Extension Factory Builder

Sénégal - Aminata Touré : "Les Africains doivent être jugés en Afrique"

18/02/2013 à 07:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Aminata Touré a été la directrice de cabinet de Macky Sall. Aminata Touré a été la directrice de cabinet de Macky Sall. © Guillaume Bassinet pour J.A.

Jamais Habré n'avait paru aussi près de se retrouver devant un juge. Jamais autant de politiques n'avaient eu à s'expliquer sur leur patrimoine... Rencontre avec Aminata Touré, une ministre sénégalaise de la Justice bien décidée à en découdre.

La lutte contre l'impunité est son leitmotiv. En neuf mois, la ministre de la Justice de Macky Sall a concrétisé l'ouverture officielle, après des années d'atermoiements, de la procédure judiciaire initiée au Sénégal contre l'ancien président tchadien Hissène Habré. À 50 ans, Aminata Touré défend bec et ongles l'opportunité des enquêtes qui ont amené une ribambelle de poids lourds de l'ère Wade à s'expliquer sur l'état - jugé un peu trop florissant depuis leur passage aux affaires - de leur patrimoine. Ancienne militante étudiante, passée par la Ligue communiste des travailleurs avant de rejoindre le Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap), puis le cabinet de Macky Sall en 2010, elle entend bien incarner la rupture de gouvernance promise par le chef de l'État.

Jeune Afrique : Le tribunal spécial chargé de juger Hissène Habré a démarré ses activités. Les chambres africaines extraordinaires ont été inaugurées le 8 février. Treize ans après le dépôt des premières plaintes, la procédure est donc enfin sur les rails ?

Aminata Touré : Nous avions donné notre parole que ce procès, dont on parle depuis si longtemps, se tiendrait dans un délai raisonnable. C'est une date historique aussi bien pour la justice internationale que pour la justice africaine. L'enjeu était de montrer que l'Afrique est capable, en 2013, de tenir un procès de ce type conformément aux standards internationaux.

Comment cette procédure se déroulera-t-elle ?

L'instruction va commencer, avec la collecte de preuves et des témoignages. Cette première phase est évaluée à dix-sept mois. Une fois que des éléments suffisamment solides auront été réunis, ils seront transmis à la chambre d'accusation, comme dans une procédure pénale classique.

L'État sénégalais a longtemps paru traîner les pieds. Qu'est-ce qui explique la différence d'approche constatée depuis l'arrivée au pouvoir de Macky Sall ?

C'est une question de volonté politique, tout simplement. On ne pouvait pas parler de lutte contre l'impunité au Sénégal et ne pas tenir nos engagements concernant ce procès. D'autant que la Cour internationale de justice nous a clairement fait injonction, en juillet 2012, de juger M. Habré ou de l'extrader. Nous estimons que les Africains doivent être jugés en Afrique. Un tel procès aura un caractère à la fois historique et pédagogique.

Le procès de Hissène Habré aura un caractère à la fois historique et pédagogique.

L'avocat français de Hissène Habré a adressé une lettre au chef de l'État dénonçant un « déni de justice »...

Me François Serres aura toute latitude pour faire valoir ses arguments dans le cadre de la procédure. Ne faisons pas jeûne avant carême ! Je le renvoie à la décision rendue en juillet 2012 par la Cour internationale de justice, que j'ai déjà évoquée.

Au Sénégal, l'actualité est aussi rythmée par les auditions d'ex-responsables du régime Wade. Comprenez-vous que le gouvernement soit soupçonné de vouloir régler ses comptes avec la précédente administration ?

Non. Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, en mars 2012, la question de l'impunité des crimes économiques s'est tout de suite posée, de nombreux scandales ayant été relayés par les médias. Nous avons d'ailleurs trouvé une kyrielle d'audits qui avaient été commandités auprès de l'Inspection générale d'État ou de la Cour des comptes par le gouvernement précédent. Certains étaient assortis d'une recommandation suggérant au ministre de la Justice de transmettre le dossier au Parquet, ce qui n'avait pas été fait. Ma première action a donc été de transmettre ces dossiers au procureur de la République du tribunal régional de Dakar. Par ailleurs, les organismes compétents ont continué de pratiquer des audits tout au long de l'année 2012.

Mais vous avez aussi désigné une juridiction spéciale, la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei)...

Nous avons seulement rétabli cette cour, mise en place par une loi datant de 1981. L'enrichissement illicite s'entend comme l'accumulation de biens ou d'avoirs non justifiables par les revenus de l'individu. L'action de la Crei vise les personnes politiquement exposées, qui ont occupé des charges publiques. Le législateur établit que toute personne arborant un train de vie sans commune mesure avec ses ressources peut être amenée devant cette cour. La personne mise en cause a alors un mois pour justifier que ses biens ont été acquis de manière licite : c'est ce qu'on appelle la mise en demeure. Faute d'explications convaincantes, elle est inculpée, et le parquet transmet son dossier à la commission d'instruction de la Crei.

Nous parlons d'audits chiffrés. Il ne s'agit pas d'arrière-pensées politiciennes.

Pourquoi avoir déposé une plainte en France contre dix personnalités sénégalaises, dont Karim Wade, plutôt que d'avoir sollicité une entraide judiciaire avec Paris dans le cadre d'une procédure instruite au Sénégal ?

Nous avons des raisons d'estimer que le fruit de certaines activités délictuelles a trouvé refuge à Paris. La justice française a donc ouvert une information judiciaire à la suite de la plainte que nous avons déposée. Nos deux pays sont signataires de la Convention des Nations unies contre la corruption, et la France permet la constitution de partie civile. À nos yeux, c'était une opportunité à saisir. Notre objectif, à terme, est de recouvrer les biens mal acquis. Toutes les voies permettant de l'atteindre méritent d'être explorées.

Les personnalités du Parti démocratique sénégalais (PDS) visées par ces différentes procédures estiment que leurs droits ont été violés, notamment parce qu'on les a empêchés de quitter le Sénégal. Ils ont saisi la Cour de justice de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao)...

Il se trouve que le procureur spécial de la Crei estime que les personnes auditionnées doivent rester sur le sol sénégalais. Même s'il ne s'agit pour l'instant que de simples témoins, on peut demander, dans le cadre d'une procédure, qu'ils restent à la disposition de l'enquête. La cour de la Cedeao tranchera le 22 février.

Cette traque des biens mal acquis ne risque-t-elle pas, ainsi que le craint le mouvement Y'en a marre, de détourner le gouvernement des « priorités exprimées par les Sénégalais » ?

Ce que veulent les Sénégalais, c'est que leur argent leur soit restitué. Pendant tant d'années, ils ont vécu une terrible frustration face à des malversations manifestes, sans parler de l'arrogance qui les accompagnait. Bien sûr, ce n'est pas leur unique préoccupation, et c'est pour cela que nous avons adopté depuis dix mois diverses mesures destinées à améliorer leur quotidien. Mais il y a, sur la question de l'argent public détourné, une demande très forte. Quant à l'effervescence autour de ce dossier, d'où vient-elle ? Certains ont manifestement intérêt à dépeindre cette affaire comme une foire d'empoigne, guidée par des arrière-pensées politiciennes. Mais ce n'est pas de cela qu'il s'agit, nous parlons d'audits chiffrés.

_______

Propos recueillis à Dakar par Mehdi Ba

Pour Hissène Habré, le compte à rebours a commencé

Si on coffre Hissène Habré, c'est un Ouakamois qu'on coffrera ! » Youssou Ndoye, chef coutumier de Ouakam et conseiller supérieur de la communauté léboue, ne tarit pas d'éloges sur l'ancien président tchadien : « C'est le Bon Dieu qui nous a donné Hissène comme parent. » « S'ils veulent l'extraire de chez lui pour qu'il se rende à son procès, ils devront d'abord tuer toute la population de Ouakam, nous avait avertis Jules Sambou, le président du Collectif africain de soutien à Habré (CAS-Habré). Il a fait beaucoup de choses ici. Pour la Tabaski ou la Korité, il aide les familles démunies. » Youssou Ndoye confirme la prodigalité de ce « bon musulman » réfugié depuis 1990 au Sénégal, où il se partage entre sa villa des Almadies et sa résidence de Ouakam. « Il aide les gens à payer leurs frais d'hôpital. La saison dernière, il a donné 2 ou 3 millions de F CFA [entre 3 000 et 4 500 euros] à l'Union sportive de Ouakam, notre club de foot. »

Devant le mutisme de l'accusé et de ses avocats, le CAS-Habré relaie, tant bien que mal, la thèse d'un complot, fustigeant pêle-mêle un « matraquage médiatique », la contribution de l'actuel président tchadien au financement du procès ou encore le rôle des ONG, accusées de « faire du business ». Jules Sambou rencontre régulièrement Hissène Habré. À l'en croire, ce dernier « est très serein. Il sait qu'il n'a rien à voir avec ce qui lui est reproché dans la presse. Il laisse tout entre les mains de Dieu ». M.B.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Sénégal

Assane Dioma Ndiaye : 'La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense'

Assane Dioma Ndiaye : "La CREI viole les principes élémentaires des droits de la défense"

Le président de la Ligue sénégalaise des droits humains voit dans le procès du fils de l'ancien président un "règlement de comptes" orchestré par le régime [...]

Sénégal : colère sur le campus de Dakar

La tension qui régnait depuis des mois à l'université de Dakar est montée d'un cran, le 14 août, avec la mort d'un étudiant lors d'une intervention musclée des forces de[...]

Sénégal : la CREI refuse de laisser partir Bibo Bourgi

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a refusé à l'homme d'affaires Bibo Bourgi, considéré comme le principal complice de Karim Wade, d'aller se faire soigner en France[...]

Sénégal : l'opposant Samuel Sarr arrêté pour offense au chef de l'État

L’opposant et ex-ministre sénégalais de l'Énergie Samuel Sarr, proche de l’ancien président Abdoulaye Wade, a été inculpé et emprisonné pour offense au chef de[...]

Architecture : pourquoi s'approprier l'héritage colonial est une bonne chose

L'héritage achitectural colonial a souvent été délaissé en Afrique. Mais la tendance commence à s'inverser.[...]

CPI : Botswana, Sénégal et Sierra Leone se disputent la présidence de l'Assemblée

L'Assemblée des États parties au statut de Rome doit être présidée par un État africain en 2015. Mais aucun des trois candidats en lice ne se désiste pour un autre.[...]

Tragédie de Thiaroye : réponse à Julien Fargettas

Armelle Mabon est maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Bretagne-Sud. Elle apporte ici ses commentaires à la lettre ouverte de Julien Fargettas au président de [...]

Sénégal : poussée de fièvre politico-militaro-judiciaire

Affaires Karim Wade, Abdoulaye Baldé ou Aissata Tall Sall : le thermomètre politico-judiciaire sénégalais indique une température singulièrement élevée. Et voilà que[...]

Sénégal : sept morts et trois blessés dans l'explosion d'une mine en Casamance

Sept personnes ont été tuées et trois grièvement blessées dans l'explosion d'une mine en Casamance, région du sud du Sénégal en proie à une rébellion[...]

IIe guerre mondiale : les tirailleurs africains, ces héros de l'ombre

De Provence jusqu'en Alsace, des milliers de soldats venus des colonies sont morts pour libérer la France. Soixante-dix ans plus tard, Paris leur rend hommage. Une douzaine de chefs d'État africains devraient[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex