Extension Factory Builder
11/02/2013 à 17:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le leader de Yesh Atid au siège de son parti, le 23 janvier, à Tel Aviv. Le leader de Yesh Atid au siège de son parti, le 23 janvier, à Tel Aviv. © Sipa

En quelques mois, l'ex-présentateur vedette de la télévision a fait de son parti la deuxième force politique du pays. Et se retrouve dans le rôle du faiseur de rois.

Aux législatives du 22 janvier, qui ont battu tous les records de participation (près de 70 %), le parti centriste Yesh Atid (« il y a un futur »), qui n'a que quelques mois d'existence, a créé la surprise en s'octroyant 19 sièges à la Knesset (sur 120), devenant la deuxième force politique du pays. Son fondateur, Yaïr Lapid, ex-présentateur vedette de la télévision, se retrouve ainsi en position de faiseur de rois, puisque c'est avec lui que devra composer Benyamin Netanyahou, qui sera vraisemblablement reconduit au poste de Premier ministre, pour former un gouvernement.

Yaïr Lapid est né à Tel-Aviv en 1963 d'une mère sabra*, dramaturge très appréciée, et d'un père originaire de Hongrie, rescapé des camps. Ce dernier, Tommy Lapid, fut également journaliste et éphémère homme politique à la fin de sa vie puisqu'il fonda le parti Shinoui (« changement »), qui créa également la surprise lors des élections de 2003 en obtenant 15 sièges. Yaïr Lapid démarre sa carrière d'éditorialiste en 1991 au quotidien Maariv, avant de passer chez son concurrent, Yediot Aharonot, dans lequel il exige, de manière répétée, mais avec beaucoup de doigté, une meilleure répartition des richesses, pavant ainsi la route du mouvement de protestation qui embrasera Israël durant l'été 2011. Le titre de l'un de ses éditos, « Où est l'argent ? », deviendra même son slogan de campagne, qui ralliera des milliers d'Israéliens las de travailler dur sans voir leur niveau de vie s'améliorer, ainsi qu'une jeunesse sans réelles perspectives d'avenir, malgré une économie en pleine expansion. À partir de 1994, Lapid commence à animer des talk-shows qui rencontreront tous un franc succès.

Bourgeois et laïc

Marié, père de trois enfants, Lapid est en rupture totale avec le profil traditionnel des hommes politiques israéliens. Non seulement il est issu de la haute bourgeoisie, mais il n'a pas derrière lui une carrière militaire héroïque, tremplin traditionnel vers les plus hautes marches du pouvoir. Il effectua d'ailleurs son service militaire comme correspondant pour le mensuel de l'armée. Ni de gauche ni de droite, il est l'incarnation de cette bourgeoisie qui a développé, au cours des deux dernières décennies, le goût de la bonne chère et du luxe, tout en se réfrénant face à la difficile réalité sociale.

En politique intérieure, Lapid soutient la solution de "deux États pour deux peuples".

Mais Lapid représente surtout ceux qui n'acceptent plus que les ultraorthodoxes soient exemptés du service militaire et du paiement de certaines taxes (du fait de leurs familles nombreuses), et qu'ils refusent de travailler au prétexte qu'ils doivent consacrer leur vie à l'étude de la Torah. Lapid a également beaucoup fait pour la cause des femmes. L'un de ses plus proches collaborateurs est un rabbin moderniste qui a fondé une association militant pour l'égalité des sexes dans tous les domaines, y compris le droit de prier au Kotel (le Mur des lamentations), ce que les rabbins traditionalistes refusent obstinément. Lapid a d'ailleurs prévenu qu'il ne siégerait jamais dans un gouvernement qui compterait des ultraorthodoxes, comme le parti Shas.

En politique intérieure, Lapid soutient la solution de « deux États pour deux peuples », mais s'oppose, comme Netanyahou, au partage de Jérusalem et au droit de retour des réfugiés palestiniens. Mais sa réussite spectaculaire s'explique surtout par le ras-le-bol général des Israéliens vis-à-vis des partis « traditionnels », qu'ils tiennent pour responsables de la situation économique difficile et de la dégradation de leur niveau de vie. Paradoxalement, Yaïr Lapid n'est guère à l'image de son électorat. D'après l'édition israélienne du magazine Forbes, le leader de Yesh Atid serait à la tête d'une fortune personnelle de 22 millions de shekels, soit l'équivalent de 4 millions et demi d'euros...

* Natif de la Palestine sous mandat britannique.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Moyen-Orient

État palestinien : comment la France a (presque) dit oui...

État palestinien : comment la France a (presque) dit oui...

Après leurs homologues britanniques, irlandais et espagnols, les députés français ont à leur tour invité leur gouvernement  à reconnaître l'État de Palesti[...]

Le pétrole sera moins cher

L'année 2014 ne s'achève que dans trois semaines, mais 2015 occupe déjà tous les esprits. Je vous propose donc de commencer à nous interroger sur ce que promet de nous apporter[...]

Cisjordanie : un ministre de l'Autorité palestinienne meurt dans des heurts avec des soldats israéliens

Il manifestait pacifiquement contre les confiscations de terres, près de Ramallah, en Cisjordanie. Victime, selon un de ses collaborateurs, d'un coup de crosse porté par un soldat israélien, Ziad Abou[...]

Migration clandestine : la Méditerranée, "route la plus mortelle du monde" en 2014

En 2014, 3 419 migrants en quête d’un avenir meilleur ont perdu la vie en tentant de traverser la Méditerranée, selon un rapport rendu public mercredi par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les[...]

Sous pression, le Qatar officialise son rapprochement avec l'Égypte

La crise ouverte au sein des monarchies pétro-gazières du Golfe par le soutien du Qatar aux Frères musulmans persécutés en Égypte est désormais officiellement refermée. Dans[...]

Islam : le cheikh d'Al-Azhar condamne la "barbarie" de l'État islamique

Ahmed al-Tayeb, le cheikh d'Al-Azhar, a condamné mercredi les "crimes barbares commis par le groupe État islamique (EI) en Irak et en Syrie" lors d'une conférence internationale.[...]

Les députés français adoptent une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien

Les députés français ont adopté mardi une résolution en faveur de la reconnaissance de l'État palestinien. Ce texte n'est toutefois pas contraignant pour l'État français.[...]

Iran : Soleimani le magnifique

Coordinateur de la résistance chiite irakienne contre l'État islamique, le chef des opérations extérieures des Gardiens de la révolution a été élevé au rang de[...]

Israël : Benyamin Netanyahou entre deux feux

Le Premier ministre israélien veut éviter une troisième Intifada tout en satisfaisant ses alliés qui le poussent à plus de fermeté. Pas simple.[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers