Extension Factory Builder

Football européen : racisme et "cris de singe"

23/01/2013 à 15:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Une rencontre de football est, a priori, un moment de détente, de convivialité et de tolérance pour tous ceux qui aiment ce sport. Ceux qui se retrouvent dans un stade ont le droit de crier, de chanter, de chambrer l'adversaire... Rien à dire, c'est de bonne guerre. Mais peut-on, comme cela se produit de plus en plus souvent dans les stades européens, lancer ce qu'on appelle, je ne sais trop pourquoi, des « cris de singe » lorsque tout joueur qui n'est pas un visage pâle touche le ballon ? C'est ce qui est arrivé, le 3 janvier, au singe Kevin Prince Boateng, fils d'un singe ghanéen et d'une guenon germanique (permettez, madame !), milieu de terrain de l'AC Milan, en Italie, lors d'un match « amical » contre une équipe de quatrième division.

Chaque fois que ce pauvre Boateng touchait le ballon, un groupe de supporteurs de l'équipe visitée poussait des « cris de singe ». Ses coéquipiers singes M'Baye Niang, Sulley Muntari et Urby Emanuelson ont subi le même traitement. Jusqu'à ce que, dépités, ils décident tous de quitter le terrain. Le 12 octobre 2012, un autre singe, Patrick Mtiliga, danois d'origine tanzanienne, était traité de la même manière lors du match opposant le Danemark à la Bulgarie, à Sofia. Les exemples sont légion, de la Grande-Bretagne à la Russie, de l'Ukraine à la Grèce. Pourtant, nous sommes en Europe et au XXIe siècle !

Les exemples de ce racisme sont légion, de la Grande-Bretagne à la Russie, de l'Ukraine à la Grèce. Pourtant, nous sommes en Europe et au XXIe siècle !

Les grands esprits vont me dire : « Ce n'est qu'une affaire d'étourdis. Il ne faut pas voir le racisme partout. » Évidemment, le racisme n'existe pas. Il n'existe que dans la tête de ceux qui se plaignent d'en être les victimes alors qu'ils pratiquent, en réalité, un « racisme antiblanc ». Soit. Mais comment qualifier le fait de s'en prendre à quelqu'un à cause, uniquement, de son aspect physique ? C'est, ni plus ni moins, du racisme, n'en déplaise à ceux qui peuvent s'imaginer que je recherche « le sanglot de l'homme blanc ». Et puis, quelle hypocrisie que l'expression « cris de singe » ! Qu'est-ce à dire ? De quel singe s'agit-il ? Du macaque, du gorille, du bonobo, de l'orang-outan, du capucin, du mandrill, du nasique, du lagotriche, du patas, du vervet, du babouin ou du chimpanzé ? Il faut savoir !

Les Italiens qui ont offensé Boateng et ses camarades savaient-ils ce que l'arrogance et le mépris des autres ont coûté à leurs ancêtres en Afrique ? Dans la seconde moitié du XIXe siècle, les Italiens, avides de conquêtes, jettent leur dévolu sur l'Éthiopie actuelle. Ils n'hésitent pas à grignoter le territoire du négus en occupant le port de Massawa. Une première bataille, que les Italiens perdent, a lieu en janvier 1887, à Dogali. En 1889, Ménélik II devient empereur. Il signe un traité avec Rome. Mais un des articles, selon qu'il est lu en amharique ou en italien, pose problème. Pour les Italiens, l'article stipule que l'Abyssinie est désormais leur protectorat. Pour Ménélik, c'est le contraire : son empire peut entrer en contact avec d'autres puissances par le biais de l'Italie. Le désaccord persistant, la guerre reste le dernier recours. Le 1er mars 1896, l'armée de Ménélik II, méprisée parce que constituée de sauvages, écrase celle, moderne, du général Oreste Baratieri, à Adoua. Que cette déculottée leur serve de leçon. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - Mali : l'accord de coopération militaire sera signé le 16 juillet à Bamako

France - Mali : l'accord de coopération militaire sera signé le 16 juillet à Bamako

Après bien des atermoiements, l’affaire est entendue, l’accord de coopération militaire entre la France et le Mali sera signé le 16 juillet à Bamako. Elle se fera en présence du min[...]

France : Nicolas Sarkozy touché mais pas coulé

Mis en examen le 2 juillet pour trois chefs d'accusation, dont celui de "corruption active", l'ancien chef de l'État français, Nicolas Sarkozy, souhaite malgré tout revenir dans la[...]

Mohamed Hamidi, de l'agrégation au cinéma en passant par le Marrakech du rire

Scénariste, réalisateur, musicien et père, ce banlieusard d'origine algérienne, ancien professeur agregé, est impliqué dans le Marrakech du rire comme dans le Bondy Blog. Et [...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Égypte : Tony Blair et l'appel du Caire

Consultant convoité, l'ancien Premier ministre britannique est très actif auprès des gouvernements africains. Sa nouvelle mission : conseiller le président égyptien Abdel Fattah al[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

France-Rwanda : les juges bouclent leur enquête sur l'attentat contre Habyarimana

Nathalie Poux et Marc Trévidic, les juges français en charge de l'enquête sur l'attaque du 6 avril 1994 contre l'avion du président rwandais Juvénal Habyarimana, ont mis fin à leur[...]

Mondial 2014 : le Brésil pulvérisé par l'Allemagne en demi-finale

Le Brésil a quitté "son" Mondial sur une déroute historique (7-1) en demi-finale face à l'Allemagne, mardi soir à Belo Horizonte. Le pays tout entier est plongé dans la[...]

Commission européenne : Juncker ou la revanche du vieux roublard

Il y a six mois, il était au fond du trou. En dépit de la farouche opposition britannique, c'est bel et bien le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker qui prendra le 16 juillet la présidence de la[...]

"Haie de protection" : Israël prêt à intensifier ses attaques sur Gaza et à envoyer des troupes au sol

Douze Palestiniens ont été tués, mardi, à Gaza dans une vaste offensive israélienne. L’opération, surnommée "haie de protection", fait craindre un conflit[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces