Extension Factory Builder

Cameroun - Jean-Pierre Bekolo : "Un chef d'État doit rester en contact avec ses concitoyens"

28/03/2013 à 18:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Dans son dernier film, le cinéaste volontiers provocateur imagine Paul Biya quitter le pouvoir. Une oeuvre évidemment controversée à Yaoundé.

« Comment sait-on qu'il faut partir ? » s'interroge le cinéaste camerounais Jean-Pierre Bekolo dans son dernier film, Le Président. Un beau matin, la capitale camerounaise se réveille privée de celui qui dirigeait l'État depuis quarante-deux ans : « Tumulte et agitation au Palais après la disparition du président... » Enlèvement ? Assassinat ? Sorcellerie ? Non : le président s'est évadé à bord de sa berline vers les profondeurs du pays, redécouvrant la nature sauvage, la cuisine de brousse et un peuple dont il s'était longtemps coupé. L'actuel président camerounais Paul Biya n'est au pouvoir « que » depuis trente ans, mais le réalisateur ne cache pas sa parenté gémellaire avec son héros. « Le cinéma est un langage qui nous fournit des outils pour réinventer notre réalité », déclare-t-il sur son site. Sans surprise, le présent discours n'a pas eu l'heur de plaire aux autorités, et l'Institut français de Yaoundé, d'abord favorable, a renoncé à projeter le film. Explications de l'insolent.

Jeune Afrique : Pourquoi cette apparente confusion entre réalité et fiction, reportage et long-métrage ?

Jean-Pierre Bekelo : Cette forme correspond à ce que je voulais exprimer : au Cameroun, la réalité dépasse souvent la fiction et je ne pouvais me contenter de la fiction ! C'est une forme de thérapie. Tout un peuple sait que son président va partir mais personne ne peut en parler. Il y a une angoisse réelle. Tous les scénarios, même les plus apocalyptiques sont envisagés, et mon film vise à prévenir, atténuer, désamorcer cette angoisse. Il faut que les Camerounais se fassent leur propre film en regardant le mien, pour sortir de cette prison mentale qui leur interdit d'imaginer l'avenir.

Le président, au Cameroun, c'est Dieu : il voit tout, il sait tout, il peut tout.

Comment réagissez-vous au refus de l'Institut français de le projeter ?

Le directeur, que je connais, ne voyait a priori aucun problème à le projeter dans sa salle, la seule de Yaoundé. Mais après l'avoir vu, il a préféré en référer à sa hiérarchie qui a craint l'incident diplomatique dans un contexte tendu par la prise d'otage de la famille française dans le Nord. On a donc prétexté l'absence d'un droit de diffusion officiel jamais exigé jusque-là. Mon but n'était pas de créer une polémique, mais cette forme de Françafrique où le cinéaste ne peut aller au-delà d'un périmètre défini me fait un peu froid dans le dos.

La censure est-elle forte au Cameroun ?

Il s'agit surtout d'une autocensure imposée par toutes sortes de pressions, de l'intimidation à la séduction. La chaîne privée Canal 2 a ainsi complètement zappé dans sa revue de presse matinale les unes de deux quotidiens nationaux qui parlaient de mon film...

Qu'est-ce qui caractérise votre personnage présidentiel ?

Le président, au Cameroun, c'est Dieu : il voit tout, il sait tout, il peut tout. Il apparaît, il disparaît : il est dans sa sphère. Un ministre me disait récemment qu'il ne l'avait pas vu depuis 1997 ! Il y a du merveilleux dans tout cela ! Dans mon film, je l'humanise : il s'interroge, il doute et s'inquiète. Et comme lorsqu'on rend visite à un ami, on sait qu'à un moment il faut faire ses adieux, le président de mon film finit par comprendre qu'il faut partir.

Votre caméra suit un président qui redécouvre son pays...

Notre président, au Cameroun, vit cloîtré. Il est très souvent en Suisse et assiste rarement aux Conseils des ministres. Pourtant, le peuple l'aime ou l'a aimé : il lui reproche de l'avoir oublié alors que lui-même vient d'un milieu humble. Cet enfermement a produit une sorte de caste isolée bien au-dessus des préoccupations populaires. Un président doit rester en contact avec ses concitoyens, à l'image de Hugo Chávez qui a fait beaucoup rêver ici.

Biya doit-il partir à l'issue de son actuel mandat ?

Il doit au moins se poser la question ! Mon film n'est pas une ordonnance : je suis cinéaste, je scanne la société et les spectateurs font leur propre diagnostic.

Le cinéma africain a-t-il une mission spécifique selon vous ?

Le cinéma doit se réconcilier avec les Africains, leur parler et leur montrer ce qu'ils veulent voir. La gifle de Nollywood [les productions télévisuelles nigérianes, voir ci-contre, NDLR] a montré aux producteurs et aux réalisateurs du continent que les Africains veulent se voir et voir leurs histoires. Un principe cinématographique fondamental a été oublié en Afrique : le processus d'identification. Maintenant il faut aller au-delà de Nollywood et de la simple identification, faire des oeuvres qui posent les questions qui intéressent les Africains, c'est ce grand chantier qui m'intéresse.

Comment jugez-vous les productions présentées au Fespaco cette année ?

La qualité des longs-métrages m'a frappé : chapeau ! Et des pistes d'avenir très intéressantes commencent à se dessiner : une réelle poussée des jeunes créateurs, l'expansion du numérique et des débats passionnants sur l'adaptation des oeuvres littéraires du continent, un filon car les oeuvres littéraires africaines sont de très grande qualité. Mais les obstacles restent nombreux, le premier d'entre eux étant l'accès aux financements : le cinéma africain est hélas dans la misère...

________

Propos recueillis par Laurent de Saint Périer

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Cameroun : Ahmadou Ahidjo ou l'État incarné

Cameroun : Ahmadou Ahidjo ou l'État incarné

Le 30 novembre 1989, le premier président de la République du Cameroun meurt. Les politiciens de 1958 avaient cru élire cet autodidacte pour une brève transition. Vingt-quatre ans plus tard, il quitta l[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo, 25 ans d'exil funéraire

À l'occasion de la commémoration du 25 anniversaire de la mort d'Ahmadou Ahidjo, Jeune Afrique réédite une série d'articles consacrés à l'ex-président camerounais[...]

Exclusif - Centrafrique : libération au Cameroun du chef rebelle Abdoulaye Miskine

Les rebelles du Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) ont finalement obtenu la libération de leur chef, Abdoulaye Miskine, en échange de celle, effectuée la veille, du prêtre[...]

Cameroun : la présidence confirme la libération du prêtre polonais et de 15 autres otages

Dans un communiqué publié mercredi, la présidence camerounaise a confirmé la libération d'au moins 16 otages dont un missionnaire polonais, enlevés ces deux derniers mois par des rebelles[...]

Cameroun - Togo : le général Germanos de retour ?

Condamné à Paris en 2010 pour détention d'images pédopornographiques, le général français Raymond Germanos a récemment séjourné au Cameroun où il a[...]

"La trinité bantoue" : Max Lobe chez les Helvètes

En suivant les tribulations d'un sympathique antihéros, le jeune auteur camerounais Max Lobe ausculte avec empathie la société suisse... et son propre pays d'origine.[...]

Après Ebola, le virus Nipah sur les rangs...

Selon une étude américaine réalisée au Cameroun, le virus nipah a déjà infecté de nombreuses personnes en Afrique. Jusque là seulement observé en Asie, il est[...]

Cameroun - Épervier : Gervais Mendo Ze, fric et frasques

Limogé il y a neuf ans, l'ex-directeur de la Radiotélévision du Cameroun a été arrêté. Rattrapé par l'opération anticorruption Épervier.[...]

CAN 2015 : Sénégal, Afrique du Sud, Cameroun, Zambie, Burkina et Gabon qualifiés

Le Sénégal d'Alain Giresse, l'Afrique du Sud, le Cameroun, la Zambie, le Burkina Faso et le Gabon se sont qualifiés samedi pour la CAN 2015, lors de l'avant-dernière journée des [...]

Cameroun : l'affaire Yen Eyoum rebondit

L'affaire Lydienne Yen Eyoum va-t-elle rebondir en France, alors que l'avocate franco-camerounaise a été condamnée à vingt-cinq ans de prison au Cameroun en septembre ? C'est en tout cas le souhait de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces