Extension Factory Builder
11/02/2013 à 17:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le leader de Yesh Atid au siège de son parti, le 23 janvier, à Tel Aviv. Le leader de Yesh Atid au siège de son parti, le 23 janvier, à Tel Aviv. © Sipa

En quelques mois, l'ex-présentateur vedette de la télévision a fait de son parti la deuxième force politique du pays. Et se retrouve dans le rôle du faiseur de rois.

Aux législatives du 22 janvier, qui ont battu tous les records de participation (près de 70 %), le parti centriste Yesh Atid (« il y a un futur »), qui n'a que quelques mois d'existence, a créé la surprise en s'octroyant 19 sièges à la Knesset (sur 120), devenant la deuxième force politique du pays. Son fondateur, Yaïr Lapid, ex-présentateur vedette de la télévision, se retrouve ainsi en position de faiseur de rois, puisque c'est avec lui que devra composer Benyamin Netanyahou, qui sera vraisemblablement reconduit au poste de Premier ministre, pour former un gouvernement.

Yaïr Lapid est né à Tel-Aviv en 1963 d'une mère sabra*, dramaturge très appréciée, et d'un père originaire de Hongrie, rescapé des camps. Ce dernier, Tommy Lapid, fut également journaliste et éphémère homme politique à la fin de sa vie puisqu'il fonda le parti Shinoui (« changement »), qui créa également la surprise lors des élections de 2003 en obtenant 15 sièges. Yaïr Lapid démarre sa carrière d'éditorialiste en 1991 au quotidien Maariv, avant de passer chez son concurrent, Yediot Aharonot, dans lequel il exige, de manière répétée, mais avec beaucoup de doigté, une meilleure répartition des richesses, pavant ainsi la route du mouvement de protestation qui embrasera Israël durant l'été 2011. Le titre de l'un de ses éditos, « Où est l'argent ? », deviendra même son slogan de campagne, qui ralliera des milliers d'Israéliens las de travailler dur sans voir leur niveau de vie s'améliorer, ainsi qu'une jeunesse sans réelles perspectives d'avenir, malgré une économie en pleine expansion. À partir de 1994, Lapid commence à animer des talk-shows qui rencontreront tous un franc succès.

Bourgeois et laïc

Marié, père de trois enfants, Lapid est en rupture totale avec le profil traditionnel des hommes politiques israéliens. Non seulement il est issu de la haute bourgeoisie, mais il n'a pas derrière lui une carrière militaire héroïque, tremplin traditionnel vers les plus hautes marches du pouvoir. Il effectua d'ailleurs son service militaire comme correspondant pour le mensuel de l'armée. Ni de gauche ni de droite, il est l'incarnation de cette bourgeoisie qui a développé, au cours des deux dernières décennies, le goût de la bonne chère et du luxe, tout en se réfrénant face à la difficile réalité sociale.

En politique intérieure, Lapid soutient la solution de "deux États pour deux peuples".

Mais Lapid représente surtout ceux qui n'acceptent plus que les ultraorthodoxes soient exemptés du service militaire et du paiement de certaines taxes (du fait de leurs familles nombreuses), et qu'ils refusent de travailler au prétexte qu'ils doivent consacrer leur vie à l'étude de la Torah. Lapid a également beaucoup fait pour la cause des femmes. L'un de ses plus proches collaborateurs est un rabbin moderniste qui a fondé une association militant pour l'égalité des sexes dans tous les domaines, y compris le droit de prier au Kotel (le Mur des lamentations), ce que les rabbins traditionalistes refusent obstinément. Lapid a d'ailleurs prévenu qu'il ne siégerait jamais dans un gouvernement qui compterait des ultraorthodoxes, comme le parti Shas.

En politique intérieure, Lapid soutient la solution de « deux États pour deux peuples », mais s'oppose, comme Netanyahou, au partage de Jérusalem et au droit de retour des réfugiés palestiniens. Mais sa réussite spectaculaire s'explique surtout par le ras-le-bol général des Israéliens vis-à-vis des partis « traditionnels », qu'ils tiennent pour responsables de la situation économique difficile et de la dégradation de leur niveau de vie. Paradoxalement, Yaïr Lapid n'est guère à l'image de son électorat. D'après l'édition israélienne du magazine Forbes, le leader de Yesh Atid serait à la tête d'une fortune personnelle de 22 millions de shekels, soit l'équivalent de 4 millions et demi d'euros...

* Natif de la Palestine sous mandat britannique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

Israël - Palestine : le fils Abbas favorable à la création d'un État binational

Israël - Palestine : le fils Abbas favorable à la création d'un État binational

Au moment où le processus de paix israélo-palestinien entre dans une phase critique, le fils du président palestinien recommande à son père d'opter pour la création d'un Éta[...]

Arabie saoudite : la vieillesse s'éternise sur le trône

En élevant son demi-frère au rang de vice-prince héritier, le roi Abdallah sécurise la succession. Pendant que la génération suivante trépigne d'impatience. Et prend de[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Israël impose des sanctions financières à l'Autorité palestinienne

L'État d'Israël a décidé jeudi de geler le transfert des taxes aux Palestiniens. De nouvelles sanctions économiques qui interviennent après la demande de la Palestine[...]

Israël - États-Unis : Jonathan Pollard, sa vie est un thriller

Condamné en 1987 à la réclusion à perpétuité pour espionnage au profit d'Israël, ce juif américain se retrouve malgré lui au coeur d'un marchandage visant[...]

Football : Mondiaux en Russie et au Qatar, l'ombre de la corruption plane sur la Fifa

Pour obtenir l'organisation de la compétition en 2018 et en 2022, la Russie et le Qatar ont-ils soudoyé des membres du comité exécutif de la Fifa ? Certains l'affirment et réclament des[...]

Doha dans le viseur de l'Arabie saoudite

Exaspérées par l'activisme politique du Qatar, les pétromonarchies de la région, Arabie saoudite en tête, multiplient les mesures de représailles contre le petit émirat[...]

France : les jeunes candidats au jihad sont-ils les victimes d'une "dérive sectaire" ?

Le salafisme jihadiste s'apparente-t-il à une dérive sectaire, à une instrumentalisation du religieux à des fins politiques ? Devant la multiplication des cas de jeunes-filles en rupture sociale et[...]

Séfarade blues : Israël et la question des réparations pour les Juifs chassés du monde arabe

Instrumentalisée par certains, la question de l'indemnisation des Juifs orientaux chassés d'Afrique du Nord ou du Moyen-Orient ravive de vieux contentieux. Pas seulement avec le monde arabe.[...]

Palestine : l'ancien du Fatah de retour à Gaza ?

Mis à la porte par Mahmoud Abbas en 2011, Mohammed Dahlan, l'ancien patron de la Sécurité, se verrait bien à la tête de l'Autorité palestinienne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers