Extension Factory Builder

Football européen : racisme et "cris de singe"

23/01/2013 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Une rencontre de football est, a priori, un moment de détente, de convivialité et de tolérance pour tous ceux qui aiment ce sport. Ceux qui se retrouvent dans un stade ont le droit de crier, de chanter, de chambrer l'adversaire... Rien à dire, c'est de bonne guerre. Mais peut-on, comme cela se produit de plus en plus souvent dans les stades européens, lancer ce qu'on appelle, je ne sais trop pourquoi, des « cris de singe » lorsque tout joueur qui n'est pas un visage pâle touche le ballon ? C'est ce qui est arrivé, le 3 janvier, au singe Kevin Prince Boateng, fils d'un singe ghanéen et d'une guenon germanique (permettez, madame !), milieu de terrain de l'AC Milan, en Italie, lors d'un match « amical » contre une équipe de quatrième division.

Chaque fois que ce pauvre Boateng touchait le ballon, un groupe de supporteurs de l'équipe visitée poussait des « cris de singe ». Ses coéquipiers singes M'Baye Niang, Sulley Muntari et Urby Emanuelson ont subi le même traitement. Jusqu'à ce que, dépités, ils décident tous de quitter le terrain. Le 12 octobre 2012, un autre singe, Patrick Mtiliga, danois d'origine tanzanienne, était traité de la même manière lors du match opposant le Danemark à la Bulgarie, à Sofia. Les exemples sont légion, de la Grande-Bretagne à la Russie, de l'Ukraine à la Grèce. Pourtant, nous sommes en Europe et au XXIe siècle !

Les exemples de ce racisme sont légion, de la Grande-Bretagne à la Russie, de l'Ukraine à la Grèce. Pourtant, nous sommes en Europe et au XXIe siècle !

Les grands esprits vont me dire : « Ce n'est qu'une affaire d'étourdis. Il ne faut pas voir le racisme partout. » Évidemment, le racisme n'existe pas. Il n'existe que dans la tête de ceux qui se plaignent d'en être les victimes alors qu'ils pratiquent, en réalité, un « racisme antiblanc ». Soit. Mais comment qualifier le fait de s'en prendre à quelqu'un à cause, uniquement, de son aspect physique ? C'est, ni plus ni moins, du racisme, n'en déplaise à ceux qui peuvent s'imaginer que je recherche « le sanglot de l'homme blanc ». Et puis, quelle hypocrisie que l'expression « cris de singe » ! Qu'est-ce à dire ? De quel singe s'agit-il ? Du macaque, du gorille, du bonobo, de l'orang-outan, du capucin, du mandrill, du nasique, du lagotriche, du patas, du vervet, du babouin ou du chimpanzé ? Il faut savoir !

Les Italiens qui ont offensé Boateng et ses camarades savaient-ils ce que l'arrogance et le mépris des autres ont coûté à leurs ancêtres en Afrique ? Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Italiens, avides de conquêtes, jettent leur dévolu sur l'Éthiopie actuelle. Ils n'hésitent pas à grignoter le territoire du négus en occupant le port de Massawa. Une première bataille, que les Italiens perdent, a lieu en janvier 1887, à Dogali. En 1889, Ménélik II devient empereur. Il signe un traité avec Rome. Mais un des articles, selon qu'il est lu en amharique ou en italien, pose problème. Pour les Italiens, l'article stipule que l'Abyssinie est désormais leur protectorat. Pour Ménélik, c'est le contraire : son empire peut entrer en contact avec d'autres puissances par le biais de l'Italie. Le désaccord persistant, la guerre reste le dernier recours. Le 1er mars 1896, l'armée de Ménélik II, méprisée parce que constituée de sauvages, écrase celle, moderne, du général Oreste Baratieri, à Adoua. Que cette déculottée leur serve de leçon. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers