Extension Factory Builder

MC Jean Gab'1 : sang et lumière

04/03/2013 à 12:34
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mc Jean Gab1. Mc Jean Gab1. © DR

Dur et tendre, ancien repris de justice et rapeur, ce Français d'origine camerounaise signe une autobiographie à fleur de peau.

Le bon, la brute et le truand... Voilà qui pourrait résumer MC Jean Gab'1. Solide gaillard de 46 ans à la gouaille sortie tout droit d'un dialogue de Michel Audiard, le rapeur et acteur français est un dur, un vrai. De la trempe de ceux qui foncent tête baissée, parce que rien ne saurait les détourner de leur route. Quand bien même la prison ou la mort les attendrait au bout du chemin.

Le trou, Jean Gab'1 en maîtrise si bien les codes qu'il a pu, parfois, s'y sentir chez lui. Braqueur de banques, trafiquant d'armes, de cocaïne, proxénète, Charles M'Bouss, de son vrai nom, n'a pas vraiment le profil du gendre idéal. Et pourtant, ses trois premiers séjours derrière les murs de Fleury-Mérogis, ce fils de Camerounais, venus gagner leur vie en France dans les années 1960, les a accomplis pour des actes dont la justice l'exonérera plus tard. De quoi accentuer le gouffre qui sépare l'apprenti gangster de la société. « Grâce ou à cause de la justice et de ses corbacs bienveillants, j'étais révolté, comme seuls des séjours en prison peuvent te rendre, et j'allais faire des rencontres qui verrouilleraient mon esprit en mode criminel », écrit Jean Gab'1 dans une autofiction qui vient de paraître*.

Aspiré par les abîmes du crime, cet adepte de boxe, de lutte et de krav maga (méthode d'autodéfense israélienne) ne recule devant rien. Et en veut toujours plus. Par le hasard d'une rencontre, il se retrouve à Berlin, où il braque banques et bijouteries. Cette fois, c'est la prison pour de bon et pour trente-trois ans. Il en fera huit. La mort, elle, a toujours plané sur son destin. Dès ses 10 ans. Quand son père assassine sa mère, un jour de mai 1977. « À cet instant-là [...], le monde m'a perdu, confie-t-il, lucide. Je suis mort-vivant depuis [...]. L'envie d'en finir ne m'a jamais quitté. » Toute l'histoire de Jean Gab'1 est désormais une fuite en avant, une course effrénée et autodestructrice. « Une fois que je suis lancé, rien ne peut plus m'arrêter. J'ai vécu à 200 à l'heure, explique-t-il aujourd'hui. C'est une attitude suicidaire. »

Le père en prison, la fratrie de treize enfants est placée à la Ddass, où le petit Charles va « apprendre la haine et l'ennui ». Le racisme, aussi. Et l'injustice chez les bonnes soeurs qui l'enferment dans une cave noire après qu'il s'est confessé. Première expérience de l'emprisonnement. Pour surmonter sa peur, il se parle à lui-même. C'est cette technique qui lui permettra de survivre à ses années passées en « calèche » et qui développera son talent de conteur de rue. Le phrasé aguerri, le verbe cru, la voix grave, Jean Gab'1 a une tchatche faite pour le rap - Doc Gynéco en est convaincu. Son truc, ce n'est pas le verlan des jeunes banlieusards, mais l'argot des titis parisiens, celui des Tontons flingueurs. Et quand il enregistre son premier succès, J't'emmerde, c'est pour régler ses comptes avec le milieu du hip-hop français, avec qui il a maille à partir. Grâce à l'acteur français d'origine marocaine Saïd Taghmaoui, Jean Gab'1 tourne dans quelques films (Chacun cherche son chat, Banlieue 13...) et gagne sa vie honnêtement pour la première fois !

De quoi l'encourager à s'extraire de cette spirale infernale qui l'emporte depuis le meurtre de sa mère. À sa sortie de prison en 1994, il a besoin d'un exutoire et se met à écrire. « Je ne me sentais pas les burnes suffisantes pour pondre un bouquin, avoue cet écorché vif. Mais en lisant Chester Himes et Iceberg Slim, je me suis dit que je n'étais pas obligé d'écrire comme Dumas. » Jean Gab'1 se met à nu. « C'est vrai, admet-il, j'ai du raisiné sur les paluches. On vit avec ça comme un boucher qui dépèce un cochon.[...] Mais tout ce que j'ai fait, je peux l'assumer devant un tribunal et devant ma fille. » S'il n'a pas perdu toute son humanité, c'est grâce à sa grand-mère. « Elle est morte quand on a tué sa fille. Elle est alors venue en France pour nous. Elle n'avait pas d'argent, créchait dans une chambre de bonne. Elle a fait en sorte que je sache que je viens un peu du Cameroun, qu'il n'y avait pas que de la blanquette de veau dans mon histoire. »

Avec Sur la tombe de ma mère, Jean Gab'1 est entré en littérature comme d'autres montent sur un ring, avec une rage de terrasser ses adversaires et de vaincre ses démons. Son livre est une revanche et un appel au secours. L'auteur le reconnaît à demi-mot : « Il ne me reste plus que quatre ans pour m'en sortir. Si je n'y suis pas arrivé à 50 ans, c'est que j'aurai tout foutu en l'air. J'ai fait 55 % du chemin. Ce qui me manque le plus pour y arriver : un bon entourage... et un agent qui me propose autre chose que des rôles de bamboula. » Il lui faudra aussi parvenir à faire le deuil de sa mère. Difficile sans pouvoir se recueillir sur sa sépulture. « Ma mère a été inhumée au Cameroun, mais personne de ma famille ne sait où, car mon daron, ce trou de balle, n'a rien trouvé de mieux que de se sauver avec la pierre tombale. Mais j'irai et je trouverai, c'est mon devoir. » Le combat continue.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces