Extension Factory Builder

France : Didier Le Bret, l'homme des zones rouges

19/03/2013 à 12:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Didier Le Bret, alors ambassadeur de France en Haïti (2009-2012). Didier Le Bret, alors ambassadeur de France en Haïti (2009-2012). © AFP

Depuis son arrivée, en janvier, à la tête du centre de crise du Quai d'Orsay, Didier Le Bret n'a pas vraiment chômé !

Didier Le Bret n'est ni un juge traquant les biens mal acquis ni un militant des droits de l'homme. C'est un diplomate souriant et affable qui, à l'époque où il était ambassadeur de France en Haïti (2009-2012), était à tu et à toi avec le président Martelly. Il n'empêche : il pourrait bien devenir l'une des bêtes noires des chefs d'État africains.

Directeur du centre de crise du ministère français des Affaires étrangères depuis le début de l'année, c'est lui qui établit la liste des régions du monde que les ressortissants français ont intérêt à éviter. Il y a quelques années, le centre avait indisposé les autorités maliennes en déconseillant les régions touristiques de Tombouctou et de Hombori.

De même, il a, le mois dernier, suscité l'ire du président Thomas Boni Yayi en plaçant en zone rouge (« formellement déconseillé ») le nord du Bénin... Les décisions prises dans ce petit département de 56 personnes au deuxième étage de l'une des ailes du Quai d'Orsay ont une influence directe sur la venue ou le départ des ONG, des entreprises et des touristes français.

Ce travail n'est pas une science exacte. Mais il doit être le plus objectif possible.

Le Bret n'est pourtant pas seul à décider. Dans la salle de réunion du centre de crise, un grand écran permet de dialoguer en direct avec les ambassadeurs sur le terrain. « Ce sont eux qui ont le dernier mot », explique un collaborateur du directeur. Mais il arrive que la décision soit prise dans le bureau du ministre ou à l'Élysée. « Ce travail, explique Le Bret, n'est pas une science exacte. Mais il doit être le plus objectif possible, car il ne doit pas faire l'objet de négociations entre gouvernements. » Après l'enlèvement d'une famille française au Cameroun, le Quai a été accusé de ne pas avoir anticipé les risques : « Il n'y avait pas d'informations probantes concernant un éventuel danger. » Surtout, « ce n'est pas parce qu'il y a un risque quelque part que, mécaniquement, toute la région doit être déconseillée ». 

"Conseils aux voyageurs"

La guerre au Mali a changé la donne en Afrique de l'Ouest, où vivent plusieurs dizaines de milliers de Français (près de 35 000 au Sahel). Sur la carte des « conseils aux voyageurs », le rouge ne cesse de gagner du terrain. « On la modifie dès qu'un nouvel élément nous est communiqué », indique un fonctionnaire.

Mais ce n'est pas tout : il faut aussi gérer les catastrophes naturelles, venir en aide aux Français en difficulté à l'étranger, suivre les dossiers des otages... Heureusement que Le Bret n'en est pas à sa première crise. Ne fut-il pas en première ligne lors du séisme de 2010 en Haïti et de l'épidémie de choléra qui s'ensuivit ? 

_________________

Par Rémi Carayol

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

États-Unis : le couple Obama parle de son expérience du racisme

Dans un entretien publié mercredi sur le site du magazine "People", le président américain, Barack Obama, et son épouse, ont révélé quelques actes de racisme ordinaire don[...]

États-Unis : 70 ans après son exécution, un Africain-Américain de 14 ans innocenté

Une juge de Caroline du Sud vient d'annuler la condamnation à mort de George Stinney, un afro-américain de 14 ans exécuté le 16 juin 1944 dans une prison de Columbia pour le meurtre supposé de[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Diaspora : Consuelo Cruz Arboleda, Africaine-Sud-Américaine

Depuis presque dix ans, cette Colombienne installée à Madrid coordonne le groupe afro-socialiste au sein du Parti socialiste ouvrier espagnol.[...]

États-Unis : torture sans limites pendant la présidence de George W. Bush

Durant la présidence de George W. Bush, sous couvert de guerre contre le terrorisme, la CIA a eu recours à la torture. Avec une cruauté sans bornes, selon un rapport accablant du Sénat[...]

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-foods africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-foods africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers