Extension Factory Builder
08/02/2013 à 16:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

« Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. » Mohamed Ould Abdelaziz, président miraculé, peut aujourd’hui savourer la pertinence de la sentence de Nietzsche. Hospitalisé pendant six semaines en France à la suite d’une blessure par balle, le chef de l’État mauritanien a senti le vent du boulet. Sevrée d’informations par une communication gouvernementale autistique, la rue mauritanienne a spéculé à l’infini sur son état de santé, quand elle ne lui prédisait pas un coup d’État militaire in absentia, à la faveur de cette vacance prolongée du pouvoir.

L’homme a déjoué tous les pronostics. La photo de sa poignée de main avec son homologue français François Hollande sur le perron de l’Élysée, le 20 novembre, a fait taire ceux qui suspectaient les rares photos apparues depuis l’incident, survenu à la mi-octobre, d’avoir été « photoshoper ». Quatre jours plus tard, une foule compacte venait accueillir le survivant à Nouakchott, sans que l’on parvienne à estimer la proportion respective de partisans inconditionnels, de curieux, de citoyens soulagés de voir la vacance du pouvoir prendre fin sans heurt, ou de sceptiques venus s’assurer qu’il ne s’agissait pas d’un sosie. Un bain de foule aux allures d’état de grâce.

Alors qu’il est à peine réinstallé au palais présidentiel, l’évolution de la crise malienne lui donne l’occasion de revenir en force sur le devant de la scène internationale. Courtisé de longue date par la France, qui ne s’est jamais cachée de miser sur lui pour raffermir l’axe Paris-Nouakchott, l’homme apparaît d’autant plus incontournable depuis le lancement de l’opération Serval. Après avoir contesté l’opportunité d’une intervention militaire au Mali – rare point de convergence avec son opposition –, le président mauritanien envisage à présent le soutien de son pays à l’opération, sans toutefois en préciser les contours

Clivage ethno-communautaire

Pour le reste, Aziz n’a pas changé. Avoir tutoyé la Faucheuse et négocié avec elle un report d’échéance n’a en rien modifié son mode de gouvernance. L’enlisement institutionnel reste d’actualité à la suite de l’ajournement, depuis novembre 2011, des élections législatives et municipales. La campagne d’enrôlement censée justifier ce report – encore inachevée, au grand dam de l’opposition – est critiquée par les représentants des Négro-Mauritaniens, qui y voient une manipulation du fichier électoral dans un pays dont le clivage ethno-communautaire fait du moindre recensement un enjeu politique de premier plan. La proposition de gouvernement d’union nationale promue par l’opposition modérée a été déclinée par le président. Et l’épée de Damoclès qui fait des coups d’État militaires le mode traditionnel d’alternance en République islamique de Mauritanie continue d’être suspendue au-dessus d’une population désireuse de tourner définitivement cette page.

D’autres, à l’inverse, considéreront que le verre d’attaya est à moitié plein. Car Abdelaziz le bâtisseur n’a pas chômé depuis son accession au pouvoir, modernisant la capitale et lançant de nombreux chantiers en même temps qu’il envoyait un signal en matière de lutte contre la corruption et l’impunité. Sur le front économique, les indicateurs évoluent favorablement, de l’agriculture au BTP, du secteur minier à la pêche – ce que vient entériner une croissance estimée à 7 % par le FMI pour 2013. Par ailleurs, sous son règne, la Mauritanie s’est clairement libéralisée si on la compare aux années Ould Taya, ce qu’illustre notamment l’ouverture des ondes après cinquante ans de monolithisme étatique.

Reste à l’homme fort de Nouakchott à favoriser l’émergence d’une scène politique moins antagoniste et moins crispée. Et à promouvoir une société réconciliée avec elle-même, aux richesses mieux partagées.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un [...]

Mauritanie : Dah Ould Abeid et 2 autres militants anti-esclavagistes condamnés à 2 ans de prison

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme.[...]

Mauritanie : Fatimata Mbaye, indestructible

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d'apostasie ?

Le 24 décembre, un jeune Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie, à Nouadhibou, dans le nord-ouest du pays, avant de faire appel deux jours plus tard. Cette décision[...]

Mauritanie : la défense fait appel de la condamnation à mort pour apostasie

Les avocats d'un jeune Mauritanien incarcéré depuis près d'un an pour un écrit considéré comme blasphématoire envers le prophète Mahomet et condamné à mort[...]

Mauritanie : un homme condamné à mort pour apostasie

Une organisation anti-esclavagiste de Mauritanie a appelé vendredi à gracier un jeune condamné à mort pour apostasie dans ce pays, regrettant "un procès expéditif mené sous[...]

Première condamnation à mort pour apostasie en Mauritanie

La première condamnation à mort pour apostasie de l'histoire de la Mauritanie depuis son indépendance en 1960 a été prononcée mercredi soir à Nouadhibou (Nord-Ouest) à[...]

Sahel : ces chefs jihadistes éliminés par les Français... et ceux qui courent toujours

Plusieurs chefs jihadistes de premier plan ont été tués par les forces françaises depuis le déclenchement de l'opération Serval au Mali, en janvier 2013. D'autres sont toujours en vie,[...]

Les pays du "G5 du Sahel" appellent l'ONU à intervenir en Libye

Les dirigeants des cinq pays du "G5 du Sahel" (Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Mauritanie), réunis vendredi en sommet à Nouakchott, ont appelé l'ONU à mettre en place une force[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers