coming out auprès de sa famille, qui encaisse plutôt bien. Y compris son père, qui, à sa grande surprise, promet de le soutenir « jusqu'au bout ». Il revient aussi à l'islam ainsi qu'aux études, et poursuit aujourd'hui deux doctorats, l'un en psychologie, l'autre en anthropologie. Surtout, il s'implique dans le combat militant en créant une nébuleuse d'associations, dont la dernière en date, HM2F.

« Cette structure répond à un vrai désarroi, précise-t-il. Des gens qui se tailladent les veines, qui n'ont pas de vie sexuelle... J'essaie de leur apporter l'aide que j'aurais aimé recevoir. » Et le voilà qui montre une série de textos sur son portable. « J'ai reçu ces messages d'un jeune du Togo qui avait peur : lors d'une émission sur une radio de Lomé, des auditeurs appelaient à brûler les homos. » Mais habité, rayonnant, le trentenaire garde la foi : « Je reste optimiste. Je suis sûr que nous allons vers moins de stigmatisation. » La fin du prêche s'adresse-t-elle à lui-même ? Aujourd'hui, Ludovic-Mohamed s'est trouvé. Gay, musulman et souriant.

* Homosexuels musulmans de France : homosexuels-musulmans.org

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces