Extension Factory Builder

Zakaria Laya : mécanicien du corps

28/03/2013 à 16:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Multidiplômé, ce Tchadien est devenu le chef du service de chirurgie orthopédique et de traumatologie de l'hôpital de Saint-Quentin, en Picardie.

On ne peut pas le manquer. À la sortie de la vieille ville, le centre hospitalier général (CHG) de Saint-Quentin s'élève, imposant sa stature massive au milieu des habitations paisibles de cette commune située à une heure de train de Paris. C'est le plus important complexe médical de la Picardie, région du nord de la France.

Dans ce dédale de verre et de béton, le docteur Zakaria Laya, 51 ans, n'est pas un anonyme. Trouver celui que le personnel décrit comme un homme sympathique, affable, n'est donc guère difficile. Blouse blanche de rigueur, le chirurgien à la chevelure grisonnante est plus habitué à se déplacer qu'à recevoir. Dans les chambres du service de chirurgie orthopédique et traumatologique, qu'il dirige, ou au bloc opératoire, où il répare inlassablement des articulations abîmées. Le reste du temps, il parcourt des kilomètres afin d'assister le procureur de la République qui le sollicite pour des expertises médico-légales. Une spécialité que le praticien a ajoutée à sa formation « parce qu'après la mort il faut quand même le médecin ». Cette compétence supplémentaire, acquise dans sa quarantième année, n'est que l'un des jalons posés dans une carrière que le chirurgien affirme avoir construite instinctivement. Cette réussite acquise dans le labeur, il est fier de l'afficher : dans son bureau, aux côtés de la carte géante de son Tchad natal qui orne le fond de la pièce, figurent tous les précieux diplômes accumulés, tels des trophées. Douze, comme les travaux d'Hercule.

Exil

Dans l'adolescence, les troubles qui surviennent au pays ébranlent les rêves d'études supérieures. En 1978, Zakaria Laya a 17 ans, et il n'est qu'en seconde quand surviennent les premières manifestations de la révolution. Pendant les trois années qui suivent, les cours sont suspendus jusqu'à l'éclatement de la guerre, en 1981. Cette date sera celle de l'exil. « Ce sont les efforts de ma famille, surtout ceux de mon grand frère et de son épouse qui m'ont permis de venir en France afin de poursuivre mon cursus », témoigne le chirurgien avec gravité. Il faut alors engager une difficile bataille pour rattraper le retard accumulé malgré lui. Durant la période d'exception, le lycéen sans école qu'il était s'est formé comme il a pu, seul. Chaque fin d'année, il passait en classe supérieure. Arrivé à Paris au niveau de la terminale, le redoublement lui est imposé avant le passage du baccalauréat français. Commence alors un long processus de sélection propre à la voie que le bachelier s'est choisie, encouragé par son aîné, Brahim, aujourd'hui médecin général de l'armée tchadienne. Médecine, avec un penchant affirmé pour la biomécanique.

« Tout petit déjà, je démontais la radio de mon père et j'essayais de la réparer, se remémore le docteur. J'ai choisi la chirurgie, parce que les résultats sont nets et rapides, et l'orthopédie comme spécialité parce qu'elle a ceci de simple : si vous réussissez votre opération, la radio est là pour le dire. Et ça se voit sur les gens en les regardant marcher ! » L'écrémage a lieu dès la première année, réputée la plus ardue. « Sur 900 candidats, on n'en prenait que 85, et parmi ce petit nombre il n'y avait que cinq places pour les étudiants étrangers, comme moi », commente le « miraculé ». Puis le concours de l'internat intervient au bout de la sixième année : « Là encore, sur 4 000 candidats régionaux, seuls 600 ont été retenus. Et il fallait encore un classement favorable pour pouvoir choisir sa spécialisation. »

Les portes s'ouvrent au centre hospitalier universitaire (CHU) d'Amiens, où s'enchaînent le doctorat de médecine, le diplôme de chirurgie générale, d'orthopédie, de médecine légale et d'expertise médicale. Puis vient la candidature pour devenir chef de clinique : « Nous étions sept pour deux places. » Il l'emporte. En 2000, quand le chef de service sortant au CHG de Saint-Quentin prend sa retraite, c'est au docteur Laya que l'on fait appel.?Au cours de cette seconde vie, ce père de trois filles marié à une Française s'est enraciné en terre picarde. Mais le pays n'est jamais loin. Avec d'autres immigrés tchadiens et au travers de l'association Enfance Tchad Espoir (ETE), le chirurgien fait acheminer du matériel médical dans des établissements hospitaliers du pays. Et, régulièrement, il y retourne avec femme et enfants pour rendre visite à sa mère restée à Bongor, dans le Mayo-Kebbi (Sud-Est).

S'agissant du secteur médical de son pays, l'orthopédiste préfère s'impliquer en opérant, dans un cadre humanitaire, plutôt que d'en parler : « Le système est à réorganiser, se borne-t-il à commenter. Il faut prendre en compte ce qui existe et l'améliorer. C'est à ceux qui y travaillent d'exprimer la demande, et à nous, la diaspora, d'apporter un complément. »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

AUTRES

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Internet en accès libre en Afrique, bientôt une réalité ?

Facebook a lancé jeudi l'application mobile Internet.org destinée à permettre un accès gratuit à quelques services de base sur internet. Pour l'instant, elle n'est accessible qu'en Zambie.[...]

RDC - Congo : Birori ou Etekiama ? Un footballeur rwandais soupçonné de double identité

Le Congo a posé une réclamation auprès de la CAF après sa victoire face au Rwanda (2-0, le 20 juillet) à propos du Rwandais Dady Birori. Lequel possèderait une autre identité en R[...]

Niger : de si précieux services de renseignement

Consacré aux services de renseignement (SR) du Niger, ce billet de Laurent Touchard* présente quels sont leurs organismes, leur rôle, les défis auxquels ils aujourd'hui confrontés, alors que l[...]

Soudan du Sud : la reprise des négociations entre Kiir et Machar reportée au 4 août

Initialement prévue pour cette semaine, la reprise des négociations pour mettre fin à la guerre civile au Soudan du Sud aura finalement lieu le 4 août.[...]

Michelle Obama : "Le sang de l'Afrique coule dans mes veines"

La First Lady américaine Michelle Obama a fièrement rappelé mercredi ses "racines africaines" dans un discours devant les futurs leaders du continent, réunis dans le cadre d'une bourse d'&eacu[...]

Gastronomie sud-africaine : Kobus Botha, captain Barbecue !

Ogre sympathique et farceur, le Sud-Africain Kobus Botha fait découvrir aux Français la gastronomie populaire de son pays. Sa spécialité ? Le braai.[...]

Gaza : "La guerre de vingt jours"

Nous avons senti, en juin dernier, que le Hamas, qui règne sur Gaza depuis 2007, et l'Israël de Benyamin Netanyahou - premier ministre depuis mars 2009 -, voulaient en découdre. Les décl[...]

"L'ombre d'une différence" : et il est comment le dernier Sefi Atta ?

Dans la même veine que son best-seller Le meilleur reste à venir, couronné par le prix Wole-Soyinka en 2006, le dernier livre de Sefi Atta nous fait vivre les questionnements d'une trentenaire nig&eacut[...]

Sommet États-Unis-Afrique : guest-stars et liste noire

À quelques jours du sommet, les délégations du sommet États-Unis-Afrique, qui se tient à Washington du 4 au 6 août, peaufinent leurs dossiers. Surtout celles des invités de derni[...]

Gaza : Égypte, Qatar, Iran, Turquie... un trafic d'influence meurtrier

Qui tire les ficelles du théâtre de la guerre ? Ultranationalistes israéliens, islamistes palestiniens, mais aussi Égypte, Qatar, Iran et même Turquie... Autant d'acteurs qui poussent leurs[...]

France : Benjamin Stora nommé à la tête de la Cité de l'histoire de l'immigration

L'historien spécialiste du Maghreb Benjamin Stora a été nommé vendredi par le Premier ministre français Manuel Valls à la tête de la Cité nationale de l'histoire de l'immigrat[...]

Côte d'Ivoire : payez (mieux) ceux que vous publiez !

Le Conseil national de la presse exige des éditeurs qu’ils appliquent la convention collective et augmentent le salaire des journalistes. OK, disent les patrons, mais pas avant 2015.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers