Extension Factory Builder

France : Didier Le Bret, l'homme des zones rouges

19/03/2013 à 12:09
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Didier Le Bret, alors ambassadeur de France en Haïti (2009-2012). Didier Le Bret, alors ambassadeur de France en Haïti (2009-2012). © AFP

Depuis son arrivée, en janvier, à la tête du centre de crise du Quai d'Orsay, Didier Le Bret n'a pas vraiment chômé !

Didier Le Bret n'est ni un juge traquant les biens mal acquis ni un militant des droits de l'homme. C'est un diplomate souriant et affable qui, à l'époque où il était ambassadeur de France en Haïti (2009-2012), était à tu et à toi avec le président Martelly. Il n'empêche : il pourrait bien devenir l'une des bêtes noires des chefs d'État africains.

Directeur du centre de crise du ministère français des Affaires étrangères depuis le début de l'année, c'est lui qui établit la liste des régions du monde que les ressortissants français ont intérêt à éviter. Il y a quelques années, le centre avait indisposé les autorités maliennes en déconseillant les régions touristiques de Tombouctou et de Hombori.

De même, il a, le mois dernier, suscité l'ire du président Thomas Boni Yayi en plaçant en zone rouge (« formellement déconseillé ») le nord du Bénin... Les décisions prises dans ce petit département de 56 personnes au deuxième étage de l'une des ailes du Quai d'Orsay ont une influence directe sur la venue ou le départ des ONG, des entreprises et des touristes français.

Ce travail n'est pas une science exacte. Mais il doit être le plus objectif possible.

Le Bret n'est pourtant pas seul à décider. Dans la salle de réunion du centre de crise, un grand écran permet de dialoguer en direct avec les ambassadeurs sur le terrain. « Ce sont eux qui ont le dernier mot », explique un collaborateur du directeur. Mais il arrive que la décision soit prise dans le bureau du ministre ou à l'Élysée. « Ce travail, explique Le Bret, n'est pas une science exacte. Mais il doit être le plus objectif possible, car il ne doit pas faire l'objet de négociations entre gouvernements. » Après l'enlèvement d'une famille française au Cameroun, le Quai a été accusé de ne pas avoir anticipé les risques : « Il n'y avait pas d'informations probantes concernant un éventuel danger. » Surtout, « ce n'est pas parce qu'il y a un risque quelque part que, mécaniquement, toute la région doit être déconseillée ». 

"Conseils aux voyageurs"

La guerre au Mali a changé la donne en Afrique de l'Ouest, où vivent plusieurs dizaines de milliers de Français (près de 35 000 au Sahel). Sur la carte des « conseils aux voyageurs », le rouge ne cesse de gagner du terrain. « On la modifie dès qu'un nouvel élément nous est communiqué », indique un fonctionnaire.

Mais ce n'est pas tout : il faut aussi gérer les catastrophes naturelles, venir en aide aux Français en difficulté à l'étranger, suivre les dossiers des otages... Heureusement que Le Bret n'en est pas à sa première crise. Ne fut-il pas en première ligne lors du séisme de 2010 en Haïti et de l'épidémie de choléra qui s'ensuivit ? 

_________________

Par Rémi Carayol

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Ebola : cinq nouveaux cas par heure en Sierra Leone ?

Ebola : cinq nouveaux cas par heure en Sierra Leone ?

La progression d'Ebola n'en finit plus d'affoler à travers le monde. Jeudi, une conférence s'est ouverte à Londres afin d'appeler la communauté internationale à accroître son aide financi[...]

Guinée forestière - Ebola : militaire, vraiment, l'hôpital de Hollande ?

L'hôpital militaire français, géré par la Croix-Rouge, qui va être mis en place en Guinée forrestière accueillera-t-il vraiment des militaires ?[...]

Les sons de la semaine #16 : MR Bongo, The Afrorockerz, Faada Freddy, Cheb Hasni...

Bienvenu dans notre d'horizon hebdomadaire des musiques noires ![...]

Ebola au Texas : plusieurs personnes infectées par le patient libérien ?

Aux États-Unis, deux jours après l'identification d'un patient infecté par le virus Ebola, les autorités texanes recherchent toutes les personnes qui auraient pu être contaminées à[...]

France - Edwy Plenel : "La banalisation de la xénophobie n'a pas d'étiquette politique"

Le journaliste et fondateur de "Médiapart", Edwy Plenel, vient de publier un manifeste intitulé "Pour les musulmans". Nous l'avons rencontré.[...]

Immunité routière pour diplomates africains à New York ?

Les Africains occupent une place de choix dans le classement des diplomates qui paient le moins leurs contraventions à New York.[...]

Inde : quand la foule passe à tabac des étudiants africains dans le métro

Trois étudiants africains ont été violemment pris à partie, dimanche 28 septembre, par une foule d’Indiens dans le métro de New Delhi. La scène, filmée par des passants, a[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Ebola : un premier cas d'infection diagnostiqué aux États-Unis

Un homme, dont l'identité n'a pas été précisée mais ayant effectué un voyage au Liberia, a été hospitalisé au Texas (sud des États-Unis). Plusieurs[...]

Jean-Luc Parodi : "Sarkozy vainqueur ? Sans doute, mais dans quel état !"

Conseiller pour les affaires politiques à l'Ifop, le politologue Jean-Luc Parodi est convaincu que l'ancien président ne sortira pas indemne de la course d'obstacles qui l'attend jusqu'en 2017.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers