Extension Factory Builder

Rwanda - Martin Ngoga : "La France n'a jamais rien fait concernant les suspects de génocide"

20/01/2013 à 10:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le procureur général du Rwanda, Martin Ngoga. Le procureur général du Rwanda, Martin Ngoga. © AFP/ KENNEDY NDAHIRO

Selon le procureur général de la République du Rwanda, Martin Ngoga, Kigali n'exclut pas d'engager des poursuites contre la France, qui continuerait de protéger les génocidaires.

La traque des génocidaires, c'est un peu lui qui l'incarne à Kigali. Martin Ngoga, l'intransigeant procureur général du Rwanda, en veut beaucoup à la France. En cause, deux décisions de justice prises en décembre 2012. Le 6, elle a ordonné la régularisation d'Agathe Habyarimana, la veuve de l'ancien président Juvénal Habyarimana considérée par le Rwanda comme l'un des cerveaux du génocide de 1994. Le 19, elle a annoncé qu'elle rejetait la demande d'extradition de Hyacinthe Nsengiyumva et de Vénuste Nyanbayire, deux anciens officiels du régime Habyarimana.

Jeune Afrique : Comment réagissez-vous aux dernières décisions de la justice française ?

Martin Ngoga : La cour a insinué que nos inculpations étaient politiques. Nous avons trouvé cette remarque insultante et ridicule. Les juges français doivent savoir que leur pays est le seul à n'avoir ouvert aucun procès. Il y a eu des inculpations dans beaucoup d'autres pays d'Europe, en Belgique, aux Pays-Bas et dans les pays scandinaves, et cela s'est fait sur la base de nos accusations. Le Tribunal pénal international pour le Rwanda nous a aussi donné raison [le TPIR a transféré des accusés de génocide au Rwanda pour qu'ils y soient jugés, NDLR]. Si nous ne savions pas comment nous y prendre, si nos motivations étaient politiques, nous n'aurions pas obtenu ces résultats. C'est la France qui prend des décisions politiques.

Mais Paris n'est pas le seul à ne pas coopérer pleinement avec vous...

Certains pays refusent d'appliquer des décisions de justice, mais des jugements objectifs ont été rendus. En France, quand il s'agit du Rwanda, politique et justice sont imbriquées au point de ne faire plus qu'un.

Vous ne croyez pas à l'indépendance de la justice française ?

C'est la seule explication logique. En dix-huit ans, la France n'a jamais rien fait concernant les suspects de génocide. Pourquoi ? Parce qu'elle protège encore les génocidaires.

Des procédures ont pourtant débuté, des instructions sont menées...

Mais pourquoi les dossiers n'ont-ils toujours pas abouti ? Le TPIR a confié à la France deux dossiers [ceux de Wenceslas Munyeshyaka et Laurent Bucyibaruta]. Elle les a acceptés en s'engageant à être diligente. Or cela traîne depuis plus de cinq ans. Je remarque que Laurent Bucyibaruta, l'ancien préfet de Gikongoro, était présent dans le périmètre contrôlé par l'armée française. J'en déduis que c'est une manière de le protéger. Nous n'avons pas toutes les preuves, mais nous savons lire entre les lignes.

Vous avez déclaré que vous envisagiez des poursuites contre la France. De quelle nature seraient-elles ?

Je ne peux pas être plus précis pour l'instant. Ce choix n'est pas encore fait, il appartient au gouvernement. Mais nous n'allons pas rester les bras croisés tant que ces gens, qui ont tué les nôtres, jouissent de l'impunité en France.

Plusieurs ex-détenus du TPIR, tels que Protais Zigiranyirazo, le frère d'Agathe Habyarimana, ont demandé un titre de séjour en France. Comment réagiriez-vous s'ils l'obtenaient ?

Cela ne surprendrait plus personne. La France en a donné a des gens qui n'ont jamais été jugés, pourquoi ne le ferait-elle pas avec des gens qui ont été acquittés - même si l'acquittement est très controversé ?

Que se passerait-il si Zigiranyirazo retournait au Rwanda ?

Nous ne reviendrions pas sur la procédure du TPIR. Nous savons respecter les jugements même lorsqu'ils ne nous plaisent pas.

Plusieurs Rwandais libérés par le TPIR sont bloqués à Arusha faute de passeport en règle. Comment expliquez-vous qu'ils refusent de venir les chercher à Kigali ?

Je n'en ai aucune idée. C'est à eux qu'il faut poser la question. S'ils ne veulent pas revenir, c'est leur choix. Mais ce n'est pas à nous de leur faire parvenir un passeport, sous prétexte qu'ils ne se sentent pas en sécurité. 

___

Propos recueillis par Pierre Boisselet

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Rwanda

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Rwanda : le génocide, la France, Kagamé et sa conscience

Le 9 avril, lors d'un café littéraire à Kigali, le président rwandais, Paul Kagamé, a évoqué ses récentes déclarations sur le rôle de la France pendant le[...]

Rwanda - Centrafrique : à Bangui, le passé résonne dans l'esprit des soldats rwandais

Les violences intercommunautaires dans la capitale centrafricaine réveillent de douloureux souvenirs chez les soldats rwandais de la Misca. Qui tentent d'utiliser leur expérience pour apaiser les tensions.[...]

Une histoire du génocide (#3) : attentat du 6 avril 1994, la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route

Dans ce troisième billet sur le déclenchement du génocide rwandais de 1994, Laurent Touchard* examine les derniers éléments de la thèse accusant le Front patriotique rwandais (FPR) de Paul[...]

Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Démocratie, justice, France, Afrique du Sud, RD Congo, présidentielle de 2017... Le chef de l'État rwandais Paul Kagamé répond sans ambages à toutes les questions, même[...]

Déjà, en 1963, à Gikongoro...

*Jean-Paul Kimonyo est politologue. "Qui est génocide ?" C'est par cette formule un peu étrange que le président Grégoire Kayibanda ponctue, en mars 1964, l'un des plus [...]

"Les faits sont têtus"

Buzz : terme anglais signifiant bourdonnement d'insecte et technique de marketing viral consistant à amplifier l'effet d'un événement ou d'un produit. En recevant J.A. le 27 mars au matin,[...]

Génocide rwandais : pour Le Drian, "certaines accusations ne peuvent rester sans réponse"

Jean-Yves Le Drian a tenu vendredi à défendre l'"honneur" de l'armée française lors de l'opération Turquoise en 1994, après les accusations de complicité de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces