Extension Factory Builder

Afrique du Sud : Mamphela Ramphele, Superwoman contre Zuma

27/02/2013 à 21:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ancienne présidente de Gold Fields, Mamphela Ramphele vient de fonder le mouvement Agang. Ancienne présidente de Gold Fields, Mamphela Ramphele vient de fonder le mouvement Agang. © Stephane de Sakutin/AFP

Compagne du défunt Steve Biko et égérie de la lutte antiapartheid, la femme d'affaires Mamphela Ramphele, ex-directrice générale à la Banque mondiale, se lance dans la bataille pour les élections générales de 2014.

Elle est apparue dans l'une de ses tenues traditionnelles, noire et blanche, pour défier le président sud-africain Jacob Zuma. Mamphela Ramphele, 65 ans, une ancienne pasionaria de la lutte antiapartheid devenue universitaire et femme d'affaires, s'est officiellement lancée, le 18 février, dans la bataille pour les élections générales de 2014, après avoir entretenu le suspense des semaines durant. « Notre pays est en danger, parce que nombre de nos responsables ont pour seul moteur leurs intérêts particuliers. Construisons notre nation pour en faire le pays de nos rêves », a-t-elle asséné avec des accents rappelant tantôt Nelson Mandela, tantôt Barack Obama.

Bien qu'elle ait fait peu de propositions concrètes, son discours sonne juste. Suffira-t-il à déstabiliser Jacob Zuma ? Réélu triomphalement en décembre dernier à la tête du Congrès national africain (ANC, au pouvoir), le président semble pour le moment promis à occuper la scène jusqu'en 2019 alors que, depuis son arrivée au pouvoir, en 2009, il n'est pas parvenu à résoudre les principaux problèmes du pays (croissance faible, chômage de masse, inégalités...).

Notre pays est en danger, parce que nombre de nos responsables ont pour seul moteur leurs intérêts particuliers, fustige-t-elle.

Ancienne directrice générale à la Banque mondiale chargée du développement humain, présidente de la compagnie minière Gold Fields (elle a démissionné le 13 février), Mamphela Ramphele a les compétences pour dirigintérêter la plus grande économie du continent. La presse financière anglo-saxonne a d'ailleurs réservé un accueil bienveillant à sa candidature. Mais son principal atout reste son passé de combattante anti­apartheid. Dans les années 1960, alors qu'elle était étudiante en médecine, elle fut l'un des principaux leaders du Black Consciousness Movement, plus radical que l'ANC (qui était en exil à l'époque), aux côtés de l'icône Steve Biko. Lorsque celui-ci mourut dans les geôles du régime, en 1977, Ramphele était enceinte de lui et assignée à résidence.

Flou

L'image d'une héroïne noire de la lutte contre l'apartheid est justement ce qui fait défaut à l'Alliance démocratique (DA), le principal parti d'opposition, qui, malgré des résultats en progression constante (jusqu'à 24 % lors des municipales de 2011), n'a jamais pu contester la suprématie de l'ANC. D'après la presse sud-africaine, Helen Zille, la dirigeante (blanche) de la DA, avait d'ailleurs proposé à Ramphele de rejoindre sa formation l'année dernière.

L'intéressée a clairement affirmé son intention de concourir elle-même en 2014, mais n'a pas totalement exclu de conclure des alliances, en maintenant le flou sur les contours de son mouvement, baptisé Agang (« construire », en langue sotho). « Je travaille à la formation d'un parti-plateforme politique », a-t-elle déclaré. Il ne lui reste que quatorze mois pour acquérir une base populaire, et elle part de loin, étant « soutenue par une équipe dynamique de cinq personnes ».

Les syndicats, notamment de mineurs, qui n'apprécient guère ses propositions pour réformer ce secteur-clé de l'économie sud-africaine (mécaniser les mines et recruter moins de travailleurs, mieux qualifiés), lui sont hostiles. « Nous espérons sans y croire qu'il ne s'agit pas d'une initiative américaine visant à déstabiliser notre pays », a renchéri Gwede Mantashe, le secrétaire général de l'ANC, s'appuyant sur des informations selon lesquelles Mamphela aurait commencé à lever des fonds aux États-Unis. Dernier obstacle sur sa route : le système politique sud-africain, fondé sur des scrutins de listes fermées, qui privilégie les partis bien implantés plutôt que les candidats isolés, si talentueux soient-ils.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Afrique du sud

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue 'dircab' de ministère à 25 ans

Afrique du Sud : Twitter fustige la fille Zuma, devenue "dircab" de ministère à 25 ans

Depuis les révélations du "Mail and Guardian" le week-end dernier sur le parachutage de Thuthukile Zuma, la fille du président sud-africain, au poste de directrice de cabinet au ministère des [...]

Sida : la circoncision réduit aussi le risque de contamination des femmes

Recommandée par l'OMS dans 14 pays africains, la circoncision réduit les risques de contamination par le VIH pour les hommes. Une étude vient de démontrer que ce constat est également valable[...]

Nadine Gordimer l'Africaine

Décédée à l'âge de 90 ans le 13 juillet, la Prix Nobel de littérature aura été une militante antiapartheid de la première heure. Elle laisse une[...]

Nadine Gordimer : disparition d'une voyante

Cette femme déterminée représentait une face de l'Afrique du Sud dont elle donnait une vision sans concession. Tout en défendant une conception exigeante de l'écrivain.[...]

Nadine Gordimer : un si long chemin

L'auteure du Conservateur, Booker Prize 1974, a porté jusqu'au bout un rêve : celui du premier jour après le racisme.[...]

Nadine Gordimer, celle qui tient tête

Frêle mais jamais fragile, l'écrivaine engagée aura affiché une volonté à toute épreuve, refusant les faux-fuyants. Portrait.[...]

Omedeto Fugard, l'Afrique et la Fondation Zinsou !

Ou "bravo", en japonais... Pour la première fois, un créateur du continent, Athol Fugard, reçoit le "prix Nobel des arts". La Fondation Zinsou, au Bénin, est elle aussi[...]

Quand Nadine Gordimer invitait Jeune Afrique à dénoncer la pauvreté

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. Une figure de l'engagement contre l'appartheid dont[...]

L'Afrique du Sud honore son premier Mandela Day depuis la mort de l'icône

L’Afrique du sud fêtait vendredi l’anniversaire de Nelson Mandela, qui aurait eu 96 ans. Comme c’est désormais la tradition depuis 2010, chaque citoyen était invité à donner 67[...]

Afrique du Sud : Nadine Gordimer et la transition postapartheid

Prix Nobel de littérature en 1991, la romancière sud-africaine Nadine Gordimer est décédée le 13 juillet à l'âge de 90 ans. "Jeune Afrique" réedite une interview de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers