Extension Factory Builder
21/02/2013 à 16:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Directeur honoraire du Centre ivoirien de recherches économiques et sociales (Cires) et ancien administrateur de la BAD.

La Côte d’Ivoire s’est fixé pour objectif de devenir un pays émergent à l’horizon 2020. Cette ambition ne peut aboutir que si les tensions politiques qui persistent actuellement ne dégénèrent pas en conflits destructeurs. Raison pour laquelle, parmi de nombreuses options, la réconciliation me semble s’imposer comme le chantier le plus important pour l’avenir du pays.

L’enjeu n’a pas échappé aux autorités ivoiriennes. D’où la création d’une Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), par une ordonnance du 13 juillet 2011. Étant donné que le temps qui lui est imparti est de deux ans, les Ivoiriens et les amis de la Côte d’Ivoire s’interrogent et s’inquiètent. Le pays sera-t-il réconcilié à l’échéance ?

La principale clé pour réussir, et qui fait pour l’instant défaut, est, selon moi, la méthode de convergence. J’entends, par ce concept, une démarche inclusive, ordonnée et séquentielle, dont les étapes successives, si elles sont respectées, se renforcent mutuellement pour faire converger le pays vers la réconciliation. Quelles sont ces étapes dans la quête de la réconciliation en Côte d’Ivoire ?

Cessation des hostilités

Je ne retiendrai ici que les trois plus importantes. La première porte sur la formation d’une tierce partie (TP). Cet ensemble de personnes dont la vocation est de travailler pour réconcilier les belligérants est formé d’une première composante, issue des deux camps en conflit, dite tierce partie intérieure (TPI), et d’une autre, extérieure au conflit, dite tierce partie extérieure (TPE). La TPI s’accorde pour obtenir la cessation des hostilités et la définition des principes de la réconciliation (elle ne peut être efficace que si elle compte parmi ses membres les leaders des protagonistes – c’était le cas de Nelson Mandela et de Frederik De Klerk en Afrique du Sud). Pour sa part, la TPE se charge d’affiner ces principes et de les appliquer.

Cette étape est-elle honorée en Côte d’Ivoire ? Ici, ce qui m’apparaît comme la TPI est le Cadre permanent de dialogue (CPD), la CDVR représentant, elle, la TPE. Or il y a lieu de s’inquiéter, car comment la CDVR peut-elle être efficace alors que la création du CPD lui est postérieure et que les principes de la réconciliation, en discussion au sein de cette instance, ne sont pas encore définis ?

Deuxième étape incontournable : la cessation des hostilités, à savoir les agressions militaires et physiques, bien entendu, mais aussi les privations de liberté, les attaques verbales, les répressions d’ordre professionnel, économique et financier, etc. Pendant et après la transition, aucun des belligérants ne doit poser d’acte en rapport avec le conflit et qui ouvre de nouvelles blessures.

Justice de réconciliation

Qu’est-ce que l’on constate en Côte d’Ivoire ? Alors que la CDVR est en activité, toutes formes d’hostilité se poursuivent, ouvrant chaque jour de nouvelles blessures.

L’accord sur les instruments de la réconciliation, c’est-à-dire sur les vérités à mettre au jour, sur les justices à actionner, etc., constitue à mon sens une troisième étape majeure. En l’occurrence, si l’on s’en tient à la problématique judiciaire, durant une transition, la tierce partie tient à sa disposition la justice pénale et la justice de réconciliation. Or je pense que, pour des crimes de masse, la justice pénale est inappropriée. C’est la justice de réconciliation qui devrait tenir le premier rôle, à condition qu’elle ne juge que les prévenus qui avouent leurs crimes et s’en repentent. Les autres doivent être traduits devant la justice pénale.

En Côte d’Ivoire, ces différentes justices sont-elles mises à contribution de manière articulée ? À ma connaissance, non. Les autorités judiciaires pratiquent la justice pénale comme si le pays n’était pas en transition vers la réconciliation. Pour que cette dernière réussisse, je ne saurais donc trop recommander l’utilisation de la méthode de convergence.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Drissa Traoré : 'Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs'

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques son[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers